Corée du Sud, Drame

PEPPERMINT CANDY (1999) ★★★★☆


Peppermint Candy (1999)

 

Le cheminement, en cinq étapes, de la vie d’un homme, expliquant ce qui l’a conduit au suicide…

 

 

« Bakha Satang » (박하사탕), ou « Peppermint Candy » est un film dramatique sud-coréen datant de 1999, écrit et réalisé par Lee Chang-dong, à qui l’on doit également « Hwayi: A Monster Boy » (2013). Les acteurs principaux sont Sol Kyung-gu, qu’on a pu voir dans « 1987: When the Day Comes » (2017), Moon So-ri, qu’on a pu voir dans « The Handmaiden » (2016), Kim Yeo-jin, qu’on a pu voir dans « Children… » (2011), et Park Soo-young, qu’on a pu voir dans « The Negotiation » (2018). Ce film a obtenu plusieurs nominations et fut récompensé par plusieurs prix dont le Grand Bell Award dans la catégorie du Meilleur Film. Le métrage est paru le 1er janvier 2000 et fut l’objet d’une édition remastérisée en avril 2018.

L’histoire proposée par « Peppermint Candy » nous invite à suivre Kim Yong-ho (Sol Kyung-gu) en commençant par le suicide de ce personnage. Le récit se déplace alors avec une chronologie inversée, par segments, de manière à nous présenter les raisons qui ont conduit Yong-ho à cet acte extrême et définitif. Le premier flashback révèle des événements qui n’ont eu lieu que quelques jours avant son suicide. L’homme vit comme un sans-abri et dépense ce qui lui reste d’argent afin d’acheter une arme à feu. Il hésite finalement à l’utiliser contre lui. Cinq années, plus tôt, il était encore un homme d’affaires plutôt prospère, mais en difficulté dans sa vie de couple. Son épouse, Hong-ja (Kim Yeo-jin) le trompe, et lui-même entretient une relation extra-conjugale avec sa secrétaire. Progressivement, époque avant époque, on découvre les éléments constructifs du personnage, jusqu’à la présentation de Sun-im (Moon So-ri), son premier grand amour.

La plupart des événements clés qui animent la vie de Kim Yong-ho coïncident avec certains des incidents parmi les plus importants de l’histoire de la Corée du Sud. Pour exemple, le segment qui positionne le personnage en 1987, période de troubles avec des manifestations démocratiques qui conduiront à de nouvelles élections et déboucheront sur la création d’une Sixième République, toujours d’actualité en 2020, en Corée du Sud [voir → « 1987: When the Day Comes« ]. Durant cette époque, Yong-ho est dans la police, et n’hésite pas à utiliser la torture pour extorquer des aveux aux délinquants. Un autre segment important place le récit en plein milieu des manifestations étudiantes qui ont mené au massacre de Gwangju [voir → « May 18 » ; voir → « A Taxi Driver« ] avec un accident qui aura un impact déterminant sur le reste de la vie du personnage principal.

Lee Chang-dong, qui assure ici son deuxième long-métrage après « Green Fish » (1997), endosse ici la double casquette de scénariste et de réalisateur, propose finalement un mélodrame qui se démarque fortement de ce qui se faisait habituellement dans le genre à cette époque. Cependant, pour apprécier pleinement l’histoire qui nous est soumise avec ce métrage, il faut avoir une certaine connaissance de l’histoire du pays. Le réalisateur part de ce postulat en supposant que son spectateur connaît le contexte sociopolitique de chaque segment. L’ordre chronologique inversé est astucieusement utilisé, sans compliquer les choses, dans une réalisation qui profite pleinement de son montage. L’analyse à travers le développement du personnage est vraiment excellente, car finalement, l’ensemble se met parfaitement en place et les différentes prises de positions deviennent compréhensibles, et même justifiables. On peut également saluer la manière dont le réalisateur utilise les trains, qui apparaissent quasiment dans chaque moment important du métrage, toujours dans le but de rappeler la manière dont Yong-ho s’est suicidé.

De l’ensemble de la distribution, on retiendra bien évidemment la superbe prestation de Sol Kyung-gu, qui tient là l’un de ses premiers rôles, donnant un échantillon précis de ce qui allait suivre dans les prochaines années. Il hypnotise le spectateur dès la première scène du film, quand il apparaît lors d’un pique-nique, dans un costume élégant, dansant, chantant, et créant ainsi un malaise parmi ce groupe d’anciens élèves. Tout au long du film, il va présenter une belle variété d’attitudes et de sentiments, tout à fait convaincants. On peut considérer que l’acteur est une des raisons pour laquelle il faut regarder ce métrage. Moon So-ri incarne Sun-im, personnage important dans le récit, même si elle est peu présente à l’écran.

Les valeurs de production concernant ce « Peppermint Candy » sont tout à fait louables. La photographie signée Kim Hyung-koo est vraiment excellente. Les différentes périodes sont très bien marquées, permettant au spectateur de bien s’immerger dans chacune d’entre elles, tout en présentant de super-visuels. La bande originale orchestrée par Lee Jae-jin vient agréablement accompagner le récit tout en mettant l’accent sur les passages les plus importants. Enfin, le montage réalisé par Kim Hyun est tout à fait remarquable, chaque segment étant ouvert et fermé par une vue arrière du train, remontant le fil du temps.

En conclusion, « Peppermint Candy » est un très bon film dramatique disposant d’une histoire sombre, d’une intrigue très bien ficelée et d’un développement singulièrement original. Le rythme est modéré, le récit est fluide et la narration est inversée, remontant le temps sur une vingtaine d’années. La photographie est sympathique, la bande originale est très bien orchestrée et le montage est probablement l’élément clé du métrage. La distribution offre de bonnes prestations mais complètement masquées par l’excellente performance de Sol Kyung-gu qui éclipse complètement les autres acteurs. Avec le temps, ce film est devenu l’un des meilleurs mélodrames sud-coréen et devrait être présent dans toutes les DVDthèques des passionnés du cinéma du Pays du Matin Calme.

 

 

 

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

Groupe Facebook Cinéma Coréen

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 258 508 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :