Action, Comédie, Corée du Sud, Crime - Policier, Drame

PIPELINE (2021) ★★★✮☆


Pipeline (2021)

 

Une équipe de spécialistes constituée spécialement a pour objectif de siphonner des millions de litres de pétrole directement sur des pipelines, et cela, contre une très grosse somme d’argent. L’opération prend cependant du retard et des pressions s’organisent pour que les délais soient tenus…

 

 

« Paipeulain » (파이프라인), ou « Pipeline » pour la distribution internationale, est un film d’action policier sud-coréen datant de 2021, co-écrit et réalisé par Yoo Ha (유하), à qui l’on doit également « Gangnam Blues » (2015). Les acteurs principaux sont Seo In-guk, qu’on a pu voir dans « No Breathing » (2013), Lee Soo-hyuk, qu’on a pu voir dans « Runway Cop » (2012), Eum Moon-suk, qu’on a pu voir dans « On Your Wedding Day » (2018), Yoo Seung-mok, qu’on a pu voir dans « The Gangster, The Cop, The Devil » (2019), Tae Hang-ho, qu’on a pu voir dans « Innocence » (2018), Bae Da-bin, qu’on a pu voir dans « Beautiful Voice » (2019), et Bae Yoo-ram, qu’on a pu voir dans « Recalled » (2019). Ce métrage est paru en salles coréennes le 26 mai 2021.

L’histoire proposée par « Pipeline » (파이프라인) nous invite à suivre Pin Dol-yi (Seo In-guk) un spécialiste du perçage de pipeline. Une équipe est constituée autour de lui par Geon-woo (Lee Soo-hyuk), un riche propriétaire d’une entreprise de raffinage de pétrole. Le but étant de creuser une galerie depuis les sous-sols d’un hôtel fermé pour l’occasion, pour atteindre un oléoduc, le percer, et ainsi détourner une quantité importante de pétrole. Pin Dol-yi se retrouve entouré de Jeob-sae (Eum Moon-suk), un soudeur de haut niveau, mais également d’un ancien géomètre, le chef Na (Yoo Seung-mok), d’un spécialiste des tunnels, Geun-sab (Tae Hang-ho) et de Counter (Bae Da-bin), informaticienne et spécialiste de la surveillance vidéo. À mesure que le projet progresse, des embûches se font jour et la pression augmente pour finir dans les temps, multipliant les risques…

Le scénario concocté par Kim Kyoung-chan et Yoo Ha, ce dernier endossant la double casquette de scénariste et de réalisateur, a la particularité d’être très singulièrement original. Le concept du film de braquage a déjà été maintes fois visité. Braquage de banque, attaque à main armée, fraude aux œuvres d’art, entourloupes en tout genre, tout y est passé. En outre, il faut avouer que ce genre ne fait que rarement l’objet d’innovation. Du coup, le forage de pipeline de pétrole pour détourner, et donc en voler, une certaine quantité, c’est du jamais-vu à ma connaissance. L’histoire assure donc au spectateur une pointe de nouveauté, d’originalité, point suffisamment marquant pour qu’on s’y intéresse.

Lorsque l’on sait que Yoo Ha, le réalisateur, a déjà mis en scène des films de gangsters, et notamment « A Dirty Carnival » (2006), on pouvait s’attendre à quelque chose d’un très haut niveau. Les éléments positifs sont présents. Une équipe de braqueurs au profil différent laissant de la place aux tensions internes. Des aléas qui mettent le projet en péril, des trahisons, du chantage, des retournements de situation, et même quelques pointes d’humour sont bien développés. Tout se déroule relativement bien, quand tout à coup, patatra, un changement brutal de genre s’installe. Le comique. Mais un comique aux allures burlesques. Je ne m’en suis pas encore remis. Avec le recul, j’ai l’impression que les cinéastes ne savaient pas trop comment clore leur histoire, comment terminer leur film.

Le développement des personnages est très superficiel et se limite majoritairement à expliquer rapidement les spécificités du pourquoi les différents membres ont été choisi pour intégrer l’équipe de braqueurs. On se rend rapidement compte qu’ils ne sont que des archétypes qu’on rencontre habituellement dans les films policiers. Tout aussi rapidement, on se rend également compte qu’on ne sait pour ainsi dire rien de leur véritable personnalité. Il y a de nombreuses interactions entre les personnages, mais elles manquent de profondeur. En allant un peu plus loin dans l’analyse, on finit par se rendre compte que l’essentiel du travail de développement des personnages est fait par les comédiens eux-mêmes. La mise en scène se faisant finalement remarquer lorsque le réalisateur utilise quelques transitions originales entre les scènes.

En conclusion, « Pipeline » (파이프라인) est un bon film d’action disposant d’une histoire originale, d’une intrigue familière et d’un développement étrange. Le rythme est plutôt soutenu, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est cohérente, mais les CGI laissent une impression artificielle à plusieurs scènes. La bande musicale est plaisante et le montage offre un film d’une durée de 108 minutes relativement captivantes. La distribution livre de très bonnes prestations articulées autour de nouveaux visages dans l’univers cinématographique. Le gros point négatif du film réside dans la très mauvaise qualité du travail de sous-titrage que l’on peut aisément qualifier de catastrophique. Reste un film sympathique autour d’une thématique inédite.

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 344 760 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :