Action, Corée du Sud, Crime - Policier, Drame, Thriller

DERAILED (2016) ★★★☆☆


Jin-il et Ga-yeong, deux adolescents, décident de fuguer. Ils restent avec d’autres ados et travaillent à mi-temps, mais ont parfois besoin de voler pour survivre. À court d’argent, ils vont alors élaborer un plan pour en gagner et attirent Hyeong-seok dans un motel. Mais tout ne se passe pas comme prévu, et Ga-yeong finit par se faire prendre en otage…

« Du namja » (두 남자) que l’on peut traduire par « deux hommes », ou « Derailed » pour la distribution internationale, est un thriller criminel sud-coréen datant de 2016, écrit et réalisé par Lee Seong-Tae, à qui l’on doit également « By Quantum Physics: A Nightlife Venture » (2019). Les acteurs principaux sont Ma Dong-seok, qu’on a pu voir dans « Ashfall » (2019), Choi Minho, qu’on a pu voir dans « Illang : The Wolf Brigade » (2018), Kim Jae-young, qu’on a pu voir dans « Golden Slumber » (2018), Jung Daeun, qu’on a pu voir dans « The Witch : Part 1. The Subversion » (2017), et Lee You-jin, qu’on a pu voir dans « Be with You » (2018). Ce métrage a été présenté au 21e Festival International du film de Busan. Ce film est paru en salles coréennes le 30 novembre 2016.

L’histoire proposée par « Derailed » nous invite à suivre quatre adolescents, deux couples en fait, Jin-il (Choi Min-ho), Ga-yeong (Da-Eun), Bong-gil (Lee Yoo-jin) et Min-kyung (Baek Soo-min). Des adolescents qui ont fugué leur famille respective, et qui tentent de survivre en vendant des biens volés, allant de téléphones portables jusqu’aux voitures en passant par des scooters. Jin-il est le chef de cette petite bande, et c’est lui qui veille réellement sur les autres. Leur choix de vie est difficile, régulièrement il y a des moments où ils n’ont pas assez d’argent pour trouver un endroit décent pour dormir. 

Tout aussi régulièrement, ils organisent des resto-baskets. Pour y faire face, ils planifient de menu-larcins. Alors qu’ils tentent de mettre en place une arnaque faisant croire à un quidam d’une possible relation sexuelle tarifée, visant à dérober l’argent du gogo avant l’acte, ils tombent sur Hyung-suk (Ma Dong-seok), lui-même en quête de jeunes femmes pour « animer » son bar-karaoké. Leur interaction se termine avec une Ga-yeong obligée de travailler pour Hyung-suk et un Jin-il essayant de trouver rapidement de l’argent pour rembourser sa dette et ainsi libérer sa petite-amie. L’affaire se complique dès lors que Sung-hoon (Kim Jae-young), sociopathe tout juste sorti de prison, et ex-petit ami de Ga-yeong apparaît dans l’environnement, bien décidé à se venger…

Le scénario concocté par Lee Seong-Tae, ce dernier arborant la double casquette de scénariste et de réalisateur sur ce « Derailed« , dépeint la cruauté et le désespoir provoqués par la mégalopole coréenne, un environnement ou « être gentil » est une chose stupide. Dans ces circonstances difficiles, les quatre jeunes tentent de survivre et de prendre soin les uns des autres, mais ils finissent presque toujours par devenir des délinquants, voire des criminels. Somme toute, il apparaît que la même chose s’applique à Hyung-suk. Celui-ci a été victime de mauvais conseils financiers, et se laisser aller à un boulot particulier afin de subvenir aux besoins d’une fille capricieuse et tenter de calmer une épouse névrosée, autoritaire, à forte tendance dictatoriale. Le fait qu’il se sente obligé de donner de l’argent à sa fille pour lui exprimer son amour, est une indication limpide de la culpabilité qu’il éprouve et de sa maladresse à exprimer ses sentiments tout en conservant son personnage de voyou en dehors de son foyer. 

Lee Seong-Tae, le réalisateur-scénariste, délivre trois messages. Les gens possèdent à la fois, du bien et du mal en eux, et ils le manifestent selon les circonstances. L’amour, quelle que soit sa nature, pour sa famille, pour ses amis, ou pour sa (son) compagne, n’est pas un sentiment aussi pur qu’on le souhaiterait. C’est un sentiment qui peut amener des personnes à faire du mal à autrui. Et enfin, dans l’environnement particulièrement rude d’une mégalopole contemporaine, personne ne peut pleinement aider ceux qu’il aime, malgré toute la bonne volonté du monde. Dans une certaine mesure, Lee Seong-Tae semble avoir été influencé par Kim Ki-duk, notamment en termes de création de personnage. 

Au fur et à mesure que le récit progresse, la situation des principaux protagonistes se détériore, la violence s’accroît et finalement, tout le monde devient à la fois une victime et un auteur. Le film devenant un thriller angoissant dans sa dernière partie, jusqu’à son final que l’on peut légèrement anticiper, dramatique et mortifère. En conséquence, le véritable antagoniste de l’histoire n’est autre que l’ex-petit ami de Ga-young, personnage qui ne semble pas avoir de remords dans sa quête de vengeance. Tout ceci repose sur un jeu d’acteur de très bonne facture. Choi Min-ho incarne un Jin-il qui exprime son agonie continue, à devoir prendre soin de tous ceux qui l’entoure, sans avoir de soutien de qui que ce soit. Ma Dong-seok offre une performance très intéressante, incarnant un malfrat tout en étant un père et un mari aimant, tolérant et attendrissant. Enfin, Kim Jae-young est excellent en sociopathe sans limite.

Du côté des valeurs de productions, « Derailed » illustre sa nature indépendante. La photographie de Ji Seung-woo vise à dépeindre de manière réaliste la cruauté de la mégapole coréenne. Le montage proposé par Kim Gyung-jin maintient l’histoire fluide et la musique subtile de Park Ki-heon permet de conserver l’atmosphère que Lee Seong-Tae voulait dégager de chaque scène. Dans l’ensemble, ces valeurs de production ne visent pas à impressionner, mais à faire briller un scénario relativement bien écrit et le jeu d’acteur. Reste que le tout manque quelque peu d’originalité, baignant probablement dans trop de réalisme, ou d’une forme d’édulcoration de la violence. 

En conclusion, « Derailed » est un thriller policier convenable disposant d’une histoire simple, d’une intrigue basique et d’un développement soigné. Le rythme est progressif, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est simple, la bande musicale vient très bien appuyer les moments clé de l’intrigue et le montage débouche sur un film d’une durée de 91 minutes qui savent rester captivantes. La distribution offre de bonnes prestations et l’ensemble permet de passer un agréable moment de divertissement sans pour autant être fondamentalement inoubliable. 

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

3 réflexions sur “DERAILED (2016) ★★★☆☆

  1. Bon thriller qui est quand même très violent. Un film assez sombre qui traite de la prostitution, de vole et d’arnaque . je retrouve un Ma Dong-Seok dans un rôle de méchant , se qui n’est pas déplaisant.

    Aimé par 1 personne

    Publié par nbernard506810339 | 04/07/2021, 0 12 15 07157
    • Je l’ai vu il y a deux jours. Pour ma part je l’ai trouvé intéressant mais il m’a manqué un petit quelque chose pour vraiment l’apprécier. La fin était assez prévisible et c’est vrai que ça manquait un peu d’originalité. Par contre j’ai été assez impressionnée par le jeu des acteurs, Ma Dong Seok, Choi Minho et Kim Jae Young étaient impressionnants dans leurs rôles respectifs. Au final c’était quand même une bonne découverte.

      Aimé par 1 personne

      Publié par Vanessa M. | 16/07/2021, 23 11 46 07467
  2. Un film très noir vraiment typique du thriller coréen. On est triste pour ces mineurs qui ont dû fugué de chez eux mais malheureusement, on en connaîtra jamais la raison. Ils vivent une vie bien triste et difficile, très sombre puisqu’ils doivent voler pour vivre.

    Quand ils vont tomber sur Song Hyeong Seok, leur sort va empirer, puisque ce gars est en réalité un proxénète. Hyeong Seok fait genre qu’il fait ce qu’il faut alors que c’est un grand manipulateur. Il est finalement très dangereux.

    Se rajoute à cette situation un certain Sung Hoon dont on ne connaîtra jamais l’histoire non plus qui veut à tout pris récupérer Ga Young.

    Minho ou plutôt Jeon Jin Il se retrouve dans une situation délicate et essaye à tout pris de protéger celle qu’il aime. Mais, pour ma part, je n’ai pas compris pourquoi. Je n’ai pas du tout aimé cette fille. Elle est pleurnicheuse au moment où il ne faut pas. D’ailleurs, l’autre fille était dans la même veine. J’étais désolé pour Minho ; j’avais envie de lui dire, mais arrête d’essayer de la sauver. Jin Il se met en danger pendant tout le film à cause d’elle.

    Au final, une histoire bien sombre avec un gros manque de développement. On a une quantité de personnages sans approfondissement et c’est bien dommage ; on ne comprend pas tout. Un final triste avec une fin ouverte.

    Un thriller sombre même avec la superbe prestation de Minho qui ne m’aura pas réellement touché !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Sandra | 09/07/2021, 14 02 34 07347

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 317 334 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :