Action, Corée du Sud, Drame, Historique, Romance

EMPIRE OF LUST (2015) ★★★★☆


Empire of Lust (2015)

 

Alors que la dynastie Joseon s’installe, un brillant général est nommé commandant suprême des forces militaires. Dès lors un jeu de trahison, de mensonge, de fourberie et d’adultère s’installe dans l’entourage de la Cour…

 

 

« Sunsuui sidae » (순수의 시대), ou « Empire of Lust » pour la distribution internationale, est un film historique sud-coréen, datant de 2015, dirigé par Ahn Sang-hoon, à qui l’on doit également « Blind » (2011). Les acteurs principaux sont Shin Ha-kyun, qu’on a pu voir dans « Big Match » (2014), Jang Hyuk, qu’on a pu voir dans « Ordinary Person » (2017), Kang Han-na, qu’on a pu voir dans « No Tears for the Dead » (2014), Kang Ha-neul, qu’on a pu voir dans « Midnight Runners » (2017), Son Byong-ho, qu’on a pu voir dans « The Magician » (2015), et Lee Jae-yong, qu’on a pu voir dans « The Classified File » (2015).

L’histoire proposée par « Empire of Lust » est relativement absconse et il est nécessaire de bien se concentrer dès le début du métrage. Kim Min-jae (Shin Ha-kyun) est un brillant général qui s’est distingué sur le champ de bataille afin de protéger les frontières du pays. L’Empereur le nomme alors Commandant Suprême des forces militaires tout en lui confiant la mission secrète de garder un œil sur Yi Bang-won (Jang Hyuk), son cinquième fils, qui pense t’il, a l’ambition de s’emparer du trône. Kim Min-jae tombe amoureux d’une gisaeng (courtisane dont le rôle est de tenir compagnie aux personnalités de haut rang tels que les rois, les nobles, et les hauts fonctionnaires) nommée Ka-hee (Kang Han-na), qu’il prend comme sa concubine, au grand dam de son épouse officielle dont il est partiellement séparé. Toutefois, le général en chef ne se rend pas compte que sa nouvelle bien-aimée a l’intention de mener une vengeance contre son fils, Jin (Kang Ha-neul). Pour se faire Ka-hee passe un pacte secret avec Yi Bang-won. Des choix devront bientôt être faits et l’avenir de la dynastie est sur le point de vaciller…

Au-delà du genre, c’est la thématique qui est intéressante. Le fond du récit n’est autre qu’une histoire de vengeance. Une fillette se fait violer par le fils d’un haut dignitaire de la Cour, et sa maison est brûlée alors que sa mère souffrante y était alitée. Elle va progressivement monter les échelles au sein des gisaeng de manière à accéder au père de son violeur pour assouvir sa vengeance. On retrouve également des luttes de pouvoir avec un fils du Roi qui a des ambitions fortes pour prendre le pouvoir et monter sur le trône. Fatalement, il magouille, il complote, et n’hésite pas à organiser des fourberies, tout en développant son armée personnelle. Cependant, on peut légitimement se demander si Kim Se-hee, le réalisateur, n’avait pas la simple ambition d’écrire un thriller érotique, avec de longues scènes sexes.

Ces scènes fortement érotiques sont magnifiquement filmées, et on comprend mieux pourquoi la photographie a été gérée par pas moins de trois cinéastes, Son Won-ho, Ju Seong-rim et Yu Eok. Ces séquences concernent essentiellement la relation entre Min-jae et Ka-hee. Shin Ha-kyun arbore dans ce sens un physique absolument irréprochable, que l’on peut également observer lors d’une séance d’entraînement au sabre. Kang Han-na présente également sa très belle plastique, ce qui rajoute à l’émotion de ces scènes. Les décors sont somptueux, parfois minimalistes dans la densité, parfois raffinés et on peut saluer le travail de Choi Jihyeon dans ce sens. Il en est de même pour Kim Seong-gyu chargé des costumes. On appréciera également la beauté des chorégraphies des combats, que ce soit la scène d’ouverture relativement violente ainsi que pour la séquence finale. On relèvera l’approche poétique de cette conclusion, avec les deux corps qui flottent entre deux eaux. Un petit générique explicatif, sur le devenir des différents protagonistes du récit viendra conclure le film.

On pourra peut-être regretter que « Empire of Lust » ne s’inscrive pas dans un reflet fidèle de l’histoire. Pour répondre à ce type d’attente on lui préférera « The Fatal Encounter » (2014). Les principaux arcs de l’intrigue de ce métrage sont fortement axés sur les indiscrétions sexuelles de certains des personnages qui peuvent ou ne peuvent pas avoir existé. Reste que l’histoire est sombre et comme souvent, dans les films du genre, la fin est dramatique.

En conclusion, « Empire of Lust » est un très bon film historique disposant d’une histoire relativement compliquée, d’une intrigue à plusieurs niveaux et d’un développement profondément érotique. Le rythme est bien équilibré avec une atmosphère sombre malgré une ambiance fortement érotico-sexuelle, le récit est parfois complexe et la narration fait appel à quelques flashbacks. La photographie est somptueuse, la bande originale signée par Park Ki-heon, vient harmonieusement accompagner le récit, et le montage proposé par Shin Min-kyung débouche sur un film de 113 minutes. La distribution offre de très bonnes prestations. Un ensemble suffisamment captivant pour mériter qu’on recommande ce film…

 

 

 

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

Groupe Facebook Cinéma Coréen

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 303 642 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :