Action, Aventure, Comédie, Corée du Sud, Historique, Thriller

ONCE UPON A TIME (2008) ★★★☆☆


Once Upon a Time (2008)

 

À Séoul, durant les derniers jours de l’occupation nippone en 1945, les autorités japonaises viennent de mettre la main sur un ancien artefact coréen d’une valeur inestimable, et envisagent de l’expédier au Japon. Deux voleurs de hauts vols vont tenter de le récupérer, tout comme des membres de la résistance… Qui est qui ? Et quelles sont les véritables motivations ?

 

 

« Wonseu-eopon-eo-taim » (원스 어폰 어 타임), ou « Once Upon a Time » pour la distribution internationale, est un film d’aventures sud-coréen à connotation historique datant de 2008, dirigé par Jeong Yong-ki, à qui l’on doit également « Couples » (2011). Les acteurs principaux sont Park Yong-woo, qu’on a pu voir dans « Hwayi: A Monster Boy » (2013), Lee Bo-young, qu’on a pu voir dans « A Dirty Carnival » (2006), Kim Su-hyeon, qu’on a pu voir dans « The Unjust » (2010), Sung Dong-il, qu’on a pu voir dans « The Accidental Detective » (2015), Kim Eung-soo, qu’on a pu voir dans « Man on High Heels » (2014), Ahn Gil-kang, qu’on a pu voir dans « Running Wild » (2006), et Jo Hee-bong, qu’on a pu voir dans « Cruel Winter Blues » (2006).

L’histoire proposée par « Once Upon a Time » nous ramène dans la Corée de 1945, dans les derniers jours de l’occupation japonaise. Nous allons suivre Oh Bong-gu (Park Yong-woo) qui se fait passer pour un homme d’affaires important du nom de Kanemura. Dans les faits, il s’agit d’un escroc qui vend des pseudos artefacts coréens à de riches collectionneurs japonais. Il n’a que des yeux pour la belle Choon-ja (Lee Bo-young), chanteuse de jazz dans une boîte de nuit du centre-ville, se faisant appeler Haruko, jouant sur l’ambiguïté de sa double nationalité. Cependant, la nuit venue, elle se transforme en « Haedanghwa« , un cambrioleur très agile qui a déjà commis une succession de vols de grande envergure. Elle est également convoitée par le Colonel Yamada (Kim Su-hyeon), qui jalouse l’affection que Kanemura affiche pour elle. Le propriétaire du club de musique (Sung Dong-il), sorte de petit music-hall, ainsi que son chef de cuisine (Jo Hee-bong), travaillent secrètement pour le mouvement d’indépendance coréen.

L’équilibre de chacun va être déstabilisé lorsque le chef de la province va mettre la main sur un diamant d’une valeur inestimable et annonce en grande pompe que celui-ci va être expédié au Japon pour la gloire de l’Empire du Soleil Levant. Les uns et les autres vont devoir faire tomber les masques pour garder le trésor en Corée. Certains envisagent de le faire pour l’argent, d’autres pour financer la résistance et les derniers pour défendre l’honneur de leur patrie.

Le scénario concocté par Cheon Seong-il positionne le focus sur plusieurs personnages. Du côté des antagonistes nous avons essentiellement le responsable japonais (Kim Eung-soo) qui recherche le fameux diamant depuis plus de trente ans, et qui y voit un moyen de rentrer au Japon auréolé de gloire pour cette découverte. Pour le seconder, il y a un ensemble de sous-fifres tel que le Colonel Yamada qui lorgne sur la chanteuse, mais qui n’a que du dédain pour les autochtones. On trouve également le chef de la police de Séoul, Suzimura, dont on finira par découvrir qu’il est coréen, Hwang Choon-duk (Kim Goo-taek) de son vrai nom. Et enfin un enquêteur de la police, Hasekawa, qui lui aussi est un Coréen du nom d’Oh Duk-soo (Kim Hyeong-beom) et qui se fait passer pour un Japonais. Du côté des gentils, nous avons également quelques figures, comme Jang-cheon (Ahn Gil-kang), prêteur sur gages, qui s’avère être le chef du réseau local de la résistance, le patron du night-club (Sung Dong-il) et son cuistot (Jo Hee-bong) dont la présence dans le récit n’est faite que pour apporter une touche comique au film. Kanemura alias Oh Bong-gu (Park Yong-woo) que l’on peut considérer comme le personnage principal de ce film et Haruko / Choon-ja, la chanteuse qui finalement n’a qu’un rôle secondaire, relativement neutre, jouant sa carte personnelle, cherchant à fuir l’Asie pour mener à bien sa carrière dans le spectacle. Elle ambitionne d’aller en Russie, puis finalement aux Etats-Unis.

Présentée de la sorte, l’histoire peut apparaître comme étant compliquée, cependant le développement est fluide et on peut pleinement s’immerger dans le récit qui est bien loin d’être une prise de tête. D’une durée de 110 minutes, le métrage s’inscrit dans un très bon rythme. Les scènes d’action sont diverses. On pourrait dire que la mise en scène proposée par Jeong Yong-ki lorgne du côté de l’ambiance que l’on retrouve dans la saga des Indiana Jones, mais également des classiques de cambriolages, bien finalement le réalisateur passe assez vite sur ces deux aspects. On retrouve de nombreuses séquences à connotation humoristique orchestrées par le duo formé de Sung Dong-il et Jo Hee-bong. Enfin, on trouve une confrontation finale qui verra s’opposer Kanemura / Oh Bong-gu au Colonel Yamada, et ce, dans la dernière partie du métrage.

En conclusion, « Once Upon a Time » est un agréable film d’action, disposant d’une histoire originale, d’une intrigue satisfaisante et d’un développement dynamique. Le rythme est soutenu, le récit est fluide et la narration est linéaire. La pointe d’humour est réussie et on reste captivé tout au long du métrage. La photographie signée Moon Yong-sik est très bonne avec un bel effort sur les véhicules, les costumes et les décors, la bande originale est très plaisante, notamment où les différentes ballades proposées par Haruko, la chanteuse de cabaret. Enfin, l’édition réalisée par Kim Sun-min permet de garder le métrage sur le même rythme durant la quasi-totalité de sa durée. Un film pleinement distrayant qui a le mérite nous faire sourire à de nombreuses reprises. À voir …

 

 

 

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

Groupe Facebook Cinéma Coréen

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 258 077 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :