Drame, Thriller

CENTIGRADE (2020) ★★★☆☆


Centigrade (2020)

 

 

Pris dans un violent blizzard en Norvège, un couple se retrouve enseveli par la neige, piégé dans son véhicule. Ils vont devoir lutter pour survivre alors que la température s’effondre peu à peu, l’eau commence à manquer ainsi que le peu de nourriture dont il dispose.

 

 

« Centigrade » est un thriller de survie datant de 2020, co-écrit et réalisé par Brendan Walsh. Les acteurs principaux sont Genesis Rodriguez, qu’on a pu voir dans « Identity Thief » (2013), « Run All Night » (2015), ou encore « Delirium » (2018), et Vincent Piazza, qu’on a pu voir dans « Never Here » (2017). Ce film a été publié par IFC Midnight dans des salles limitées et en vidéo à la demande le 28 août 2020.

L’histoire proposée par « Centigrade » nous invite à suivre un jeune couple d’Américains, Naomi (Genesis Rodriguez) et Matthew (Vincent Piazza), qui se rend dans les montagnes arctiques de la Norvège pour une tournée littéraire promotionnelle. Après s’être arrêtés pendant une tempête de neige, Naomi et Matthew se réveillent piégés dans leur véhicule, ensevelis sous des couches de neige et de glace. Avec peu de ressources, un approvisionnement alimentaire en baisse, des tensions, des reproches et des secrets personnels remontent à la surface. La situation va encore se compliquer lorsque Naomi, arrivée au terme de sa grossesse, doit accoucher…

Le scénario concocté par Daley Nixon et Brendan Walsh, ce dernier endossant également la casquette de scénariste, plonge le spectateur dans l’univers du survival, à l’instar de « Arctic » (2018) et du récent « Against the Ice » (2021), qui positionnent leurs personnages dans le grand froid. Fatalement, le concept de la survie amène une forme de suspense autour de la préservation de la vie. La situation dans laquelle se trouve les deux protagonistes du récit se focalise sur le choix d’ouvrir ou non une fenêtre afin de s’extraire du véhicule. Se pose alors la question de savoir quoi faire une fois à l’extérieur. Devant l’incertitude de ce choix, rester dans le véhicule apparaît comme la meilleure option. Toutefois, les ressources s’amenuisent et l’arrivée du nouveau-né complique bien évidemment les choses.

Dans ce huis clos, qui n’est pas sans faire penser à « Buried » (2010) avec Ryan Reynolds dans le rôle principal, ou encore le récent « Oxygen » (2021) articulé autour de l’excellente prestation de Mélanie Laurent, la tension monte et la situation dégénère à partir d’événements, qui en d’autres moments, apparaîtraient comme mineurs, et prêteraient même à en rire. Ces tensions conduisent à des révélations. Ainsi Matthew découvre que sa compagne consomme un antidépresseur, tandis que Naomi apprend que son conjoint a perdu son emploi récemment. La situation va cependant s’apaiser avec la naissance du bébé. L’enfant doit cependant se nourrir, obligeant Naomi à manger son placenta afin de produire suffisamment de lait. Lorsque la glace commence à fondre, une nouvelle perspective se profile à l’horizon.

Les valeurs de production sont assez rudimentaires, notamment du côté de la photographie. Seamus Tierney, le chef opérateur de prise de vues, livre quelques plans de la nature avoisinante, d’un blanc immaculé. Cependant, c’est l’intérieur du véhicule qui sert de lieu principal du récit. Le tournage principal s’est déroulé à Staten Island, arrondissement de New York, mais également en Norvège. Les deux acteurs ont perdu une dizaine de kilos durant le tournage. Deux véhicules identiques ont été utilisés pour le tournage. Ils ont été découpés de différentes manières afin de permettre les déplacements de caméra pour créer une variété visuelle. En outre, ils étaient placés dans un congélateur pour le stockage de crème glacée. Les cinéastes capables de contrôler la température, de manière à obtenir le maximum de réalisme. La bande musicale délivrée par Trey Toy et Matthew Wang est basique et le montage orchestré par Bradley J. Ross débouche sur un métrage d’une durée de 97 minutes.

En conclusion, « Centigrade » est un bon thriller de survie, disposant d’une histoire singulière, d’une intrigue simple et d’un développement conduisant à la tragédie. Le rythme est lent, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie offre quelques vues somptueuses, la bande originale est basique et le montage est cohérent. La distribution offre de bonnes prestations au service de personnages passant par différents états psychologiques. Bien que l’histoire soit basée sur des faits réels, le métrage est dépourvu de sensations fortes, ce qui joue quelque peu en sa défaveur pour le spectateur en recherche de sensations fortes. Reste un film intéressant sur les relations humaines.

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 388 056 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :