Horreur, Mystère, Thriller

ANNABELLE COMES HOME (2019) ★★★☆☆


Annabelle Comes Home (2019)

 

 

Résolus à empêcher Annabelle de causer davantage de dégâts, les démonologues Ed et Lorraine Warren rangent la poupée possédée dans la pièce verrouillée de leur maison réservée aux artefacts, la plaçant ainsi « en sécurité » derrière un verre sacré qui a reçu la sainte bénédiction d’un prêtre. Mais une nuit d’horreur se profile alors qu’Annabelle réveille les esprits maléfiques de la salle, qui dirigent leur attention vers une nouvelle cible : la fille de 10 ans des Warren, Judy et ses amis.

 

 

« Annabelle Comes Home » est un film d’horreur américain datant de 2019, écrit et réalisé par Gary Dauberman, à qui l’on doit également les scénarios de « It » (2017) et de « The Nun » (2018). Les acteurs principaux sont Mckenna Grace, qu’on a pu voir dans « Ready Player One » (2018), Madison Iseman, qu’on a pu voir dans « Jumanji: The Next Level » (2019), Katie Sarife, qu’on a pu voir dans « Cleveland Abduction » (2018), et Michael Cimino, qu’on a pu voir dans « Shangri-La Suite » (2016). À noter que Vera Farmiga et Patrick Wilson reprennent ici leur rôle respectif de Lorraine et Ed Warren. Ce métrage fait office de suite à « Annabelle » (2014) et de « Annabelle: Creation » (2017), et est le septième volet de la franchise Conjuring Universe.

L’histoire proposée par « Annabelle Comes Home » nous invite à suivre la famille Warren, et plus particulièrement Judy Warren (Mckenna Grace), fille de Lorraine (Vera Farmiga) et d’Ed Warren (Patrick Wilson), les désormais célèbres démonologistes. Après une séquence d’ouverture où l’on peut voir le couple récupérer la non moins célèbre poupée démoniaque répondant au doux nom d’Annabelle, cette dernière est enfermée dans une vitrine sacrée dans la pièce de la cave destinée à accueillir les artefacts du couple. Les Warren devant s’absenter pour enquêter sur un autre cas, ils confient la garde de leur fille Judy à Mary Ellen (Madison Iseman). Durant la soirée, Daniela (Katie Sarife), une amie de Mary, se pointe chez les Warren sans y avoir été invitée. Celle-ci est secrètement intéressée par l’idée de parler aux morts, et à son père plus particulièrement. Elle parvient à se faufiler dans la salle des artefacts pour finalement déverrouiller la porte de la vitrine d’Annabelle. Cette dernière n’en demandait pas tant, et commence à libérer d’autres esprits, semant le chaos dans la maison des Warren

Voici donc le troisième opus dédié à la poupée maléfique dans l’univers de Conjuring centré sur les écrits et les expériences du célèbre enquêteur paranormal Ed Warren et de son épouse Lorraine. L’installation des différents films composant cette franchise étant articulée autour d’événements présentés comme réels est à l’origine de l’énorme succès auprès des fans de films d’horreur. Toutefois, le scénario concocté par Gary Dauberman, qui endosse également, et pour la première fois, la casquette de réalisateur, s’écarte volontairement des événements de la vie réelle pour naviguer dans un espace presque entièrement fictif, avec nettement moins d’impact que ce qui avait été proposé précédemment.

L’intrigue se focalise donc sur Judy, sur la fille des Warren. Plus ou moins mise à l’écart à l’école en raison de l’implication de ses parents dans l’univers du surnaturel, elle est également tourmentée par ses propres capacités à voir des morts. Elle se retrouve avec sa baby-sitter Mary (Madison Iseman) et la copine de cette dernière, Daniela (Katie Sarife). Assez rapidement, on se demande qui est vraiment la plus mature des quatre et pourquoi donc Judy a besoin de quelqu’un pour la chaperonner. Les éléments de frayeur fonctionnent bien malgré le fait que c’est du déjà vu. Mais comme j’aime à le dire souvent, peu importe si c’est bien fait. On peut saluer l’excellent travail effectué au niveau de la photographie, qui permet de pleinement s’immerger dans les années 1960.

Gary Dauberman, le réalisateur, installe un large éventail d’entités surnaturelles pour effrayer les différentes personnes enfermées dans la demeure des Warren. En dehors d’Annabelle, menaçant silencieusement par sa simple présence, c’est probablement la mariée sanglante la plus effrayante. Un travail fluide au niveau des prises de vue géré par Michael Burgess, associé à un montage étroitement contrôlé, proposé par Kirk M. Morri, permettent de transformer un beau petit pavillon de banlieue en véritable maison hantée. Tout ceci est fortement appuyé par la bande musicale délivrée par Joseph Bishara. Ce dernier faisant office de vétéran sur cette franchise avec à son actif « The Conjuring » (2013), « Annabelle » (2014), « The Conjuring 2 » (2016) ou encore « Annabelle: Creation » (2019).

En conclusion, « Annabelle Comes Home » est un bon film d’horreur, disposant d’une histoire basique, d’une intrigue familière et d’un développement simple. Le rythme est cohérent, le récit est fluide et la narration est linéaire. La phonographie est sympathique mettant l’accent sur les décors afin d’immerger le spectateur dans l’atmosphère des années 60. La majorité des scènes se déroulent de nuit et bien que les jumpscares soient efficaces, ils restent classiques. La bande musicale est agréable et vient harmonieusement renforcer l’ambiance. Le montage débouche sur un film de 106 minutes suffisamment stressantes pour se ronger les ongles. La distribution offre de bonnes performances sans qu’une prestation ne sorte réellement du lot. Un film à regarder le soir, dans le noir, pour amplifier les sensations.

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 359 036 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :