Corée du Sud, Crime - Policier, Serial Killers, Thriller

MISSING YOU (2016) ★★★★☆


Une jeune femme attend la libération imminente du tueur en série qui a assassiné son père quinze années auparavant alors qu’un inspecteur de police décide de suivre ce même criminel, persuadé qu’il va tuer à nouveau….

« Neol Gi-da-li-myeo » (널 기다리며), ou « Missing You » pour la distribution internationale, est un thriller sud-coréen datant de 2016, écrit et réalisé par Mo Hong-jin, qui signe là son premier long-métrage. Les acteurs principaux sont Shim Eun-kyung, qu’on a pu voir dans « Psychokinesis » (2018), Yoon Je-moon, qu’on a pu voir dans « The Drug King » (2018), Kim Sung-oh, qu’on a pu voir dans « Door Lock » (2018), Oh Tae-kyung, qu’on a pu voir dans « Intruders » (2013), et Jung Hae-kyun, qu’on a pu voir dans « Unstoppable » (2018). Ce métrage est paru en salles coréennes le 20 mars 2016. 

L’histoire proposée par « Missing You » nous invite à suivre Gi-beom (Kim Sung-oh), un tueur en série qui termine une peine de quinze années de prison pour le meurtre de sa petite amie. C’est en effet, le seul crime qu’on a pu lui attribuer, fautes de preuves tangibles dans les autres dossiers. Toutefois, on sait qu’il a également tué le chef d’enquête, supérieur hiérarchique de l’inspecteur Dae-yeong (Yoon Je-moon). Ce dernier est bien décidé à mettre la pression sur Gi-beom, persuadé qu’il va rapidement récidiver dès lors qu’il sera libre. Parallèlement, la fillette du policier assassiné, devenue depuis une jeune femme, mascotte du commissariat où officiait son père, est bien décidé à se venger. Pour cela, elle a forgé un implacable plan pour punir ce tueur en série. Les choses vont néanmoins se compliquer avec l’arrivée d’un second tueur qui semble vouloir s’en prendre à Gi-beom. Celui-ci se retrouve pressé de toutes parts…

« Missing You » ne se limite pas à une simple histoire de vengeance. Nous avons là, une triple histoire de vengeance, qui cible le même individu, soit un tueur en série. Un policier qui veut voir le meurtrier de son ancien supérieur être condamné pour son acte, une jeune femme, qui pleure la disparition de son père, et un autre tueur qui souffre de l’absence de sa bien-aimée. Le réalisateur, Mo Hong-jin, qui endosse également le rôle de scénariste sur ce film, s’inscrit dans ce que l’on pourrait presque appeler une tradition dans le cinéma coréen, une histoire de vengeance sanglante, mêlée au film policier. Le tout est présenté dans une ambiance sombre, où l’usage du couteau est très présent. 

Le développement présenté par Mo Hong-jin est relativement intéressant, car il y a régulièrement de nouvelles révélations et de nouvelles informations concernant les principaux protagonistes. Et bien que Gi-beom apparaît comme un meurtrier plutôt rusé et prudent, la mise en place du plan de Hee-joo (Shim Eun-kyung) est terriblement redoutable et efficace. A contrario, la police apparaît comme terriblement inefficace, pour ne pas dire inutile. En outre, la jeune femme semble toujours avoir une longueur d’avance, et même lorsque l’on sera amené à penser qu’elle a peut-être surestimé ses possibilités, on finira par découvrir que ce moment de faiblesse s’inscrivait également dans son stratagème machiavélique. 

De la distribution, on retiendra essentiellement les performances des trois principaux protagonistes. En tant qu’antagoniste, Kim Sung-oh présente un physique impressionnant, à la fois maigre et singulièrement musclé, notamment lors de la séquence dans la salle de bain, qui ajoute quelque chose de terrifiant. Yoon Je-moon incarne un inspecteur au bon cœur, mais qui apparaît comme étant impuissant, et souvent relégué à ramasser les victimes. Enfin, Shim Eun-kyung essaie d’apporter une certaine profondeur à son personnage, une âme torturée par des années de douleur et de lutte intérieure provoquée par le désir de se venger. Malheureusement, l’actrice, ne dispose finalement que de peu de temps pour donner à son personnage toute la profondeur nécessaire. Ses luttes restent donc incroyablement superficielles. 

En conclusion, « Missing You » est un très bon thriller disposant d’une histoire violente, d’une intrigue captivante et d’un développement parfois tortueux. Le rythme est cohérent, le récit manque parfois de fluidité et la narration est linéaire, ponctuée de quelques flashbacks. La photographie présentée par Choi Sang-ho est simple mais efficace, mettant l’accent sur des scènes nocturnes ou avec un éclairage tamisé. La bande musicale orchestrée par Kim Joon-seok participe grandement à l’ambiance générale du film. Enfin, le montage délivré par Kim Sun-min nous laisse face à un métrage de 108 minutes qui ne peuvent nous laisser sans émotion, tant par la violence des actes que de par la détermination affichée pour assouvir une vengeance mûrement réfléchie. La distribution offre de bonnes prestations, malheureusement au service de personnages un peu trop creux. L’ensemble est suffisamment prenant pour qu’on puisse recommander ce film… 


MISSING YOU par Alexandre

« Pour les amateurs de détails sanglants »

Le cinéma coréen s’est fait une spécialité du thriller depuis plus de 20 ans maintenant. Tout le monde connait les qualités de ses productions. Ce film ne dérogera pas à la règle. Pas besoin de s’attarder sur les qualités techniques du film qui sont parfaitement maîtrisées : photographie, réalisation, montage, effets sonores et visuels… Tout est présent pour laisser les spectateurs profiter du spectacle…

Nous sommes sur un film de vengeance, vengeance implacable, « œil pour œil, dent pour dent », avec la bonne dose de culture confucéenne pour donner une morale sauve à tout cela. Hélas, le scénario pêche et ne tient pas ses promesses après 30 minutes. Au départ, nous sommes perdus sur la culpabilité du personnage tout juste sorti de prison, et c’est sacrément prenant… et puis non, ensuite il s’agit d’un enchaînement de scènes conçues pour créer l’ambiance et le frisson, on perd vite son attention. A défaut d’originalité scénaristique, le choix est fait de présenter des détails sanglants et macabres en très gros plans dignes du cinéma italien des 70s : points de sutures faits maison, plaies béantes, corps déformés, cadavres glacés… à la limite du soutenable. Cela rythme le film sans lui donner un graphisme intéressant comme KIM Jee-woon avait réussi à le faire dans J’AI RENCONTRE LE DIABLE en 2010, ou PARK Chan-wook avec les détails psychologiques de sa TRILOGIE DE LA VENGEANCE.

Le détail psychologique des personnages est grossier : le flic qui n’a pas bougé d’un pouce depuis 15 ans figé dans le passé, le ou les psychopathes monolithiques,… Pourtant la distribution est solide avec des bonnes « gueules » de cinéma et ne laisse pas de place à un quelconque rookie, imposé généralement pour ajouter un intérêt à ce type de production.

SHIM Eun-kyung, qui joue la victime organisée à la vengeance, avait cartonné dans les comédies enlevées SUNNY (2011) et MISS GRANNY (2014) où elle était très à l’aise. Elle était également remarquable dans le genre psychologique dans BLOOD ISLAND/POSSESSED (2009). Ici, elle ne convainc pas vraiment, perdue dans un scénario trop faible humainement.

MO Hong-jin est un scénariste connu pour le film OUR TOWN en 2007 et signe ici sa première réalisation. Il n’a rien réalisé depuis.

En conclusion, le poids des modèles de films de vengeance est lourd pour cette pellicule bien produite techniquement mais qui souffre d’un manque d’idée originale. Si on retire les détails sanglants collés à la rétine un bon moment, le reste passe et sera bien vite oublié par manque d’originalité et de finesse psychologique des personnages en opposition avec l’engagement des acteurs qui est à remarquer.


MISSING YOU par Sandra

« Un film très intense et très prenant dès les premières minutes. J’ai été très surprise de la première scène qui est tellement sauvage et pleine de violence. On a cette petite fille toute frêle face à une tornade de violence lors de cette scène de procès du tueur en série Gi Beom. La seconde scène est encore plus violente et difficile car on nous montre comment le père de Hee Ju s’est fait assassiner. Je vous avouerais que j’ai pas mal pleuré d’entrée de jeu.

Shim Eun Kyung, qui incarne la version adulte de Hee Ju, joue entre innocence et noirceur. Un rôle qui lui va comme un gant et qu’elle interprète avec brio. On ne peut que comprendre sa haine et sa soif de vengeance vu le choc qu’elle a subi. Grandissant avec un trou au cœur qui n’a dû que s’agrandir au fil des années. C’est véritablement son personnage qui apporte la douceur mais aussi la souffrance et l’âme à ce film.

Kim Sung Oh, qu’on a pu voir dans de nombreux dramas, joue donc le rôle d’un serial killer, d’un vrai tapé qui n’a aucun remord. Autant physiquement que psychologiquement, ce personnage déstabilise et nous donne froid dans le dos. Il est tellement maigre que ses muscles et ses veines ressortent. C’est moche et flippant.

Et enfin on a Yoon Je Moon, qui, pour une fois, joue le rôle d’un gentil, le flic qui tente malgré tout de faire son taff comme il faut. Il aime Hee Ju et essaye de rendre justice à son père. Mais parfois, comme le dit Hee Ju, les méthodes habituelles ne sont pas suffisantes.

En conclusion, on a affaire à un thriller violent, prenant mais avec une sensibilité qui fait de ce film une production touchante et profonde. Les acteurs sont excellents et la réalisation très bonne, faite pour nous mettre dans l’ambiance. A VOIR ! »


MISSING YOU par Véronique

Dans l’ensemble, ce film est un bon thriller. Tous les éléments sont réunis pour nous tenir en haleine et en alerte.
Comme à son habitude, surtout pour ce genre de film, il y a beaucoup de violence et de sang voire même de sadisme.
Si vous n’appréciez pas ce genre de film, ne commencez pas à le visionner.

Pour ma part, ce n’est pas un film que j’affectionne. J’ai mis pas mal de temps et fait beaucoup de retour en arrière afin de comprendre en détails l’intrigue et le lien entre les différents personnages. Au début du film, j’ai trouvé incompréhensible le fait que cette petite fille haute comme trois pommes assiste « seule » et assiste tout court au procès du meurtrier de son père même si ça nous aide à comprendre son développement émotionnel et son désir de vengeance 15 ans après. J’ai aussi noté quelques » bizarreries » glissées sporadiquement afin de nous orienter et orienter la police vers la vérité.

Ce que j’en retire après avoir vu ce film 2 fois à une ou deux semaines d’intervalles, c’est qu’après toute cette tristesse et cette violence. Il en sort tout de même une bonne morale. Je donne quand même une note de 7/10 à ce film si je devais le noter.


Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 318 474 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :