Action, Ciné-Asia, Corée du Sud, Fantastique, Historique, Mystère

MONSTRUM (2018) ★★★★☆


Monstrum (2018)

 

Pendant la vingt-deuxième année de règne du roi Jungjong, une bête étrange apparaît dans le royaume de Joseon. Mené par Yoon Gyeom, un groupe de quatre individus fait son possible pour s’en débarrasser.

 

 

« Monstrum » est un film d’époque coréen datant de 2018, co-écrit et réalisé par Heo Jong-ho, à qui l’on doit également « Countdown » (2011). Les acteurs principaux sont Kim Myung-min, qu’on a pu voir dans « Pandora » (2016), Kim In-kwon, qu’on a pu voir dans « The Divine Move » (2014), Lee Hye-ri, chanteuse plus connue sous le pseudonyme de Hyeri, Choi Woo-shik, qu’on a pu voir dans « Train to Busan » (2016), Park Hee-soon, qu’on a pu voir dans « 1987: When the Day Comes » (2017), Lee Geung-young, qu’on a pu voir dans « The Battleship Island » (2017), et Park Sung-woong, qu’on a pu voir dans « The Tooth and the Nail » (2017).

« Monstrum » peut se voir comme un film fantastique mettant en scène un animal sauvage surdimensionné au look improbable. Un animal ressemblant au lion gardien chinois, statut qui orne les entrées des palais impériaux chinois, les temples, et les demeures officielles. Statues parfois appelées « lions de Fo » ou « chiens de Fo ». L’histoire se déroulant au Moyen-âge coréen et les acteurs évoluant donc en costumes d’époque, on parle donc de film « Joseon », comme pour « Rampant » (2018), « The Face Reader » (2013), « The Admiral: Roaring Currents » (2014) ou encore « The Fatal Encounter » (2014). Et justement, après « Rampant » qui plaçait une histoire de zombies dans les temps anciens, voilà que « Monstrum » vient nous raconter une histoire de monstre hideux dans une époque similaire. Et pour corser l’affaire, le tout sur fond de trahison et autres manœuvres visant à prendre le pouvoir.

Les personnages nous semblent familiers, Yun-kyum (Kim Myung-min) est un ancien général déchu, proche de l’Empereur, qui va reprendre du service afin de prouver l’existence ou non du monstre puis de le tuer, tout en protégeant son suzerain. Sung-han (Kim In-kwon) est son bras droit, un peu maladroit, bedonnant, qui amène une pointe d’humour par ses attitudes et ses réflexions. Sim Woon (Lee Geung-young) est le félon de service, Premier ministre qui vise le trône et Jin-yong (Park Sung-woong) est son bras droit armé, salop de service, qui n’hésite pas à tuer tous ceux qui se mettent en travers des ambitions de son Maître. On pourrait presque se laisser à dire que les personnages sont caricaturaux, tout comme l’ensemble de l’histoire de forfaiture qui se trame afin de faire tomber l’Empereur.

D’une durée de 105 minutes, « Monstrum » propose un récit dans la continuité, en dehors de la séquence d’ouverture qui positionne les principaux personnages dans un passé à court terme, soit une quinzaine d’années, dans un événement dramatique et marquant. Les scènes d’action sont nombreuses et se divisent en deux catégories. La dualité entre les « bons » et les « méchants » dans le contrôle du trône, et les affrontements avec le monstre. Le nœud de l’histoire réside dans l’existence ou non d’un monstre résidant dans les montagnes. Le concept est inventé par le Premier ministre dans le but de déstabiliser l’Empereur et ainsi de le destituer, jusqu’au moment où la réalité dépasse le mensonge, avec l’apparition du monstre. La fin est plutôt heureuse, bien que le déroulement de la confrontation finale laissait entrevoir le contraire. Le cinéma coréen nous ayant habitués à des fins tragiques, c’est plutôt une surprise.

Le rythme est plutôt plaisant, il n’y a que peu de temps mort, et les scènes d’action occupent une bonne partie de l’histoire. Les éléments de production sont plus que réussis, la photographie est superbe, les décors majestueux, permettant encore une fois de parfaitement s’immerger dans l’époque représentée. Les costumes sont toujours superbes, une constante dans les métrages Joseon. Les CGI sont très réussis, et la matérialisation de la bête est spectaculaire. Certaines scènes peuvent paraître gores et un certain public sera peut-être rebuté par ces séquences. La bande originale est plutôt discrète, mais apparaît comme bien adaptée au genre du métrage. Le film étant en version originale sous-titrée, on peut préciser que la traduction s’emmêle quelque peu les pinceaux par endroit. Il est donc nécessaire de rester concentré afin de ne pas se laisser distraire par ces petits aléas…

En conclusion, « Monstrum » est un très bon film de monstre avec une légère pointe d’horreur. Le rythme est plaisant, le récit est fluide et la narration est quasi linéaire. Le scénario est un peu simpliste et offre une sensation de déjà vu, laissant la part belle aux effets spéciaux et aux scènes de combat. La distribution offre de bonnes prestations, et c’est avec plaisir qu’on retrouve Kim Myung-min, déjà très à l’aise dans les films en costumes, puisqu’il ne s’agit d’autre que l’interprète du célèbre Detective K (2011, 2015 et 2018). L’ensemble est pleinement divertissant et peu largement conseillé ce métrage qui plaira aux fans de films Joseon.

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 246 430 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :