Ciné-Asia, Corée du Sud, Crime - Policier, Drame, Thriller

DOOR LOCK (2018) ★★★★☆


Door Lock (2018)

 

Kyung-min vit seule dans un appartement d’une unique pièce. Un jour, elle trouve des traces d’une possible effraction. N’obtenant pas d’aide de la police, elle commence à rassembler des preuves par elle-même afin d’identifier celui qui semble la traquer…

 

 

« Door Lock » est un thriller sud-coréen datant de 2018, co-écrit et réalisé par Lee Kwon, à qui l’on doit également « My Ordinary Love Story » (2014). Les acteurs principaux sont Gong Hyo-jin, qu’on a pu voir dans « A Single Rider » (2017), Kim Ye-won, qu’on a pu voir dans « Horror Stories » (2012), Kim Sung-oh, qu’on a pu voir dans « The Merciless » (2017), et Lee Chun-hee, qu’on a pu voir dans « National Security » (2012). Le tournage a eu lieu du 7 janvier au 14 mars 2018, pour une sortie le 5 décembre 2018.

L’histoire proposée par « Door Lock » nous invite à suivre Kyung-Min (Gong Hyo-jin), une employée de banque vivant seule dans un studio. Quand elle rentre un soir, après sa journée de travail, elle trouve le couvercle de la serrure électronique de sa porte ouvert. Effrayée, elle change de mot de passe. Cependant, juste avant de se coucher, elle entend quelqu’un essayer de déverrouiller sa porte. Elle appelle la police. Les flics ne montrent finalement que de l’agacement et aucune empathie pour Kyung-Min effrayée. Quelques jours plus tard, elle trouve d’autres indices que quelqu’un tente d’entrer chez elle. Réalisant qu’elle n’est pas en sécurité et qu’elle ne peut pas compter sur la police, elle commence à enquêter seule…

« Door Lock » nous plonge dans l’univers du pur thriller. Le suspense prend plusieurs formes. Dans un premier temps, on se demande si les inquiétudes de Kyung-min sont fondées. N’est-elle pas paranoïaque après tout ? Y a-t-il réellement quelqu’un qui veut s’en prendre à elle ? Tout bascule lorsque le manager de cette employée de banque, venu lui rendre son porte-feuilles, accidentellement oublié dans le véhicule de ce dernier lorsqu’il l’a raccompagné tardivement après une journée de travail, est assassiné dans l’appartement de la jeune femme. La question ne se pose plus alors en ces termes, et finalement, il n’y aura pour le spectateur plus qu’une interrogation : qui est l’agresseur ? Son profil se dessine progressivement, et la révélation se présentera comme une évidence.

Des différents personnages, on retiendra principalement Kyung-min, incarné avec beaucoup de réalisme par Gong Hyo-jin. Cette jeune femme, employée de banque, légèrement craintive et relativement vigilante, se retrouve être la cible d’un psychopathe. Bien que méfiante, et facilement apeurée, elle va partir en quête de l’identification de l’individu qui se trouve être responsable de tous ses soucis. Ses investigations vont la conduire dans les quartiers miteux de la ville et la plonger dans l’insécurité, car elle finit par se jeter dans la gueule du loup. Le personnage alterne entre une certaine audace et une forme de léthargie dans des moments cruciaux qui a le don de nous agacer profondément dans notre canapé, motivés que nous sommes pour qu’elle se transforme en guerrière…

D’une durée de 102 minutes, le script signé par Lee Kwon et Park Jung-hee, prend le temps de bien positionner son personnage central, de manière à ce que l’on puisse pleinement l’accompagner dans cette histoire stressante. La confrontation finale est rude et offre quelques plans violents, mais sans exagération. Le récit est en continu et la narration est fluide. Il y a quelques points discutables, voire même des incohérences scénaristiques, mais sans que cela ne trouble la fluidité de l’histoire. Le rythme est plutôt lent pour finir par s’accélérer dans la dernière partie du métrage. Les valeurs de productions sont plus que satisfaisantes. La photographie est propre, montrant parfaitement bien l’aspect de certains quartiers et de la vie dans les grandes métropoles asiatiques, avec ces secteurs qui ne sont finalement que des dortoirs à la verticale. La bande originale est discrète.

En conclusion, « Door Lock » remplit pleinement son contrat de film à suspense. La mise en scène signée Lee Kwon nous permet de nous immerger parfaitement dans le récit et d’accompagner le personnage principal dans cette spirale dramatique. Le rythme est lent pour s’emballer dans la dernière ligne droite du métrage. Le récit est fluide malgré quelques incohérences que l’on attribuera à l’inexpérience du réalisateur en matière de long-métrage. La distribution offre de bonnes prestations et on retiendra principalement la performance de Gong Hyo-jin qui nous offre une employée modèle, méfiante, limite peureuse, se laissant aller à une certaine hardiesse. À découvrir !

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 264 164 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :