Comédie, Drame

DOG (2022) ★★✭☆☆


Dog (2022)

 

 

Un vétéran de l’armée, Briggs et Lulu, son berger belge malinois et acolyte, se rendent aux funérailles d’un de leurs camarades. Leur voyage ne sera pas de tout repos…

 

 

« Dog » est une comédie dramatique américaine datant de 2022, écrite et co-dirigée par Reid Carolin, qui fait là ses premiers pas dans la direction d’acteur sur un long-métrage. Les acteurs principaux sont Channing Tatum, qu’on a pu voir dans « Magic Mike XXL » (2015), Jane Adams, qu’on a pu voir dans « She Dies Tomorrow » (2020), Kevin Nash, qu’on a pu voir dans « John Wick » (2014), Ethan Suplee qu’on a pu voir dans « Deepwater Horizon » (2016), et Emmy Raver-Lampman, qu’on a pu voir dans « Blacklight » (2022). Ce métrage est paru le 18 février 2022 aux Etats-Unis.

L’histoire proposée par « Dog » nous invite à suivre Jackson Briggs (Channing Tatum), un ancien Rangers de l’armée américaine souffrant d’un syndrome post-traumatique. Il travaille dans une petite épicerie, mais tente de rempiler dans l’armée afin de repartir en mission à l’étranger, mais son dossier est bloqué en raison de son état psychologique. Son supérieur hiérarchique lui propose néanmoins un deal. Il doit emmener une femelle berger malinois aux funérailles de son maître à Nogales, en Arizona, à l’autre bout du pays. Le chien devra ensuite être euthanasié en raison de son comportement agressif. Le road-movie va être compliqué et singulièrement mouvementé en raison de l’instabilité comportementale de l’animal…

Le scénario concocté par Reid Carolin est quelque peu flou. On ne comprend pas vraiment où il veut en venir avec cette histoire. Certes, on comprend bien la relation entre le chien et l’homme, mais dans ce secteur du récit, l’opposition n’est pas vraiment franche au début de leur rencontre. Le chien n’est pas réellement en rejet du personnage incarné par Channing Tatum. Différentes situations amènent bien quelques pointes d’humour, mais c’est très léger. Difficile donc de vraiment considérer ce métrage comme étant une comédie. En deuxième lecture, on peut comprendre que les psychoses, les troubles psychologiques du chien sont en fait une allégorie de l’état d’esprit du principal protagoniste. En guérissant l’un, on guérira l’autre. Mieux encore, ils vont se soigner l’un l’autre de par leur complicité, leur coopération, leur bonne entente. Ce point est essentiellement présent dans le générique de fin. L’homme et le chien vivent en étant apaisés. Mais la construction de cette relation est brouillonne et les cinéastes ne fixent pas très bien leur sujet et l’histoire part dans différentes voies secondaires.

Des personnages secondaires viennent apporter maladroitement une pierre à la construction du récit et démontrer au soldat Jackson Briggs (Channing Tatum) que l’on doit accepter nos problèmes, nos difficultés à surmonter les troubles, et surtout accepter l’idée que l’aide peut venir de l’extérieur, d’une tierce personne, et/ou, dans le cas présent, d’un animal. La rencontre entre le principal protagoniste et Gus (Kevin Nash), un fermier qui semble cultiver de la marijuana, qui, passé les tensions des débuts, va lui confier l’amour qu’il porte à sa compagne et l’aide qu’elle lui a apporté. Jackson Briggs va également rencontrer un ancien collègue de Riley Rodriguez, propriétaire de Lulu, lui-même Maître-chien et propriétaire d’un frère de portée de Lulu. À travers leur discussion, ce dernier va également se confier sur l’aide que le chien lui aura apportée dans sa propre reconstruction après son temps dans l’armée.

« Dog » étant doté d’un budget de 15 millions de dollars, la photographie dirigée par Newton Thomas Sigel met essentiellement l’accent sur des scènes en extérieur, ce qui, dans une certaine mesure, est assez logique pour un métrage qui se présente comme un road-movie. Les quelques scènes d’action sont bien orchestrées, mais on peut regretter le sous-emploi du chien, censé être en capacité à neutraliser des opposants. En effet, il n’y a guère qu’une seule séquence où le chien rentre réellement en action, et d’ailleurs cette dernière a été soumise à polémique. La bande musicale délivrée par Thomas Newman est plutôt discrète et peu marquante. On aura connu ce compositeur plus inspiré, ayant œuvré sur des films tels que « Skyfall » (2012), « Bridge of Spies » (2015), « Passengers » (2016), encore « 1917 » (2019). Enfin, le montage proposé par Leslie Jones débouche sur un métrage d’une durée de 101 minutes.

En conclusion, « Dog » est un film moyen dont on définit avec difficulté le genre, disposant d’une histoire qui manque de relief, d’une intrigue pauvre et d’un développement sans intérêt. Le rythme est modéré, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est agréable, la bande originale est sobre et le montage est basique. La distribution offre de bonnes prestations au service de personnages dont les contours sont presque systématiquement ambivalents. La relation entre le personnage incarné par Channing Tatum et Lulu le chien, est sympathique mais il manque quelque chose. Un film à voir, mais sans grand intérêt…

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 416 337 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :