Action, Crime - Policier, Thriller

PURSUIT (2022) ★✮☆☆☆


Pursuit (2022)

 

 

Le détective Breslin croise le chemin de Calloway, un hacker impitoyable qui cherche désespérément à retrouver sa femme, enlevée par un cartel de la drogue. Lorsque Calloway s’échappe de sa garde à vue, Breslin s’associe à une femme flic sans état d’âme pour récupérer son prisonnier…

 

 

« Pursuit » est un thriller policier américain datant de 2022, réalisé par Brian Skiba, à qui l’on doit également « The 2nd » (2020). Les acteurs principaux sont Emile Hirsch, qu’on a pu voir dans « Midnight in the Switchgrass » (2021), John Cusack, qu’on a pu voir dans « Singularity » (2017), Jake Manley, qu’on a pu voir dans « Midway » (2019), William Katt, qu’on a pu voir dans « Overrun » (2021), et Elizabeth Faith Ludlow, qu’on a pu voir dans « Godzilla: King of the Monsters » (2019). Ce métrage est paru le 18 février 2022 aux Etats-Unis, distribué par Lionsgate Home Entertainment.

L’histoire proposée par « Pursuit » nous invite à suivre Rick Calloway (Emile Hirsch), un pirate informatique, fils d’un trafiquant de drogue bien en vue, John Calloway (John Cusack). Le hacker veut récupérer sa femme disparue. Une situation qui pourrait être en lien avec les activités criminelles de son père. D’ailleurs, ce dernier s’occupe également du fils de Rick depuis la disparition de la mère de l’enfant. Dans le même temps, l’inspecteur Mike Breslin (Jake Manley) tente de neutraliser un trafic de drogue. Dans le cadre de ses investigations, ce dernier se retrouve confronté à Rick, lui-même en quête d’informations sur la localisation de son épouse. Rick négocie la protection de la police, faisant miroiter des renseignements à Mike concernant les auteurs du meurtre de la femme de ce dernier. Mike est transféré vers l’Arkansas et se fait kidnapper dès son arrivée par le gang rival de son père, au nez et à la barbe de la police. L’inspecteur Breslin va alors faire équipe avec une jeune officier de police, Zoe Carter (Elizabeth Faith Ludlow), pour démêler toute cette histoire…

Le scénario concocté par Ben Fiore, Dawn Bursteen, Andrew Stevens et Brian Skiba, ce dernier endossant donc également la casquette de réalisateur, est d’une médiocrité affligeante. Et dire qu’ils s’y sont mis à quatre pour pondre cette niaiserie. Je dois cependant avouer que je m’y attendais. Le dernier bon film de John Cusack date un petit peu, et je le compare souvent à Nicolas Cage, dont la carrière semble également avoir suivi le même schéma. Les cinéastes positionnent le récit dans un milieu familial criminel, où finalement, personne n’est réellement blanc comme neige. En effet, tous les protagonistes ont quelque chose à se reprocher, à cacher, à récriminer. Cela étant dit, l’ensemble sert de couverture pour positionner des scènes d’action dignes d’une série Z. Même la série « Alerte Cobra » est plus percutante…

Dans ce magma d’inepties, que dire des personnages. Rick Calloway (Emile Hirsch) apparaît comme un psychopathe, prêt à tout pour retrouver son épouse, ce qui en soi est bien légitime. Sauf que pour y parvenir, il joue des flingues et des innocents deviennent des dommages collatéraux. Dans la famille des sept truands, donner-moi le père, Jack Calloway (John Cusack). Peut-il sacrifier son fils pour sauver ses affaires ? La loyauté du sang, peut-elle supplanter les millions de dollars du trafic de drogue ? La réponse n’est guère surprenante. Nous apprenons que ce dernier est en affaires avec un autre gangster dangereux, Frank Diego (Andrew Stevens). Le fils de ce dernier, John (Graham Patrick Martin) a vu son homosexualité dévoilée par Rick dans le cadre de ses activités de pirate informatique. Fatalement, une vengeance est envisagée. L’inspecteur Mike Breslin (Jake Manley) veut venger l’assassinat de sa femme (Alexandria DeBerry). Et la jeune recrue policière Zoe Carter (Elizabeth Ludlow) a le couteau sous la gorge de par la pression qu’exercent les mafieux sur sa famille. Pourquoi faire simple ?

Il est presque inutile de s’attarder sur les valeurs de production tellement c’est mauvais. Les scènes d’actions sont bâclées et le nombre de victimes est exagéré. Ce qui commence comme un techno-thriller new-yorkais se transforme en une guerre des cartels de la drogue dans l’Arkansas rural. « Pursuit » développe une intrigue spectaculairement alambiquée et déploie des scènes d’action granuleuses. La violence impitoyable pivote sauvagement de l’absurde à l’inutile. On pourrait facilement lister les nombreux défauts, mais finalement, on s’amuse à regarder le carnage.

En conclusion, « Pursuit » est un médiocre film d’action disposant d’une histoire embrouillée, d’une intrigue désordonnée et d’un développement ridicule. Le rythme est plutôt vif, le récit est abscons et la narration est linéaire. La photographie est basique, les effets spéciaux sont ridicules. La bande musicale est pauvre et le montage débouche sur un métrage d’une durée de 95 minutes. La distribution n’arrive nullement à élever le niveau, Emile Hirsch n’y croit pas et John Cusack est une nouvelle fois présent pour récupérer le chèque. Seul Jake Manley propose un personnage cohérent et crédible. Un film à éviter dont la seule chose d’acceptable est l’affiche.

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 388 044 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :