Action, Corée du Sud, Drame

SHARK: THE BEGINNING (2021) ★★★✮☆


Shark - The Beginning (2021)

 

Un adolescent victime d’intimidation est enfermé dans un centre de détention pour mineurs en raison d’un accident inattendu. Dans cet endroit particulier, il rencontre un champion d’arts martiaux à qui il demande de l’aide afin de s’initier au combat, et ainsi dépasser ses propres limites.

 

 

« Sya-keu : Deo Bi-gi-ning » (샤크 : 더 비기닝), ou « Shark: The Beginning » pour la distribution internationale, est un film d’action sud-coréen, réalisé par Chae Yeo-joon, à qui l’on doit également « Justice High » (2019). Les acteurs principaux sont Kim Min-seok (김민석), qu’on a pu voir dans « Jesters: The Game Changers » (2019), Wi Ha-joon (위하준), qu’on a pu voir dans « Gonjiam: Haunted Asylum » (2016), Jung Won-chang (정원창), qu’on a pu voir dans « Midnight » (2020), Lee Jae-kyoon (이재균), qu’on a pu voir dans « The Prison » (2016), et Bae Myung-jin (배명진), qu’on a pu voir dans « Door Lock » (2018). Ce film est paru en salles coréennes le 17 juin 2021.

L’histoire proposée par « Shark: The Beginning » (샤크 : 더 비기닝) nous invite à suivre Woo-sol (Kim Min-seok), un étudiant plutôt frêle qui s’avère être le souffre douleur de sa classe. Lorsque ce dernier défigure son bourreau, Seok-chan (Jung Won-chang), en lui crevant un œil, il se retrouve en prison. Dans son quotidien carcéral, il va rencontrer Do-hyeon (Wi Ha-joon), un expert en arts martiaux et jeune champion du monde dans sa discipline. Plutôt réticent dans un premier temps, Do-hyeon accepte d’enseigner l’art du combat au jeune Woo-sol. Progressivement, Woo-sol va s’aguerrir, prendre confiance en lui, et pouvoir mettre en application ses acquis dans cet univers hostile. Toutefois, le plus grand danger n’est peut-être pas à l’intérieur…

Le scénario s’articule autour d’un arc narratif, relativement facile à saisir. Un expert dans l’art du combat apprend à un adolescent chétif à se battre. La question que l’on pourrait légitimement se poser, c’est dans quel but. La réponse logique et instantanée est tout simplement pour apprendre à se défendre dans cet univers carcéral pour délinquants mineurs. En effet, de nombreux autres détenus, apparaissent comme étant offensés par l’attitude et/ou les actes de Woo-sol. Des raisons clairement futiles, qui visent plus à exprimer une domination et un statut hiérarchique au sein des prisonniers. Toutefois, il y a une autre dimension. Le dépassement de soi, la confiance en soi, de la discipline, la volonté et la détermination, sont également des points forts du récit.

Le personnage central, qui ,pour ma part est celui incarné par Kim Min-seok (김민석), semble avoir évolué en permanence dans un univers toxique où l’homme étale sa supériorité face aux autres. Les adolescents se violentent non parce qu’ils se haïssent, mais pour affirmer leur domination, leur supériorité. En développant sa résistance physique et ses compétences techniques, Woo-sol prend conscience d’une autre dimension de la masculinité. Il obtient une force intérieure lui permettant de supporter de grandes douleurs. Il acquiert suffisamment d’assurance pour inspirer les autres personnes autour de lui, en prouvant qu’il n’est pas déshonorant d’aspirer à un monde meilleur pour tous, sans conflit, sans violence.

L’histoire propose également une sous-intrigue autour de Seok-chan (Jung Won-chang) atrocement mutilé. Un personnage qui s’enfonce dans la noirceur et qui semble laisser son côté psychopathe prendre le dessus. Bien que peu développé, son parcours et sa personnalité pourront éventuellement refaire surface dans une éventuelle suite. Bien que l’ensemble des protagonistes sont censés être des mineurs, certains d’entre eux furent incarnés par des acteurs étant plutôt dans la trentaine, ce qui fait perdre un peu de réalisme à l’ensemble. En revanche, le réalisme est présent pour la chorégraphie des combats, ou le personnage central en prend plein la gueule à de multiples reprises. On peut imaginer qu’un autre opus viendra nous en dire plus sur le personnage incarné par Wi Ha-joon (위하준), dont on ignore pourquoi sa famille est assassinée dès les premières minutes du métrage.

Globalement « Shark: The Beginning » (샤크 : 더 비기닝) me fait penser à « Bodyguard » (경호원) de Son Seung-hyun (손승현), une histoire mais bien présentée. Un film a petit budget mais bien réalisé. Basique mais efficace. C’est probablement la raison qui fait que ces deux métrages ont la même note. Bien évidemment l’univers carcéral a déjà été au cœur de récits antérieurs. Pour mémoire je vous renvoie vers « The Prison » (프리즌) de Nah Hyeon (나현) paru en 2017 et l’incontournable « Miracle in Cell n°7 » (7번방의 선물) de Lee Hwan-gyeong (이환경), paru en 2013. Enfin, on notera que la Corée du Sud a un sérieux problème de gestion des élèves et des étudiants, où la violence physique est singulièrement présente.

En conclusion, « Shark: The Beginning » (샤크 : 더 비기닝) est un bon film d’action disposant d’une histoire basique, d’une intrigue familière et d’un développement coutumier. En d’autres termes, il n’y a rien de nouveau dans ce film. Reste que c’est bien fait, ça fonctionne, on adhère au personnage principal. Le rythme est cohérent, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est simple, mais certaines scènes pourraient repousser les plus sensibles. La bande musicale proposée par Kim Jun-seong est discrète et le montage débouche sur un métrage d’une durée de près de deux heures sans ennui, sans lenteur. La distribution offre de bonnes prestations chacun dans son rôle. Kim Min-seok, la frêle victime, Wi Ha-joon, la force tranquille et Jung Won-chang, le psychopathe. L’ensemble est agréable. A voir !

 

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 343 235 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :