Action, Corée du Sud, Politique, Thriller

STEEL RAIN 2: SUMMIT (2020) ★★★☆☆


Afin de trouver un traité de paix entre la Corée du Nord et les États-Unis, le président sud-coréen Han Kyeong-Jae participe à un sommet avec le leader nord-coréen et le président des États-Unis. Dans l’intervalle, un coup d’État a lieu en Corée du Nord, mené par le chef du commandement de la garde suprême qui s’oppose à tout traité de paix. C’est alors que les trois dirigeants sont enlevés et détenus dans un sous-marin nucléaire nord-coréen, provoquant une crise risquant de dégénérer à tout moment.

« Gangcheolbi 2: Jeongsanghoedam » (강철비2: 정상회담), ou « Steel Rain 2: Summit » pour la distribution internationale, est un thriller d’action, écrit et réalisé par Yang Woo-suk, à qui l’on doit également « The Attorney » (2013) ainsi que le premier opus, « Steel Rain » paru en 2017. Les acteurs principaux sont Jung Woo-Sung, qu’on a pu voir dans « Beasts Clawing at Straws » (2020), Kwak Do-won, qu’on a pu voir dans « The Man Standing Next » (2020), Yoo Yeon-seok, qu’on a pu voir dans « The Royal Tailor » (2014), Angus Macfadyen, qu’on a pu voir dans « The Lost City of Z » (2017), et Shin Jung-geun, qu’on a pu voir dans « The Pirates » (2014). Ce métrage est paru en salles coréennes le 29 juillet 2020. 

L’histoire proposée par « Steel Rain 2: Summit » nous invite à suivre Han Kyeong-jae (Jung Woo-Sung), le Président de la Corée du Sud. Ce dernier est fortement incité à participer à un sommet entre Willis Chatman Smoot (Angus Macfadyen), Président des Etats-Unis et Jo Seon-sa (Yoo Yeon-Seok), le leader Suprême de la Corée du Nord. Le but étant de signer un traité de non-prolifération nucléaire dans la région, ce qui ouvrirait la voie à la fin de la guerre de Corée, qui n’a jamais officiellement pris fin depuis un accord de cessez-le-feu en 1953. Au-delà des intérêts variés des trois parties impliquées, le Japon et la Chine ont leurs propres positions, officielles et non-officielles. Les trois dirigeants, et leurs délégations se rassemblent à Wonsan, en Corée du Nord. Alors que les pourparlers s’éternisent, un groupe d’extrémistes nord-coréens, dirigés par le commandant de la Garde Suprême nord-coréenne (Kwak Do-won), organisent un coup d’Etat et enlèvent les trois dirigeants, les confinant secrètement dans un sous-marin nucléaire nord-coréen…

Jusqu’à ce point de l’histoire, il faut avouer que le scénario concocté par Yang Woo-suk, qui endosse ici la double casquette de scénariste et de réalisateur, est assez monotone, pour ne pas dire ennuyeux. Il est nécessaire de faire un effort intellectuel pour s’aligner sur la longueur d’onde du récit et tenter de démêler les angles politiques et les subterfuges. Cependant, des éléments humoristiques et un travail de personnages forts permet d’absorber cette première partie de manière relativement indolore. Une fois que nos principaux protagonistes se retrouvent sous l’eau et que nous avons abandonné l’aspect bureaucratique des personnages, c’est là que le réel plaisir débute. Toutefois, malgré un casting de qualité, il faut avouer que l’histoire est relativement basique, et que le métrage n’a de suite que le nom, avec un récit assez éloigné de ce que proposait le premier opus. 

Dans la partie médiane du film, dont une grande partie met en scène les trois dirigeants se chamaillant, enfermés dans une cabine exiguë du sous-marin, est une section formidable dans laquelle l’humour domine grandement, même si certains diront que tout cela ne vole pas très haut. Lorsque les choses deviennent un peu plus explosives pour la dernière ligne droite, c’est un film d’action après tout, nous revenons à un schéma plus traditionnel alors que les chefs d’Etats se sont accordés pour unir leurs forces afin de faire face aux rebelles nord-coréens, tandis que les torpilles commencent à siffler de toute part dans un balai de sous-marins de toutes nationalités. 

Comme je le soulignais précédemment, c’est du côté du casting que l’on rencontre les points les plus positifs de ce film. Jung Woo-Sung incarne le président sud-coréen, un idéaliste pragmatique qui agit comme intermédiaire entre les autres chefs d’Etat, nettement plus têtus que lui. Yoo Yeon-Seok incarne donc le leader suprême de la Corée du Nord, dans un style qui apparaît comme étant nettement plus sympathique que Kim Jong-un, emprunt d’une certaine sagesse. Angus Macfadyen interprète le président américain dans une analogie à un certain Donald Trump, grossier et vulgaire, tel que l’imaginent certainement beaucoup de non-américains. 

L’antagoniste direct de cette histoire est incarné par Kwak Do-won, un homme brutal qui n’hésite pas à brandir son flingue et à exécuter ses propres hommes s’ils ne suivent pas ses directives à la lettre. Ajoutons encore à cela, Shin Jung-geun, qui interprète le commandant indirect du sous-marin nord-coréen et qui va démontrer tout son talent de stratège pour éviter le pire, à l’instar du regretté Sean Connery dans « The Hunt for Red October » de John McTiernan paru en 1990 ou de Gerard Butler dans « Hunter Killer » de Donovan Marsh, paru en 2018. Finalement, à bien y regarder, le véritable méchant de l’histoire n’est autre que Shinzo Mori (Hakuryu), le leader japonais d’un mouvement politique d’extrême-droite.

En conclusion, « Steel Rain 2: Summit » est un bon thriller d’action disposant d’une histoire légère, d’une intrigue familière et d’un développement laissant une part à l’humour. Le rythme est lent dans la première partie et vient s’accélérer dans la seconde partie du film, le récit peut s’avérer tortueux dans la première partie et la narration est linéaire. La photographie est simple et devient familière dans la seconde partie pour ceux qui ont vu plusieurs métrages dont l’action se déroule à bord d’un sous-marin. La bande originale délivrée par Kim Tae-seong est plutôt discrète et le montage nous offre un film d’une durée de 131 minutes distrayantes. La distribution offre de bonnes prestations avec probablement un petit plus pour Angus Macfadyen qui livre une parodie de Donald Trump plutôt cocasse. L’ensemble reste divertissant, mais laisse un petit goût de déception…

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 335 378 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :