Action, Corée du Sud, Drame, Historique

FENGSHUI (2018) ★★★★☆


Durant la période Joseon, deux clans se disputent le contrôle du pouvoir royal et d’un site propice à la construction d’une tombe. D’un autre côté, un jeune homme qui a perdu ses parents tente de se venger du roi.

« Myeong-dang » (명당), ou « Fengshui » pour la distribution internationale, est un film historique sud-coréen datant de 2018, réalisé par Park Hee-gon, à qui l’on doit également « Perfect Game » (2011). Les acteurs principaux sont Cho Seung-woo, qu’on a pu voir dans « Inside Men » (2015), Ji Sung, qu’on a pu voir dans « Confession » (2014), Kim Sung-kyun, qu’on a pu voir dans « Golden Slumber » (2018), Baek Yoon-sik, qu’on a pu voir dans « The Last Princess » (2016), Moon Chae-won, qu’on a pu voir dans « Mood of the Day » (2016), et Yoo Jae-myung, qu’on a pu voir dans « The Gangster, The Cop, The Devil » (2019). Ce film est le troisième et dernier volet d’une série en trois parties de la société Jupiter Film dédiées sur les traditions coréennes, après « The Face Reader » (2013) et « The Princess and the Matchmaker (2018). Ce métrage est paru en salles coréennes le 19 septembre 2018.

L’histoire proposée par « Fengshui » nous invite à suivre Park Jae-sang (Cho Seung-woo), un maître du pungsujiri, ou l’art de la géomancie, que l’on peut considérer comme la version coréenne du feng shui. Celui-ci va perdre sa femme et son enfant après que sa loyauté envers le roi l’ait mis en porte-à-faux vis à vis du puissant Kim Jwa-geun (Baek Yoon-sik). Ce dernier est le grand-oncle du jeune roi Heungseon (Lee Won-geun) et s’avère singulièrement fourbe et en quête de toute-puissance. Plus d’une dizaine d’années plus tard, Park Jae-sang qui vit de petites magouilles grâce à son art, se retrouve mêlé à une lutte politique entre l’oncle du roi, Heungseon Daewongun (Ji Sung) et Kim Jwa-geun qui mène un complot visant à maintenir la famille royale sous le contrôle de sa famille pour les générations à venir. 

« Fengshui » permet de naviguer dans plusieurs genres distincts qui fonctionnement pleinement ensemble. Au premier plan, nous sommes face à un film historique, nous plongeant une nouvelle fois dans l’univers de la Dynastie Joseon. L’histoire est profondément dramatique. Afin de garder le pouvoir, certains personnages n’hésitent pas à faire exécuter ceux qui trouvent en travers de leur chemin. Le spectateur est également placé face à différents affrontements, offrant ainsi des moments de fortes intensités aux fans d’action. D’un point de vue structurel, le personnage principal est fortement animé par l’idée de vengeance, tout en gardant un respect et un sens de la fidélité assez puissante envers son souverain.

Les personnages sont assez nombreux, et certains ont une double face. On pense qu’ils sont du côté des bons, et s’avèrent finalement être, non pas du côté des mauvais, mais des méchants, animés par la même quête de pouvoir. Du côté des antagonistes, on retrouve Kim Jwa-geun (Baek Yoon-sik), homme très influent auprès de l’ensemble de la Cour, son objectif est de conserver le pouvoir sur plusieurs générations. Pour se faire, il fait systématiquement enterrer ses ascendants sur des emplacements choisis par des Maîtres de feng shui et originellement destinés à la famille royale. Dans sa tâche du contrôle du pouvoir et de la quête des meilleurs emplacements pour les tombes de sa famille, il est aidé par son fils, Kim Byeong-gi (Kim Sung-kyun). 

De l’autre côté, on retrouve donc Park Jae-sang (Cho Seung-woo) qui désire se venger de la famille Kim. C’est là qu’intervient Heungseon Daewongun (Ji Sung), l’oncle du roi Heonjong. Il se fait passer pour un alcoolique et un dépravé auprès de la famille Kim, qui n’hésite pas à le rabaisser dès que l’occasion se présente. Cependant, ce dernier œuvre en silence pour assurer que son propre fils, devienne le nouveau roi. Pour l’aider dans sa tâche, il peut compter sur l’assistance de Cho-seon (Moon Chae-won), la responsable d’un établissement de Kisaeng, des courtisanes ayant pour rôle de tenir compagnie aux personnalités de haut rang tels que les nobles, les yangbans et les hauts fonctionnaires. En effet, de nombreuses indiscrétions étaient révélées lors de repas fortement alcoolisés. On découvrira au passage que le roi Heonjong (Lee Won-geun) n’est finalement qu’une marionnette dirigée par les Kim. Un statut peu enviable que le roi découvrira à ses dépens de manières peu enviables.

D’une durée de 126 minutes, soit un peu plus de deux, il faut avouer qu’on ne voit pas le temps passer. Les éléments d’intrigue sont nombreux et le scénario concocté par Jung Ja-young offre une bonne fluidité au récit malgré la multiplication des personnages et de leurs intérêts divergents. En outre, la mise en scène proposée par Park Hee-gon (Insadong Scandal), le réalisateur, permet d’avoir une bonne harmonie entre l’intrigue, les révélations, les scènes d’action, l’établissement du concept du pungsu (feng shui coréen). Le métrage se clôt sur une scène où des hommes arborant des tenues modernes, costume-cravatte, viennent consulter le Maitre Park afin de trouver le meilleur terrain pour accueillir une école militaire dans le but de lutter contre l’envahisseur nippon et ainsi retrouver l’indépendance de la nation coréenne. 

En conclusion, « Fengshui » est un très bon film historique disposant d’une histoire originale, d’une intrigue évolutive et d’un développement harmonieux. Le rythme est bien équilibré, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie proposée par Baek Yoon-seok et Lee Ji-hoon est somptueuse, avec un super travail de plans extérieurs, de très beaux décors et costumes, des scènes d’action rondement menées. La bande musicale délivrée par Jang Young-gyu vient parfaitement accompagner le récit, fluctuant au gré de la tension et de l’action. Enfin, le montage offert par Kim Chang-joo nous offre un métrage de 126 minutes divertissantes et captivantes. La distribution offre de bonnes prestations, avec une préférence pour Ji Sung dont le personnage permet une palette de jeu assez large. L’ensemble est bien plus que convenable pour qu’on puisse largement recommandé ce film qui ravira probablement les fans du genre…

Retrouvez-nous sur notre groupe de discussion Facebook !

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 317 334 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :