Ciné-Asia, Crime - Policier, Hong-Kong, Thriller

COLD WAR II (2016) ★★★★☆


Cold War II (2016)

Sean Lau est désormais le directeur général de la police de Hong Kong, mais son épouse est kidnappée. Il va devoir faire face à une commission d’enquête, mais également lutter contre un puissant lobby visant à le destituer pour installer son ancien rival, M.B. Lee, dans son fauteuil…

« Hán Zhàn Èr » (mandarin), ou « Hon Zin Ji » (cantonnais), ou « Cold War II » (寒戰II) pour la distribution internationale, est un thriller policier hongkongais datant de 2016, co-écrit et réalisé par Longman Leung et Sunny Luk, à qui l’on doit également « Helios » (2015). Ce métrage est la suite du box office hit « Cold War » paru en 2012. Les acteurs principaux reprennent leur rôle respectif, dont Aaron Kwok, Tony Leung, Charlie Young, Eddie Peng, Aarif Rahman, Ma Yili et Alex Tsui. Ils ont été rejoint par les arrivées de Chow Yun-fat, qu’on a pu voir dans « The Children of Huang Shi » (2008) Janice Man, qu’on a pu voir dans « Nightfall » (2012), Tony Yang, qu’on a pu voir dans « The Adventurers » (2017), and Bibi Zhou, qu’on a pu voir dans « The 601st Phone Call » (2006). Ce film est sorti en Chine, le 8 juillet 2016.

L’histoire proposée par « Cold War II » débute très précisément là où celle de « Cold War » (2012) s’est arrêtée, et la construction du métrage reprend exactement les mêmes codes. Alors que la police de Hong Kong organise les obsèques des deux surintendants tués lors du film précédent, le commissaire Sean Lau (Aaron Kwok) reçoit un appel de celui qui semble être la tête pensante du vol du fourgon de la police, expliquant que sa femme a été kidnappée et qu’il doit libérer Joe Lee (Eddie Peng) en échange. Lau contourne la procédure habituelle pour transférer Joe Lee, mais ce dernier réussit à échapper à la surveillance de la police dans une station de métro. La femme de Sean Lau est cependant libérée.

Les actions de Sean Lau sont critiquées par les médias et par de nombreux politiciens, ce qui conduit à une enquête publique. Craignant que la police ne soit infiltrée, Sean Lau demande à Billy Cheung (Aarif Rahman), un agent de l’ICAC (Independent Commission Against Corruption) qui l’avait aidé dans le film précédent, de former un groupe indépendant de la police, afin de pouvoir retrouver les coupables. Pendant ce temps, MB Lee (Tony Leung Ka-fai), sur le point de prendre sa retraite, père de Joe, est confronté à son fils fugitif et Peter Choi (Chang Kuo-chu), un ancien commissaire, qui manipule la politique en coulisses. Sean Lee va non seulement devoir contrer les magouilles qui visent à l’écarter, mais neutraliser les individus dangereux qui n’hésitent pas à faire parler les armes pour parvenir à leurs fins…

Comme je le précisais précédemment, « Cold War II » est structuré de la même manière que le premier. On retrouve quelques scènes d’action très spectaculaires et très percutantes au milieu d’investigations et de discussions politiques. On notera le rôle intéressant qu’incarne le toujours excellent Chow Yun-fat en tant qu’Oswald Kan, ex-juge, avocat, législateur, siégeant à la Haute Cour de Justice de Hong Kong. L’intrigue est forte et les deux réalisateurs, Longman Leung et Sunny Luk, installent une atmosphère tendue, voire même pesante, où tout le monde se méfie de tout le monde. Coup bas, manipulations, influences, tractation dans l’ombre, on retrouve ici l’ambiance particulièrement malsaine de la politique.

Les valeurs de productions sont très bonnes, la photographie, dirigée par Jason Kwan, les scènes d’action sont percutantes et superbement orchestrées avec un souci de réalisme. Pour exemple, la séquence dans un tunnel d’autoroute est particulièrement vive et débouche sur un rebondissement surprenant. Les fusillades et les explosions sont singulièrement enragées, orchestrées par des personnages déterminés, malgré le fait qu’ils s’agissent d’anciens policiers. La bande musicale, signée par Peter Kam, à qui l’on doit également la B.O. de « Bodyguards and Assassins » (2009), vient agréablement accompagner les moments les plus forts du récit. Enfin, l’édition proposée par Jordan Goldman et Ron Chan, permet d’obtenir un métrage de 110 minutes ayant une identité singulière.

En conclusion, « Cold War II » est un très bon thriller policier, disposant d’une histoire prenante, d’une intrigue atypique et d’un développement singulier. Le rythme est mitigé, lent pour la partie investigation et autres palabres, rapide et percutante pour les scènes d’action. Le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est superbe avec des plans originaux, la bande originale est plaisante et l’édition est particulière permettant une approche atypique. La distribution offre de très bonnes prestations au service de personnage sournois, calculateur, magouilleur. L’ensemble s’inscrit superbement dans la continuité du premier film et offre un agréable moment de divertissement.

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 317 337 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :