Drame

LIFE ON THE LINE (2015) ★★✭☆☆


Life on the Line (2015)

 

 

Le risque est le quotidien de Beau, qui exerce l’une des professions les plus dangereuses au monde : celle d’électricien en lignes haute tension. Dévoué à son travail ainsi qu’à Bailey, sa nièce qui attend un enfant, Beau va devoir faire face à une terrible tempête qui s’abat sur la ville. Au péril de sa vie, il va se battre pour rétablir le courant et ainsi sauver l’avenir de sa famille.

 

 

« Life on the Line » est un thriller catastrophe américain datant de 2015, réalisé par David Hackl, à qui l’on doit également « Daughter of the Wolf » (2019). Les acteurs principaux sont John Travolta, qu’on a pu voir dans « In a Valley of Violence » (2016), Kate Bosworth, qu’on a pu voir dans « Before I Wake » (2016), Devon Sawa, qu’on a pu voir dans « Escape Plan: The Extractors » (2019), Gil Bellows, qu’on a pu voir dans « The Calling » (2014), Julie Benz, qu’on a pu voir dans « Havenhurst » (2016), Ryan Robbins, qu’on a pu voir dans « Spectral » (2016), Ty Olsson, qu’on a pu voir dans « S.W.A.T.: Under Siege » (2017), et Sharon Stone, qu’on a pu voir dans « Nico » (1988). Ce métrage est paru le 18 novembre 2016 diffusé par Kionsgate Premiere.

L’histoire proposée par « Life on the Line » nous invite à suivre Beau Ginner (John Travolta), un lignard, soit un spécialiste de l’installation et de la réparation des lignes à haute tension. Quelques années auparavant, il a perdu son frère, électrocuté lors d’une intervention, puis sa belle-sœur dans un accident de la route, alors qu’elle se rendait au chevet de son époux. Depuis, Beau s’occupe de sa nièce orpheline, Bailey Ginner (Kate BoswoLorth), tout en l’incitant fortement à poursuivre ses études à l’université. Lorsqu’un violent orage se profile à l’horizon, toutes les équipes de lignards sont sur le pont, mais la situation devient de plus en plus catastrophique…

Le scénario concocté par Primo Brown, Marvin Peart et Peter I. Horton est beaucoup trop simpliste. On peut même s’étonner de la faiblesse du script lorsque l’on découvre qu’ils s’y sont mis à trois pour pondre cette histoire. C’est un petit peu délicat de critiquer ce métrage sachant que c’est un film dédié aux lignards qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur métier. Le thème est résolument orienté sur le drame. Toutefois, les cinéastes ont tenté d’incorporer une intrigue secondaire, articulé autour d’un personnage masculin singulièrement désagréable. Terriblement macho, il s’avère être vexé d’avoir été ridiculisé par Bailey et Carline (Julie Benz) et tente de se venger en s’introduisant par effraction chez cette dernière pour tenter de la violer. Pour pimenter l’histoire, les scénaristes ont également cru utile de mettre Bailey en danger, et par la même occasion, sa grossesse en péril, de manière à justifier le sacrifice à suivre.

Du côté des personnages, on peut regretter l’absence de développement. Le spectateur serait en droit de se demander quel est l’apport de la sous-intrigue qui se développe autour d’Eugene (Ryan Robbins), un nouveau lignard souffrant d’un syndrome post-traumatique depuis son retour d’Afghanistan. Son attitude suicidaire est subitement interrompue sans qu’on explique pourquoi. Pire encore, le personnage incarné par Sharon Stone n’apporte rien de particulier au récit. On comprend bien que sa relation avec son fils, Duncan (Devon Sawa), est fortement altéré depuis que ce dernier a opté pour le métier de lignard, métier qui a coûté la vie à son époux. On pourrait ainsi multiplier les exemples. La faute résidant probablement sur le nombre trop important de personnages. À l’arrivée seul celui incarné par John Travolta s’avère suffisamment développé. Un homme souffrant profondément du décès tragique de son frère, Danny Ginner (Ty Olsson), et ayant un fort sentiment de responsabilité dans l’accident qui a engendré la perte de ce dernier.

Les valeurs de production sont plutôt faibles pour ce « Life on the Line » et notamment au niveau de la photographie et du montage. D’une part, le travail de Brian Pearson est plutôt fade, les scènes d’action mettant en scène les lignards en intervention durant les orages ne bénéficient pas d’effets spéciaux très réalistes. D’autre part, combiné au montage proposé par Jamie Alain, qui présente un ensemble de scènes de vie sous forme de compte à rebours avec comme point zéro, la tempête qui se devait d’être le clou du spectacle. Et c’est là que je place ma réplique, la montagne a accouché d’une souris. Lors du générique de fin, ma chère et tendre compagne m’a dit, « tout ça pour ça« , c’est dire ! Enfin, la bande musicale délivrée par Jeff Toyne est discrète à souhait et ne relève guère le niveau général.

En conclusion, « Life on the Line » est un film catastrophe médiocre disposant d’une histoire classique, d’une intrigue familière et d’un développement atone. Le rythme est lent, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est de piètre qualité, la bande originale est discrète et le montage fait monter la pression vers un point culminant, terriblement faible. La distribution offre de bonnes prestations sans parvenir à relever le niveau général du film en raison d’un scénario vide malgré une écriture à trois. L’ensemble est un hommage aux lignards qui ont perdu la vie à travers l’exercice de leur métier, ce qui empêche ce métrage d’avoir une note plus dégradée que celle que nous lui avons attribué. Un film dont on pourra se dispenser…

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Une réflexion sur “LIFE ON THE LINE (2015) ★★✭☆☆

  1. Entièrement d’accord avec la chronique. Les intentions étaient bonnes, mais, le résultat n’est franchement pas à la hauteur.

    J’aime

    Publié par Titi70 | 13/01/2022, 17 05 16 01161

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 359 683 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :