Action, Corée du Sud, Drame, Guerre, Historique

SWORD IN THE MOON (2003) ★★★☆☆


Sword in the Moon (2003)

 

Une série de hauts fonctionnaires est tuée par un assassin redoutable et son assistante. Le très efficace Yoon Gyu-yup, chef d’une escouade spéciale, est chargé de protéger les ministres et de neutraliser les assassins…

 

 

« Cheongpung myeongwol » (청풍명월), ou « Sword in the Moon » pour la distribution internationale, est un film d’action historique sud-coréen datant de 2003, réalisé par Kim Ui-seok, à qui l’on doit également « After My Death » (2017). Les acteurs principaux sont Cho Jae-hyun, qu’on a pu voir dans « The Fatal Encounter » (2014), Choi Min-soo, qu’on a pu voir dans « Libera Me » (2000), Kim Bo-kyung, qu’on a pu voir dans « A Hard Day » (2014), Lee Jong-soo, qu’on a pu voir dans « The Showdown » (2010), et Yoo Yeon-soo, qu’on a pu voir dans « The Negotiation » (2018). Ce métrage est paru le 16 juillet 2003 en Corée. En outre, il a été projeté lors du Festival de Cannes en 2004 dans la section Un Certain Regard.

L’histoire proposée par « Sword in the Moon » nous invite à suivre Yoon Gyu-yup (Cho Jae-hyun) et Choi Ji-hwan (Choi Min-soo) qui furent tous deux des soldats d’une unité d’élite créée après les invasions japonaises au milieu de la dynastie Joseon. Cette unité baptisée « Vent calme, Lune brillante » avait pour fonction d’assurer la paix du pays. En son sein, les deux meilleurs guerriers, Ji-hwan et Gyu-yup développèrent une forte relation d’amitié. Mais un complot politique, un coup d’État força Gyu-yup à jurer fidélité au nouveau souverain, à tuer son maître d’armes, mais aussi Ji-hwan, perdant au passage son sens de l’humanité et une partie de lui-même. Des années plus tard, Ji-hwan qui n’avait été que grièvement blessé, revient en compagnie de Shi-young, la fille de leur ancien maître, héritière de la tradition martiale. Gyu-yup se retrouve confronté plusieurs fois à Ji-hwan, mais leur ancienne amitié profonde les empêche de s’affronter réellement. Devant l’hécatombe de ministres, l’Empereur somme Gyu-yup d’en finir avec ces assassins qui sévissent au nez et à la barde des troupes de sécurité. La confrontation finale devient inéluctable…

Le scénario concocté par Jang Min-seok nous emmène donc un récit historique, l’action se déroulant à l’ère Joseon ; juste après une période courante de 1592 à 1598, où le Japon orchestra plusieurs tentatives d’invasion. On peut donc situer les faits présentés dans cette histoire aux alentours de 1605, soit le début du 17e siècle. L’histoire est également un condensé d’action avec de multiples combats au sabre, ce qui donne énormément de rythme au métrage. Enfin, on ne peut se dégager de la tournure dramatique du récit.

« Sword in the Moon » se concentre sur trois personnages. Du côté féminin, la magnifique Kim Bo-kyung incarne Shi-young, fille d’un maitre d’armes, victime collatérale d’un coup d’État, assassinée par l’un de ses propres élèves comme je l’ai déjà souligné précédemment, soit Gyu-yup plus précisément. Elle est animée par un fort désir de vengeance, et participe activement à l’élimination des ministres en usant des techniques furtives de déplacement et sa maîtrise des arts martiaux.

Du côté masculin, on trouve un duo composé de Ji-hwan, interprété par Choi Min-soo, avec un look qui n’est pas sans rappeler Raiden, personnage fictif de la série de jeux vidéo Mortal Combat, auquel ‎Christophe Lambert a prêté ses traits dans le film de Paul W.S. Anderson, « Mortal Kombat » paru en 1995. Il faut l’avouer, les motivations de Ji-hwan ne sont pas vraiment claires. Veut-il se venger ? Agit-il sur ordre ? Est-il un mercenaire à la solde d’un opposant à l’Empereur ? Agit-il uniquement pour satisfaire aux besoins de vengeance de son amie Shi-young ? Son discours apparaît comme étant plein de sagesse. Il se présente comme n’ayant pas peur de mourir et comme n’attendant rien de la vie. Enfin, Gyu-yup, représenté par Cho Jae-hyun. Un homme taciturne, froid et sanguinaire, ayant perdu toute humanité après avoir tué son maître et trahi ses anciens camarades.

D’une durée de 103 minutes, les scènes d’action occupent une majeure partie du temps. On peut y suivre différentes batailles et de nombreux combats mettant en scène un ou plusieurs des principaux protagonistes de l’histoire. Le film s’achève d’ailleurs sur une scène de combat, dont l’issue est laissée à l’imagination du spectateur. Le récit navigue entre deux époques distinctes. Le temps « présent » et un passé relativement proche, qui correspond à la période où les deux personnages centraux étaient en formation au sein d’une unité spéciale. C’est durant cette même époque que Ji-hwan est tombé amoureux de Shi-young, un amour contrarié qui ne s’est jamais concrétisé. Ces deux périodes sont espacées de cinq années. Et malgré que Ji-hwan et Shi-young soient unis dans une cause commune visant à se venger du pouvoir en place, leur relation est restée platonique.

Les valeurs de production sont tout à fait respectables pour ce film. La photographie proposée par Mun Yong-shik est de bonne qualité. Les costumes sont agréables à l’œil, même si majoritairement les protagonistes évoluent tous dans des armures légères identiques. Les décors ne sont pas pleinement mis en lumière, car la majorité des scènes se déroule de nuit. On pourra apprécier les impressionnantes cascades à cheval lors des batailles. Les scènes de combat, structurées par Won Jin, sont superbement chorégraphiées mettant en évidence la dextérité des différents acteurs. La bande originale signée Lee Gyeong-seop est très présente, venant appuyer les passages importants du récit. Le montage présenté par Kyeong Min-ho met l’accent sur l’action, offrant un métrage dynamique et prenant.

En conclusion, « Sword in the Moon » est un film d’action sympathique, disposant d’une histoire originale, d’une intrigue usuelle et d’un développement sémillant. Le rythme est soutenu, le récit est fluide et la narration se balade sur deux époques distinctes espacées de cinq années. La phonographie est plaisante avec des décors et des costumes de qualité, la bande musicale est très présente et vient accompagner les moments importants de l’histoire, enfin le montage permet de faire ressortir un film remuant. La distribution offre de très bonnes prestations tant dans le domaine dramatique que dans la mise en forme de l’action. L’ensemble est divertissant et mérite qu’on recommande ce métrage qui saura plaire aux fans d’action…

 

 

 

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

Groupe Facebook Cinéma Coréen

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 270 921 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :