Action, Comédie, Corée du Sud, Crime - Policier

MY WIFE IS A GANGSTER (2001) ★★☆☆☆


My Wife Is a Gangster (2001)

 

Eun-jin, jeune femme à la tête d’un gang mafieux, veut satisfaire les dernières volontés de sa sœur mourante, ce qui implique un mariage et un enfant, deux choses singulièrement incompatibles avec sa vie de gangster…

 

 

« My Wife Is a Gangster » est une comédie d’action sud-coréenne datant de 2001, réalisée par Jo Jin-kyu, à qui l’on doit également « Man on the Edge » (2013). Les acteurs principaux sont Shin Eun-kyung, qu’on a pu voir dans « Diary of June » (2005), Park Sang-myun, qu’on a pu voir dans « Miracle in Cell No.7 » (2013), Ahn Jae-mo, qu’on a pu voir dans « The City of Violence » (2006), Kim In-kwon, qu’on a pu voir dans « Revenger » (2018), Jang Se-jin, qu’on a pu voir dans « Holiday » (2005), et Shim Won-cheol, qu’on a pu voir dans « Fabricated City » (2017). Deux suites ont suivi ce métrage, « My Wife is a Gangster 2 » (2003) et « My Wife is a Gangster 3 » (2006).

Comme pour le cinéma du monde, les productions coréennes abordent tous les genres. Cependant, il y a une sorte de tradition qui, lors des premières découvertes, peut être assez déroutante, c’est le mélange des genres. « My Wife is a Gangster » est un film qui navigue donc entre plusieurs genres. Le gros souci, c’est qu’au début du XXIe siècle ce n’était pas vraiment au point et donc nettement moins efficace que les productions d’aujourd’hui qui s’aventurent également dans ce schéma. En outre, le poids des années est terrible pour ce film qui, on peut le dire, a mal vieilli.

« My Wife is a Gangster » vient donc titiller pas moins de quatre genres distincts. La comédie avec des situations ubuesques avec un couple dont chacun est diamétralement opposé à l’autre. Le mari est un homme bedonnant qui aspire à une vie tout ce qu’il y a de plus classique et la femme est à la tête d’un gang et s’avère être une redoutable combattante. Autant le dire tout de suite : certes il y a quelques situations, quelques scènes qui peuvent faire sourire, mais on ne rit pas franchement. Il n’y a rien de fondamentalement drôle ici. Le film d’action, parce qu’il y a quelques scènes de combat, mettant donc en scène Eun-jin (Eun-Kyung Shin). Si ces scènes d’action sont globalement correctes, elles sont nettement moins viables lorsqu’elles impliquent d’autres personnages. Le drame est sous-jacent de la situation concernant Yu-jin (Lee Eung-kyung), la sœur d’Eun-jin, en phase terminale d’un cancer. Pour faire plaisir à cette sœur mourante qu’elle n’avait pas vu depuis des années, Eun-jin va accepter de se marier et d’avoir un enfant.

Le scénario concocté par le duo formé par Kang Hyo-jin et Kim Moon-sung propose une histoire rocambolesque qui s’articule essentiellement sur une opposition de personnalité. Le couple formé par Shin Eun-kyung et Park Sang-myun est constitué de personnalité antagoniste. Issu de milieux sociaux complètement différents, rien ne peut fonctionner dans leur démarche. Si l’homme est dans une normalité, l’épouse est froide avec un regard particulièrement rude. Elle ne supporte absolument pas l’insoumission de ses subalternes. Elle manque cruellement de charme et évolue au quotidien avec une absence complète de féminité. Elle va bien tenter, de manière maladroite, de changer son apparence et de se présenter avec des traits de caractère plus doux, mais « chassez le naturel, il revient toujours au galop ».

Les valeurs de production apparaissent aujourd’hui comme modérées à faible. Le point le plus significatif se situe au niveau de l’édition. Le travail proposé par Park Gok-ji est étonnant, pour ne pas dire surprenant. Les scènes s’enchaînent parfois sans connexion directe. Un sentiment d’incohérence prend alors le dessus. C’est d’autant plus étonnant que Park Gok-ji est loin d’être un débutant, avec des métrages comme « The Truth Beneath » (2016) ou « Pandora » (2016) à son actif. La bande originale est vraiment malingre et la photographie est tout ce qu’il y a de plus basique.

En conclusion, « My Wife is a Gangster » est une comédie d’action médiocre disposant d’une histoire bancale, d’une intrigue dépouillée et d’un développement brouillon. Le rythme est modéré, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est simple, la bande originale est modeste et l’édition est déroutante. La distribution offre des prestations moyennes dont on ne retiendra finalement que les performances physiques de Shin Eun-kyung. L’ensemble est décevant, souffrant probablement du poids des années. On zappe….

 

 

 

Groupe Facebook

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 258 082 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :