Corée du Sud, Horreur, Mystère, Thriller

THE CLOSET (2020) ★★★☆☆


The Closet (2020)

 

Après la mort accidentelle de sa femme, un homme et sa fille déménagent dans une nouvelle maison. Peu après, la fillette disparait et un exorciste intervient pour aider Le père de famille à la retrouver…

 

 

« Keullojet » (클로젯), ou « The Closet » pour la distribution internationale, est un film d’horreur sud-coréen datant de 2020, écrit et réalisé par Kim Kwang-bin. Les acteurs principaux sont Ha Jung-woo, qu’on a pu voir dans  » Kundo: Age of the Rampant » (2014), Kim Nam-gil, qu’on a pu voir dans « The Sound of a Flower » (2015), Heo Yool, qui effectue ici ses premiers pas dans un long-métrage, Shin Hyun-bin, qu’on a pu voir dans « Take Point » (2018), Shin Hyun-bin, qu’on a pu voir dans « Confidential Assignment » (2017), Kim Soo-jin, qu’on a pu voir dans « Heart Blackened » (2017), et Park Sung-woong, qu’on a pu voir dans « The Tooth and the Nail » (2017). Ce métrage est paru en salles coréennes le 5 février 2020.

L’histoire proposée par « The Closet » nous invite à suivre Sang-won (Ha Jung-woo), un architecte qui vient de perdre son épouse dans un accident de voiture. Bien évidemment, il souffre de la disparition de sa femme, tout comme sa fille Yi-na (Heo Yool), qui s’est complètement fermée et ne dit plus un mot. Chacun à leur manière, ils luttent contre le traumatisme d’avoir perdu un être cher. Dans le cadre de leur thérapie psychologique, le père et sa fille emménagent dans une maison à la campagne. Sang-woo a pris du retard dans son travail et doit s’investir pleinement, ce qui creuse encore un peu plus le fossé avec son enfant.

Cependant, dans cette nouvelle demeure, Yi-na retrouve soudainement sa joie de vivre. Elle rit et semble dialoguer avec quelqu’un dans sa chambre. Bien que l’attitude de sa fillette l’interpelle, Sang-woo ne s’inquiète pas plus que cela, jusqu’au jour où cette dernière disparaît sans laisser de traces. La police enquête, les médias suivent l’affaire, mais l’enfant est introuvable. Un exorciste, Kyung-hoon (Kim Nam-gil) va se présenter à Sang-won, et lui explique que Yi-na a été entraînée dans un monde secondaire par l’intermédiaire de l’armoire, et qu’elle flotte dans le royaume des morts. Bien qu’incrédule aux dires de l’exorciste, Sang-won comprend qu’il n’a que peu de temps pour récupérer sa fille avant que la porte ne se ferme définitivement…

À la lecture de ces quelques phrases vous aurez rapidement compris que nous sommes, avec « The Closet« , face à un film d’horreur. Dans ce sens, on retrouve des éléments classiques du genre. Ambiance sombre, jumpscares habituels, et monstres pas très jolis à voir. L’atmosphère se dégrade progressivement, mais sous un air de déjà vu, surtout si vous êtes, comme nous, amateurs du genre. Du coup, ce métrage fait immédiatement penser à la saga des « Insidious » et dans une certaine mesure, à des films comme « Out of the Dark » (2014). Un être cher est capturé par un esprit/fantôme maléfique et l’emmène dans un monde parallèle. Si personne ne vient chercher la personne en question, elle sera définitivement condamnée. Bien évidemment pour récupérer l’être cher, il va falloir se fritter avec le spectre malfaisant, sur son terrain, et à armes inégales.

Le scénario concocté par Kim Kwang-bin, qui endosse également la casquette de réalisateur sur ce projet, est donc singulièrement classique. Il n’y a malheureusement rien de novateur dans la mise en scène, et presque tout est prévisible. Ceci étant dit, la photographie proposée par Choi Chan-min est plutôt intéressante. Plutôt que de nous plonger dans un développement où tout se joue en lumière tamisée, le cinéaste nous offre de belles images lumineuses, dans une maison, certes isolée, mais loin des classiques demeures lugubres. Il n’y a que les scènes de nuit qui nous ramène logiquement dans une ambiance obscure, et ceci afin de créer l’ambiance menaçante, inquiétante. Pour amplifier les effets dramatiques et effrayants, la bande musicale délivrée par Jo Yeong-wook joue pleinement son rôle.

De l’ensemble de la distribution, on retiendra essentiellement la prestation de Ha Jung-woo qui ne m’aura pas pleinement convaincu. Son personnage ne semble pas tellement affecté par la disparition de sa fillette. Et l’absence de son épouse ne se manifeste que par des crises d’angoisse. L’acteur ne parvient pas, selon moi, à impliquer pleinement le spectateur dans son état d’esprit. L’expression de sa peine et de ses peurs n’est pas très bien traduite. Du coup, je lui ai préféré Kim Nam-gil, qui bien que son personnage semble être un exorciste/chaman de qualité, amène une petite pointe d’humour dans le récit. Mais est-ce que cette légèreté est bien venue dans cette histoire ? Est-ce que cela ne tranche pas de trop avec l’ambiance spécifique du film d’horreur ? En ce sens, « The Call » (2020), bien que sur un thème différent, était nettement plus réussi, plus sérieux. Enfin, comment ne pas être admiratif devant la performance de la jeune Heo Yool. Je suis toujours stupéfait de voir la qualité de jeu des enfants-acteurs.

En conclusion, « The Closet » est un bon thriller d’horreur disposant d’une histoire familière, d’une intrigue convenue et d’un développement classique, n’offrant aucune innovation. Le rythme est cohérent, le récit est fluide et la narration est linéaire en dehors de quelques flashbacks très courts. La photographie détonne par rapport à l’atmosphère générale du métrage, la bande musicale est parfaitement adaptée à l’ambiance et le montage signé Kim Sang-beom débouche sur un film de 98 minutes sans temps mort. La distribution offre de correctes prestations même si Ha Jung-woo apparaît par endroits comme trop neutre dans ses émotions. Du coup, c’est Kim Nam-gil qui obtient nos faveurs en se démarquant par sa performance d’un personnage légèrement décalé par rapport à sa fonction initiale. L’ensemble reste suffisamment captivant, mais risque d’être un petit peu faiblard aux yeux des fans du genre…

 

 

 

 

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

Groupe Facebook Cinéma Coréen

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 300 832 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :