Action, Aventure, Crime - Policier, Espionnage, Thriller

THUNDERBALL (1965) ★★★★☆


Thunderball (1965)

 

 

James Bond doit se rendre aux Bahamas afin de récupérer deux bombes nucléaires qui ont été volées par le numéro 2 du S.P.E.C.T.R.E. ayant mis un stratagème d’extorsion de fonds international.

 

 

Origine du film : Royaume-Uni
Réalisateur : Terence Young
Scénaristes : Richard Maibaum, John Hopkins
Acteurs : Sean Connery, Claudine Auger, Adolfo Celi, Luciana Paluzzi, Rik Van Nutter, Bernard Lee, Martine Beswick, Desmond Llewelyn, Lois Maxwell, Paul Stassino
Musique : John Barry
Genre : Action, Aventure, Crime, Espionnage, Thriller
Durée : 130 minutes
Date de sortie : 17 décembre 1965 (France)
Année de production : 1965
Sociétés de production : Eon Productions
Distribué par : United Artists
Titre français : Opération Tonnerre
Notre note : ★★★★☆

 

 

« Thunderball », ou « Opération Tonnerre » pour la distribution française, est un film d’action britannique datant de 1965, dirigé par Terence Young, à qui l’on doit également « Dr. No » (1962). Les acteurs principaux sont Sean Connery, qu’on a pu voir dans « Le Nom de la Rose » (1986), Claudine Auger, qu’on a pu voir dans « Flic Story » (1975), Adolfo Celi, qu’on a pu voir dans « Death Sentence » (1968), Luciana Paluzzi, qu’on a pu voir dans « Three Coins in the Fountain » (1954), Rik Van Nutter, qu’on a pu voir dans « Foxbat » (1977). Bernard Lee, Desmond Llewelyn et Lois Maxwell reprennent leur rôle respectif de « M », « Q » et « Moneypenny ». Ce métrage est le quatrième film dans la série de métrages produite par Eon Productions dédié à James Bond. Il s’agit d’une adaptation du roman du même nom de Ian Fleming. Ce film aurait dû être le premier de la série James Bond, mais des différends juridiques sur les droits d’auteur en décidèrent autrement.

L’histoire proposée par « Thunderball » nous invite à suivre l’agent 007 qui tente de localiser deux bombes nucléaires de l’OTAN volées par le SPECTRE. Cette organisation mafieuse mondiale en demande une rançon de 100 millions de livres sterling (133 millions d’€) en diamants. S’ils n’obtiennent pas satisfaction, ils détruiront une grande ville du Royaume-Uni ou des États-Unis. Les investigations mènent James Bond (Sean Connery) aux Bahamas où il rencontre Emilio Largo (Adolfo Celi), le n°2 du SPECTRE. Soutenu par Felix Leiter (Rik Van Nutter) de la CIA, et Domino Derval (Claudine Auger), la maîtresse de Largo, la recherche de 007 aboutit à une bataille sous-marine contre les hommes de main du SPECTRE.

De mon point de vue, après « Dr. No » (1962), « From Russia with Love » (1963), et « Goldfinger » (1964), « Thunderball » pose de manière quasi-définitive les fondations du film de James Bond. L’agent 007, par l’intermédiaire de Sean Connery, est à la fois séducteur, malin, dynamique dans l’action, tout en étant élégant et décontracté. Les belles femmes défilent comme sur un podium d’un grand courrier un soir de gala, les gadgets sont de plus en plus présents, le dépaysement est au rendez-vous, cette fois, les Bahamas, l’action est rondement menée et l’intrigue est solide. C’est le premier des films de la série des James Bond, qui additionne l’ensemble des éléments constitutifs du concept, là où on avait uniquement pu en voir des parcelles dans les métrages précédents.

Le public de l’époque lui-même en a pris conscience, car le film fut un énorme succès rapportant plus de 141 millions de dollars dans le monde, dépassant les recettes des trois précédents films de la série. Les scènes d’action apparaissent bien évidemment comme obsolètes aujourd’hui, mais pour l’époque, c’était incontestablement ce qui se faisait de mieux. Bien que la plupart des effets spéciaux se voient clairement à l’écran, il faut garder en mémoire que le métrage datant d’il y a 53 ans, est, par conséquent,  plus vieux que votre fidèle serviteur.

Le film se déroulant dans les Caraïbes et qu’une bonne partie des scènes d’action se déroulent sous l’eau, les personnages féminins sont particulièrement mis à leurs avantages. Claudine Auger, qui tient le rôle féminin principal, est une actrice française qui fut première dauphine de Miss Monde en 1958. Luciana Paluzzi, actrice américano-italienne, tient le rôle de l’un des principaux antagonistes de l’histoire. Enfin, Martine Beswick, actrice anglaise et ancien top modèle, joue un rôle de soutien, soit un agent d’appui de la CIA. À elle trois, ces jeunes femmes rivalisent de charme dans des tenues habillées et parfois même déshabillées…

Il reste également la performance de Sean Connery, qui comme je le soulignais offre un James Bond plus relax, nettement plus sûr de lui, accompagnant souvent son action d’un bon mot, n’hésitant pas à jouer avec l’incongruité de la situation. Aussi, bien, à l’aise en costume, en smoking qu’en maillot de bain, l’acteur offre un physique relativement sportif du haut de ses 188 cm. Son personnage va mettre à profit les différents gadgets qui lui ont été confiés. Son Aston Martin DB5 (présentée dans le film précédent, « Golfinger »), réapparaît quelque peu modifiée, avec un canon à eau à l’arrière. Mais l’agent 007 va surtout profiter d’un système de respiration miniature, et d’un émetteur miniature se présentant comme un cachet à avaler.

« Thunderball » a fait l’objet d’un remake, produit en 1983 par la société Warner Bros., sous le titre « Never Say Never Again », réalisé par Irvin Kershner et avec un Sean Connery vieillissant qui reprend le rôle qui aura fait de lui une star internationale.

En conclusion, « Thunderball » est un très bon film d’action disposant d’une histoire originale, d’une intrigue bien construite et d’un développement dépaysant. Le rythme est agréable, le récit est fluide, et la narration est linéaire. La photographie est très plaisante, le directeur de la photographie profitant pleinement des charmes des Caraïbes. La bande originale est sympathique, ayant toujours le thème James Bond en arrière-plan. C’est le premier film de la franchise à dépasser les deux heures avec 130 minutes. La distribution offre de très bonnes prestations avec un Sean Connery toujours plus à l’aise avec le personnage de 007.

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 179 373 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :