Action, Chine, Ciné-Asia, Crime - Policier, Hong-Kong, Thriller

HEARTFALL ARISES (2016) ★★★☆☆


Heartfall Arises (2016)

 

Un officier des forces spéciales de la police affronte le criminel le plus célèbre de Hong Kong suite à une série de meurtres visant des hommes d’affaires de l’Asie du Sud-Est.

 

 

« Heartfall Arises » est un thriller policier datant de 2016, réalisé par Wu Pinru, qui signe là son premier long-métrage. Les acteurs principaux sont Nicholas Tse, qu’on a pu voir dans « Invisible Target » (2007), Sean Lau, qu’on a pu voir dans « Dealer/Healer » (2017), Tong Liya, qu’on a pu voir dans « Wild City » (2015), Mavis Fan, qu’on a pu voir dans « The Silent War » (2012), et Gao Weiguang, qu’on a pu voir dans « Mr. Pride vs Miss Prejudice » (2017).

L’intrigue proposée par « Heartfall Arises » repose sur une idée simple. Les personnes ayant subi une greffe (cœur, foie, poumons, etc.) absorberaient une partie de l’identité du donneur. Pour faire simple, si le donneur était une personne de bien, il n’y a pas de soucis, mais si le donneur fut un criminel, voire un meurtrier, il y a des chances que vous basculiez dans le crime ou pire. Laissons de côté le côté irrationnel de cette idée, et laissons nous embarquer dans ce thriller réalisé et co-scénarisé par Wu Pinru, connu pour être le producteur de plusieurs films, tels que « Hard-Boiled » (1992) avec l’excellent Chow Yun-fat, ou encore « Knock Off » avec le célèbre Jean-Claude Van Damme.

Un criminel, répondant au surnom du Général (Gao Weiguang), est à l’origine d’une série de meurtres contre des personnes importantes impliquées dans le crime, mais que la justice ne parvient pas à condamner. L’inspecteur John Ma (Nicholas Tse) est sur le point d’arrêter le Général, mais la confrontation tourne au fiasco et les deux hommes s’entre-tuent. Le Général prend une balle en pleine tête alors que le policier reçoit une balle dans la poitrine, dans la région du cœur. Pour le sauver, les médecins décident de lui transplanter le cœur du Général puisqu’il est compatible. Quelque temps plus tard, alors qu’il est affecté à des tâches administratives, John Ma réintègre l’équipe d’investigation, car des nouveaux meurtres sont commis avec la signature du Général. Est-ce que ce dernier est revenu des morts ? Est-ce un copieur ? John Ma va recevoir l’aide de Calvin Che (Sean Lau), un psychologue en criminalité, afin de définir qui se cache derrière ces nouveaux crimes…

La mise en scène présentée par Wu Pinru place son personnage principal, incarné par Nicholas Tse, dans un certain trouble psychologique. Ce dernier a des visions qui semblent appartenir à son donneur, en l’occurrence un criminel. John Cha se confie donc à Calvin Che puisque ce dernier est psychologue. S’engagent alors des discussions énigmatiques censées démonter que leur relation s’installe, se développe. Cependant, ces moments sont aléatoires et interviennent de manière mal structurée par rapport au récit.

Le concept de la mémoire cellulaire n’est pas assez approfondi. On laisse entendre que la transplantation pourrait affecter le receveur. John pourrait donc devenir un criminel comme l’était son donneur. Un triangle amoureux semble se mettre en place lorsque John Ma se sent irrémédiablement attiré vers Sue (Mavis Fan) au nom de cette même mémoire cellulaire. Cependant, rien de particulier ne se met réellement en place entre ces deux personnages. Un développement plus large du concept de la mémoire cellulaire aurait donner plus d’amplitude au métrage, mais les cinéastes ont préféré orienter le récit vers un complot psychologique nettement plus fade.

Si le scénario montre clairement ses faiblesses, les valeurs de productions permettent de relever quelque peu le niveau. La photographie signée Michel Sion est très agréable, les scènes d’action sont peu nombreuses mais très bien orchestrées. Certains effets spéciaux sont visibles, mais cela n’enlève rien à la qualité de l’ensemble. Les vues aériennes de Hong Kong sont superbes. La bande musicale est plutôt agréable et le montage nous offre un métrage de 108 minutes mitigées que l’on finit par regretter en raison du potentiel gâché que l’on ressent par rapport à l’idée de départ.

En conclusion, « Heartfall Arises » est un thriller policier mitigé disposant d’une histoire intéressante gâchée par une intrigue mollassonne et un développement psychologique raté. Le rythme est modéré, le récit est fluide et fait appel à quelques flashbacks. La photographie est très agréable, la bande originale est discrète mais plaisante et l’édition offre un métrage déséquilibré avec nettement trop de palabres. La distribution fait de son mieux avec un script brouillon et l’ensemble laisse un goût de regret tant le potentiel apparaît comme passionnant…

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 190 464 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :