Corée du Sud, Drame, Espionnage, Historique, Politique, Thriller

THE MAN STANDING NEXT (2020) ★★★★☆


The Man Standing Next (2020)

 

Dans les années 1970, la Corée est sous la houlette du président Park, qui contrôle d’une main de fer la KCIA, l’agence de renseignements coréens. Kim Gyu-Pyeong, un commandant prometteur de la KCIA, voit sa vie bouleversée lorsque l’ancien directeur de l’agence refait surface, avouant qu’il connaît toutes les affaires louches dans lesquelles a trempé le gouvernement.

 

 

« Namsanui bujangdeul » (남산의 부장들), ou « The Man Standing Next » pour la distribution internationale, est un thriller politique sud-coréen datant de 2020, co-écrit et dirigé par Woo Min-ho, à qui l’on doit également « The Drug King » (2018). Les acteurs principaux sont Lee Sung-min, qu’on a pu voir dans « The Beast » (2019), Lee Byung-hun, qu’on a pu voir dans « Ashfall » (2019), Kwak Do-won, qu’on a pu voir dans « Asura: The City of Madness » (2016), et Lee Hee-joon, qu’on a pu voir dans « 1987: When the Day Comes » (2017).

L’histoire proposée par « The Man Standing Next » nous invite à suivre l’histoire du président Park Chung-hee (Lee Sung-min), troisième Président de la Corée du Sud. Ce dernier est arrivé au pouvoir suite à un coup d’état militaire et dirige le pays d’une main de fer depuis dix-huit ans maintenant. Il est soutenu par Kim Gyu-pyeong (Lee Byung-hun), qui dirige les services de renseignements coréens, nommés « la KCIA ». Celui-ci est très proche du président et lui est fidèle depuis la « révolution ». En 1979, le Président Park est de plus en plus contesté, et finalement abandonné par son allié, les Etats-Unis. Cette situation est principalement due à l’ancien directeur de la KCIA, Park Yong-gak (Kwak Do-won), qui s’est exilé aux USA et projette de publier ses mémoires, dans lesquelles il souhaite faire la lumière sur les crimes du Président Kim. Bien que l’actuel directeur de la KCIA parvient à influencer son prédécesseur à se taire, il semble progressivement perdre la confiance du Président Park. En effet, depuis quelque temps, ce dernier lui préfère le chef du service de sécurité, Kwak Sang-cheon (Lee Hee-joon), aux méthodes violentes. Des émeutes à Busan et Masan viennent encore compliquer la situation. Kim Gyu-pyeong est sous pression, et semble s’orienter vers une solution radicale…

Le scénario présenté par Lee Ji-min et Woo Min-ho, ce dernier endossant également la casquette de réalisateur, prend un certain nombre de libertés avec les faits réels et/ou supposés, de manière à romancer le récit. Ces libertés scénaristiques sont essentiellement dues au fait que les motivations profondes de Kim Jae-gyu (devenu Kim Gyu-pyeong dans le film) de l’assassinat n’ont jamais été pleinement expliquées. Mise à part la représentation des événements réels, qui sont structurés dans une formulation hollywoodienne, le métrage est vraiment captivant et habilement développé. Le scénariste-réalisateur met en place un climat de trahisons, de mensonges, de paranoïa, et même de stupidité, qui permettent de capturer l’atmosphère de l’époque, et de placer le directeur de l’agence centrale de renseignements de la Corée (KCIA), devenue depuis la National Intelligence Service (NIS). Le cinéaste parvient à expliquer l’inconfort croissant dans laquelle cet homme s’est retrouvé, pour finalement le conduire vers une forme de désespoir meurtrier.

Ainsi donc, si certes le scénario est bien écrit, l’histoire fonctionne essentiellement au jeu exceptionnel de Lee Byung-hun. En effet, l’acteur, à travers sa performance, permet au personnage de laisser transparaître la lutte constante qui l’habite. Il lui faut garder un sang-froid dans toutes circonstances, un sens aigu de la logique, un sens profond de l’observation et de l’écoute, tout en maintenant une forme de dignité, et de la constance dans ses idéaux. Il est également important que Kim Gyu-pyeong se positionne dans une méfiance contrôlée. Bien qu’apparaissant comme laconique, cette lutte est clairement palpable, tandis que les scènes où il doit se maîtriser sont très bien orchestrées et bien positionnées dans le récit.

Le réalisateur entretient la tension entre les principaux personnages, notamment la rivalité entre Kim Gyu-pyeong (Lee Byung-hun) et Kwak Sang-cheon (Lee Hee-joon), le tout alimenté par les changements d’attitudes du Président Park. Cette approche permet de surmonter l’absence de mystère quant à savoir qui est le traître. En outre, le fait qu’on devine que les téléphones des uns et des autres semblent tous être sur écoute, offre la possibilité au script d’installer un certain nombre de situations qui seraient difficiles à dépeindre autrement. Mais étant donné que l’histoire se déroule pendant la période dite de la guerre froide, cela s’inscrit dans l’ordre des choses plausibles. Le rythme est assez rapide, ponctué par des coupes fréquentes qui fonctionnent très bien dans le cadre du récit. Bien que le développement suit un schéma hollywoodien dans sa forme stylistique, mais il faut avouer que cela convient à l’esthétique d’un film d’espionnage.

En conclusion, « The Man Standing Next » est un très bon film historique disposant d’une histoire basée sur des faits réels, d’une intrigue bien construite et d’un développement très bien structuré. Le rythme est assez rapide avec une atmosphère tendue, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie, signée Go Rak-sun, permet de très bien s’immerger dans l’époque, la bande originale orchestrée par Jo Yeong-wook est agréable et le montage proposé par Jung Ji-eun offre un métrage de 114 minutes captivant qui permet de découvrir un aspect de l’histoire coréenne peu connue sous nos latitudes. La distribution offre de bonnes prestations, cependant dominées par l’excellente performance de Lee Byung-hun, qui a remporté plusieurs prix pour son interprétation du directeur de la KCIA. Un ensemble sérieux, équilibré et plaisant.

 

 

 

 

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

Groupe Facebook Cinéma Coréen

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 303 634 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :