Crime - Policier, Thriller

TILL DEATH (2021) ★★★✮☆


Till Death (2021)

 

 

Après une soirée romantique dans leur maison isolée au bord du lac, une femme se réveille menottée à son mari décédé. Piégée et isolée au cœur de l’hiver, elle doit combattre des tueurs à gages pour échapper au plan tordu de son défunt époux.

 

 

« Till Death » est un film thriller américain datant de 2021, réalisé par S.K. Dale, qui signe ici son premier long-métrage. Les acteurs principaux sont Megan Fox, qu’on a pu voir dans « Rogue » (2020), Callan Mulvey, qu’on a pu voir dans « Beyond Skyline » (2017), Eoin Macken, qu’on a pu voir dans « Resident Evil: The Final Chapter » (2016), Aml Ameen, qu’on a pu voir dans « Inside Man: Most Wanted » (2019), et Jack Roth, qu’on a pu voir dans « Infinite » (2021). Ce métrage est sorti aux Etats-Unis dans un nombre limité de salles le 2 juillet 2021, et a été proposé simultanément en vidéo à la demande.

L’histoire proposée par « Till Death » nous invite à suivre Emma Webster (Megan Fox), une jeune femme malheureuse dans son couple, mariée à Mark, un avocat pénaliste, froid et dominant. Ce dernier l’invite à manger au restaurant pour fêter l’anniversaire d’Emma (Eoin Macken). Au cours du dîner, il la surprend en lui offrant un collier. Il la conduit ensuite dans leur maison isolée au bord d’un lac où ils avaient l’habitude d’aller au début de leur relation. Il s’excuse pour son attitude, pour son comportement passé et ils font l’amour. Le lendemain matin, Emma se réveille et découvre qu’elle est menottée à Mark, qui se tire brusquement une balle dans la tête. Forcée de traîner le cadavre de son mari, Emma découvre que ce dernier a fait disparaître tout ce qui pourrait être tranchant, que son téléphone est coupé, que le véhicule du couple a été vidé de son carburant. Toutefois, les choses vont encore se compliquer avec l’arrivée de deux cambrioleurs…

Le scénario concocté par Jason Carvey offre une pointe d’originalité dans le concept de la veuve éplorée qui ne l’est absolument pas. Emma doit se « trimbaler » le corps de son défunt mari dans toutes les parties de la maison étant donné qu’elle est attachée au poignet par des menottes, elles-mêmes reliées au poignet du suicidé. La clé a bien entendu disparu. Elle va se rendre de l’étage au rez-de-chaussée et plus particulièrement dans la cuisine, espérant trouver un ustensile permettant de « couper » les ponts définitivement avec son époux en lui tranchant le poignet. Mais tout a disparu. Elle se rend alors dans la cave, espérant trouver un outil dans l’atelier, mais là aussi elle fait chou blanc. Ayant trouvé les clés du véhicule, c’est jusque dans le garage, éloigné de plusieurs dizaines de mètres, qu’elle traîne la dépouille de Mark, pour finalement prendre conscience qu’il a pris le soin de siphonner l’essence durant son sommeil. Finalement, le film débute comme un drame. Un couple qui se déchire, et un homme qui dresse un plan diabolique pour entraîner son épouse dans sa spirale suicidaire. La seconde partie s’articule comme un survival avec l’arrivée de cambrioleurs qui n’atterrissent pas en ce lieu par hasard, faisant ainsi basculer l’histoire dans la thématique du « home invasion« .

La distribution est plutôt clairsemée pour ce film. Outre Callan Mulvey et Jack Roth qui incarnent les deux antagonistes de cette histoire, on retrouve Aml Ameen. J’ai volontairement omis de parler de son rôle dans l’histoire afin de ne pas trop divulgâcher l’intrigue. Ce dernier est cependant la pierre angulaire de l’action menée par Mark contre sa femme. C’est donc Eoin Macken qui incarne ce mari autoritaire, froid et probablement un POC, ou une personnalité obsessionnelle compulsive, un individu qui veut tout contrôler. Cela se manifeste dès le début du film, lorsqu’il insiste pour que son épouse porte sa robe rouge, ou encore quand il commande un dessert pour elle au restaurant alors qu’elle ne veut plus rien. On sent également qu’il est prêt à exploser à la moindre contrariété, mais qu’il réfrène ses pulsions colériques. Enfin, on retrouve Megan Fox dans le rôle principal. La jeune femme incarne une femme désabusée, une femme qui aimerait probablement divorcer. Sa réaction, après avoir vu son époux se suicider devant ses yeux, est intéressante. La stupéfaction passée, elle cherche désespérément à se libérer de cet attachement forcé. Elle met du cœur à l’ouvrage et fait preuve d’une belle abnégation, de la créativité, de l’adaptation et d’une grande force de caractère, loin des clichés de la « femme victime ».

Les valeurs de productions délivrées autour de « Till Death » sont d’une très bonne qualité. Le tournage principal a débuté en août 2020, à Sofia en Bulgarie. L’actrice Megan Fox a témoigné de la difficulté de son rôle, étant quasiment dans toutes les scènes. Cinq semaines de tournage épuisantes et une nécessité de prendre plusieurs jours de repos à son retour aux Etats-Unis. L’actrice a également expliqué le travail incroyable réalisé par le cascadeur qui jouait son mari décédé. Il était traîné à même le sol durant tout le film, sur différentes surfaces, avec de moins en moins de vêtements, terminant en caleçon. Il a effectué des chutes dans les escaliers sans protection, menotté à l’actrice, tout en veillant à ce qu’elle ne se blesse pas. La photographie proposée par Jamie Cairney se concentre donc sur une jolie petite maison isolée, au bord d’un lac gelé. La bande musicale orchestrée par Walter Mair est assez discrète. Ce compositeur autrichien est connu pour la musique de jeux vidéo comme sur Grand Theft Auto ou Splinter Cell. Le montage débouche sur un métrage d’une durée de 88 minutes très accrocheuses et nerveuses.

Personnellement, je me suis « arrêté » sur l’attitude de Bobby Ray (incarné avec force par Callan Mulvey), le principal antagoniste de l’histoire, présent dans la seconde partie du film. Outre le fait qu’il existe un passif entre lui et le personnage incarnée par Megan Fox, sa démarche intellectuelle m’a interpellé, car finalement, elle résume la psychologie de nombreux individus de toute époque et de tout continent. Dans la confrontation finale, Bobby reproche à Emma d’être les maux de tous ces soucis. S’il a perdu 10 années de sa vie en prison, c’est de la faute de la jeune femme. Si son frère est mort, c’est de la faute de la jeune femme. Si son braquage est un fiasco, c’est de la faute de la jeune femme. Si l’assassinat de cette dernière est raté, c’est de la faute de la jeune femme. Par extension, s’il est aujourd’hui un criminel, c’est de la faute des autres. S’il a fait des mauvais choix dans la vie, c’est de la faute des autres. C’est lui la victime. Pauvre bougre malchanceux.

En conclusion, « Till Death » est un bon thriller disposant d’une histoire originale, d’une intrigue captivante et d’un développement à orientations multiples. Le rythme est soutenu et on entre rapidement dans le vif du sujet, le récit est fluide et la narration fait appel à quelques brefs flashbacks. La photographie exploite pleinement la cartographie de la maison isolée, de ses dépendances et de son environnement proche. La bande originale est sobre et le montage serré offre beaucoup de dynamisme au métrage. La distribution offre de bonnes prestations, toutefois dominée par la performance de Megan Fox, au service d’un personnage éloigné des clichés, détaché du mélodrame avec un magnétisme pur et méchant. Un film intéressant, qui plaira à ceux qui aiment le suspense.

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 416 336 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :