Action, Thriller

ONE SHOT (2021) ★★★☆☆


One Shot (2021)

 

 

Une équipe d’élite de Navy SEALs, en mission secrète pour transporter un prisonnier hors d’une prison insulaire de la CIA, est prise au piège lorsque des insurgés attaquent alors qu’ils tentent de sauver le même prisonnier.

 

 

« One Shot » est un thriller d’action britannique datant de 2021, réalisé par James Nunn. Les acteurs principaux sont Scott Adkins, qu’on a pu voir dans « American Assassin » (2017), Ashley Greene, qu’on a pu voir dans « The Twilight Saga: New Moon » (2009), Ryan Phillippe, qu’on a pu voir dans « Wish Upon » (2017), Emmanuel Imani, qu’on a pu voir dans « Criminal » (2016), Dino Kelly, qu’on a pu voir dans « In Cube » (20151), Waleed Elgadi, qu’on a pu voir dans « The Curse of Hobbes House » (2020), et Jess Liaudin, qu’on a pu voir dans « Antigang » (2015). Ce métrage est paru aux Etats-Unis et VOD le 5 novembre 2021.

L’histoire proposée par « One Shot » nous invite à suivre Jake Harris (Scott Adkins), leader d’une équipe de Navy SEAL’s. Avec ses hommes, il accompagne Zoe Anderson (Ashley Greene), une analyste de la CIA sur une petite île transformée en prison secrète accueillant des détenus liés au terrorisme. Alors qu’ils s’apprêtent à transférer Amin Mansur (Waleed Elgadi), un prisonnier soupçonné d’avoir des informations de première importance sur une attaque imminente sur le sol américain, un groupe puissamment armé, dirigé par Hakim Charef (Jess Liaudin) un terroriste notoire, attaque l’île dans le but de récupérer ce même prisonnier. Dès lors, une confrontation sanglante et meurtrière s’enclenche et les morts se comptent par dizaines. Est-ce que les Navy SEAL’s parviendront à repousser l’attaque et à transférer Amin Mansour…?

Le scénario concocté par Jamie Russel se concentre sur une seule et unique chose, l’attaque par un groupe de mercenaires d’une installation secrète regroupant des prisonniers liés au terrorisme. Personnellement, je pense que le concept de thriller est tout de même réduit à sa plus simple expression. Qui va rester vivant à la fin de ce jeu de massacre ? Ainsi, « One Shot » est un pur film d’action, sans réel temps mort. Du coup, le développement des personnages en prend un coup. Les faits se concentrent sur un lieu unique, une sorte de base militaire, transformée en centre de détention. Une sorte d’ersatz de la prison de Guantanamo, où les interrogatoires sont plutôt musclés.

Comme je le soulignais précédemment, les personnages ne sont guère développés. Ceci étant dit, il n’y a pas une absence complète de développement. Étonnamment, ce ne sont pas les personnages principaux qui auront attiré notre attention. D’un côté, il y a Jack Yorke, incarné par Ryan Philippe, le responsable du centre de détention. Il éprouve une profonde aversion pour les terroristes depuis qu’il a perdu sa femme dans les attentats du World Trade Center. Cela engendre une attitude profondément limite dans les méthodes d’interrogatoires. De l’autre côte, nous trouvons Amin Mansur (Waleed Elgadi), un riche homme d’affaires, dont la société apparaît comme suspecte de blanchiment d’argent dans le but de financer des opérations terroristes. Il jure tout ce qu’il peut qu’il n’a strictement rien à voir avec les faits qui lui sont reprochés. La suspicion se fait plus forte lorsque l’on apprend qu’il a perdu son enfant dans des bombardements orchestrés par les forces militaires américaines. Hakim Charef (Jess Liaudin) attire également l’attention dans la mesure où il utilise certains prêches religieux pour encourager ses disciples, mais ne semble guère y croire lui-même.

Les valeurs de productions sont d’un niveau moyen. La photographie offerte par Jonathan Iles est basique. Les décors sont très minimalistes. Différentes pièces relativement vides, des murs lisses en béton. Des extérieurs rudimentaires. Des palettes entassées, des tonneaux en métal. C’est donc du côté des fusillades que les producteurs ont mis le paquet. Fusils mitrailleurs contre la classique kalachnikov. Et fatalement, dans la dernière partie, quand les armes se taisent faute de munitions, il faut en finir à mains nues ou au couteau. Beaucoup de scènes sont filmées caméra à l’épaule afin d’offrir des sensations immersives dans l’action. La bande musicale dirigée par Austin Wintory est plutôt discrète et le montage présenté par Liviu Jipescu offre un métrage d’une durée de 97 minutes très nerveuses.

En conclusion, « One Shot » est un bon film d’action disposant d’une histoire simple, d’une intrigue basique et d’un développement dynamique. Le rythme est très soutenu, le récit est fluide et la narration est linéaire, quasiment en temps réel. La photographie est d’une rare simplicité, la bande originale qui accompagne le métrage est sobre et le montage permet de maintenir une tension permanente. La distribution offre de bonnes prestations dans l’ensemble tout en maintenant leur jeu dans une forme caricaturale. On peut regretter que Scott Adkins soit enfermé dans un rôle bien en-deçà de ses possibilités. L’ensemble est divertissant sans pour autant être inoubliable…

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 388 056 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :