Action, Comédie, Corée du Sud, Crime - Policier, Thriller

BAD GUYS ALWAYS DIE (2016) ★★★☆☆


Un professeur de chinois qui travaille à Busan attend trois de ses amis pour passer des vacances ensemble sur l’île de Jeju, en Corée. Mais des gangsters, une coréenne sexy, un ancien policier et un pasteur vont tour à tour se mettre sur leur chemin. Ils vont vivre de nombreuses aventures et ne sont pas au bout de leurs surprises.

« Na-bbeun-nom-eun Jook-neun-da » (나쁜놈은 죽는다), ou « Bad Guys Always Die » pour la distribution internationale, est une comédie d’action sino-coréenne datant de 2015, réalisée par Sun Hao. Les acteurs principaux sont Chen Bolin, qu’on a pu voir dans « The Continent » (2014), Son Ye-jin, qu’on a pu voir dans « The Truth Beneath » (2016), Qiao Zhenyu, qu’on a pu voir dans « The Big Shot » (2019), Shin Hyun-joon, qu’on a pu voir dans « Shadowless Sword » (2005), Jang Gwang, qu’on a pu voir dans « The Great Battle » (2018), Yang Xuwen, qu’on a pu voir dans « New York New York » (2016), et Park Chul-min, qu’on a pu voir dans « New Trial » (2017). Il s’agit donc d’une coproduction entre la Chine, la Corée du Sud et Hong-Kong. Le film est paru en Chine le 27 novembre 2015 et en Corée du Sud, le 7 janvier 2016.

L’histoire proposée par « Bad Guys Always Die » nous invite à suivre Chang-joo (Chen Bolin), un professeur de chinois vivant à Busan. Il se rend sur l’île de Jeju pour un voyage touristique avec son frère et leurs deux amis, tout juste débarqués de Chine. Cependant, les choses tournent mal après avoir été témoins d’un accident de voiture. Ils portent secours au conducteur du véhicule accidenté, une femme inconsciente, Ji-yeon (Son Ye-jin) qu’ils veulent amener à l’hôpital. Chemin faisant, ils sont arrêtés par un agent de police et sont stupéfaits quand la jeune femme se réveille, abat le policier et prend tous les passagers du véhicule en otage. Et finalement, plus nous avançons dans le déroulement de l’histoire, plus les événements deviennent compliqués pour toutes les parties concernées…

Le gros défaut de ce métrage, selon moi, c’est qu’il ne se positionne jamais dans un genre précis. Qu’il y ait un mélange des genres, je peux comprendre, c’est souvent le cas, dans les films d’action, on peut régulièrement voir une petite touche d’humour. Les films historiques sont parfois structurés avec cette approche, incorporant de l’humour, de l’action, de la romance, du drame, etc. « Bad Guys Always Die » ne se positionne pas. Plutôt présenté comme une comédie, l’humour est certes présent, mais c’est léger, tout au plus, vous souriez, vous êtes amusés des situations et/ou des répliques, mais jamais vous n’allez rire à gorge déployée. L’action est présente également, mais là aussi de manière légère. Le suspense est tout aussi « mince » et ne parvient pas à relever le niveau général. À l’arrivée, le scénario de Hao Sun, qui endosse ici la double casquette de scénariste et de réalisateur, s’avère être relativement menu. 

Le scénario étant ce qu’il est, les personnages sont, eux aussi, assez plats, sans réel relief, avec une quasi-absence de développement. Cette collaboration sino-coréenne, permet à la star taïwanaise, Chen Bolin, d’être associé à l’une des meilleures actrices coréenne, Son Ye-jin, le tout se déroulant sur l’île de Jeju, un lieu de villégiature extrêmement populaire pour les touristes coréens et chinois, et qui fut, le lieu d’action du récent « Night in Paradise » (2021). Et même pour ce registre, la beauté des paysages proposés par la somptueuse île de Jeju, n’est guère exploitée dans ce film. Finalement, de l’ensemble du casting, j’aurais eu une tendresse particulière pour Park Chul-min, qui incarne ici un prêtre catholique. Ses répliques sont drôles, et en fin de compte, son rôle est plus important que ce qu’il laisse entrevoir de prime abord. On s’amusera également de la maladresse du personnage incarné par Jang Gwang, qui amène également une bonne tranche d’humour. 

En conclusion, « Bad Guys Always Die » est une comédie d’action convenable disposant d’une histoire simple, d’une intrigue basique et d’un développement quelque peu fluet. Le rythme est dynamique, le récit est fluide, et la narration fait appel à quelques flashbacks. La photographie n’exploite pas assez la beauté de l’île pourtant riche en paysage, la bande musicale est plutôt sympathique et le montage débouche sur 104 minutes qui restent divertissantes à défaut d’être originales. La distribution offre de bonnes prestations au service de personnages malheureusement très creux. Toutefois, ce n’est pas du côté des personnages principaux que l’on trouve le plus de satisfaction. En effet, les performances de Jang Gwang et de Park Chul-min apportent beaucoup d’humour et de satisfaction. Bien que le métrage souffre de par la faiblesse de son scénario, il reste un divertissement agréable que l’on peut envisager de regarder, au moins une fois, histoire de ne pas mourir idiot…

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 305 455 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :