Aventure, Corée du Sud, Netflix, Science fiction

SPACE SWEEPERS (2021) ★★★✭☆


Space Sweepers (2021)

 

2092. Après avoir réussi à récupérer une navette spatiale lors de leur dernière chasse aux débris, l’équipage de Victory découvre une fillette de 7 ans à l’intérieur. Réalisant qu’elle est le robot humain recherché par les gardes spatiaux de l’UTS, ils décident de demander une rançon…

 

 

« Seungriho » (승리호), ou « Space Sweepers » pour la distribution internationale, est un film de science-fiction, type space opera, co-écrit et dirigé par Jo Sung-hee, à qui l’on doit également « Phantom Detective » (2015). Les acteurs principaux sont Song Joong-ki, qu’on a pu voir dans « The Battleship Island » (2017), Kim Tae-ri, qu’on a pu voir dans « The Handmaiden » (2016), Jin Seon-kyu, qu’on a pu voir dans « Extreme Job » (2019), Yoo Hae-jin, qu’on a pu voir dans « 1987: When the Day Comes » (2017), Richard Armitage, qu’on a pu voir dans « Ocean’s 8 » (2018), et Park Ye-rin, qui fait ici ses premiers pas dans un long-métrage. Ce métrage est considéré comme le premier blockbuster spatial coréen. Ce film est disponible sur Netflix depuis le 5 février 2021.

L’histoire proposée par « Space Sweepers » nous invite à suivre l »équipage d’un vaisseau spatial spécialisé dans la récupération des débris en orbite qui polluent l’espace, menaçant les installations de la société UTS qui cherche à développer un nouvel Eden. La vie de l’équipage du Victory va cependant prendre une nouvelle orientation lorsqu’il découvre un enfant humanoïde nommé Dorothy, dénoncé comme étant une arme de destruction massive. Étant tous endettés et ayant toutes sortes de rêves à réaliser, les membre de l’équipage décident de se lancer dans une transaction commerciale risquée, et bien au-delà de ce qu’ils avaient pu imaginer…

Bien que le film soit d’une durée de 136 minutes, le développement compte de nombreux trous, des vides que l’on devra combler par nous-mêmes. Tae-ho (Song Joong-ki) est un ancien agent des forces spéciales qui recherche le corps de son enfant adoptif propulsé dans le vide sidéral suite à un tragique accident. Bien que l’on puisse adhérer à l’idée, le point d’équilibre des choix est cependant fortement discutable tellement cela peut apparaître comme déséquilibré. En outre, concernant ce personnage, Yoon Seung-min, Yoo-kang Seo-ae et Jo Sung-hee, les trois scénaristes, nous proposent l’existence d’une relation préexistante avec le méchant, totalement inutile car jamais exploitée, jamais développée. James Sullivan (Richard Armitage), principal antagoniste, et big boss de UTS, apparaît comme un personnage dont l’histoire est inutilement alambiquée et qui aurait pu être aisément expliquée. Pour exemple, comment se fait-il qu’il soit si vieux (152 ans), et quelle est donc cette pseudo-transformation quand il se met en colère ???

Yoo Hae-jin incarne Bubs, un robot transgenre qui amène une pointe de légèreté. Cependant, la performance de l’acteur est perdue, car la technologie de capture de mouvements du visage ne permet pas de reproduire ses maniérismes uniques, ce qui est contre productif pour l’aspect transgenre du personnage. Dans l’ensemble, les effets spéciaux sont plutôt corrects, même si par moment un effet brouillon vient prendre le dessus. On gardera certainement, comme meilleur passage, la séquence d’attaque des drones avec une participation d’un ensemble de vaisseaux chasseurs de débris, dans une forme de bataille générale. On s’arrêtera également sur quelques visualisations amusantes, comme lorsque Bubs oscille dans la poursuite de vaisseaux spatiaux comme un Spider-Man spatial. Les forces d’intervention, type stormtrooper, font quelque peu penser aux Cylon Centurion que l’on pouvait voir dans la série Battlestar Galactica. Reste le personnage de Dorothy / Kot-nim, incarné avec malice par Park Ye-rin, adorable fillette qui fait l’objet de l’intrigue centrale, et viendra remettre en question les idéaux des principaux protagonistes du récit.

Enfin, il est difficile de ne pas comparer « Space Sweepers » à d’autres références du genre. On notera que le script reprend le concept de celui développé par « Elysium » (2013) de Neill Blomkamp, où des nantis vivaient dans l’espace, loin d’une planète Terre quasi-inhabitable. Cette fois-ci, la colonie utopique est nommée Eden. Les héros étant des personnes qui n’ont pas les moyens de profiter de ce nouveau monde, vivant à la limite du clochardisme. Etat qui est démontré par la scène où l’on s’attarde sur les pieds du pilote, pour contempler ses chaussettes trouées. Au-delà du scénario hasardeux à bien des endroits et aux effets spéciaux, c’est finalement l’interaction entre les principaux personnages qui s’avère être la grâce salvatrice du film. Ironiquement, en dépit de sa présentation, « Space Sweeders » est meilleur dans le registre de la comédie, et parvient à s’élever au-dessus de la familiarité de ses concepts, soutenu par le charisme de son casting.

En conclusion, « Space Sweeders » est un bon film de science-fiction disposant d’une histoire familière, d’une intrigue un peu légère et d’un développement qui apparaît comme brouillon par endroit. Le rythme est irrégulier, le récit manque de fluidité et la narration fait appel à quelques flashbacks. La photographie orchestrée par Byun Bong-sun est réussie et prouve que le cinéma coréen peut également s’attaquer à ce genre sans avoir à rougir face aux supers productions américaines. La bande originale signée par Kim Tae-seong est agréable et l’édition proposée par Nam Na-young et Ha Mi-ra est correcte. La distribution offre de bonnes prestations sans qu’une performance du quatuor principal se démarque, même si le personnage incarné par Yoo Hae-jin est le plus plaisant. Un galop d’essai relativement réussi dans le monde de la science-fiction, qui en appellera certainement d’autres….

 

 

 

 

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

Groupe Facebook Cinéma Coréen

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 335 364 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :