Action, Thriller

THE CONTRACTOR (2022) ★★★☆☆


The Contractor (2022)

 

 

Un sergent démobilisé des forces spéciales américaines, James Harper, risque tout pour sa famille lorsqu’il rejoint une organisation militaire privée.

 

 

« The Contractor » est un thriller d’action américain datant de 2022, dirigé par Tarik Saleh, qui réalise ici son premier long-métrage en langue anglaise. Les acteurs principaux sont Chris Pine, qu’on a pu voir dans « Wonder Woman » (2017), Ben Foster, qu’on a pu voir dans « Hostiles » (2017), Gillian Jacobs, qu’on a pu voir dans « Visions » (2015), Eddie Marsan, qu’on a pu voir dans « Atomic Blonde » (2017), J. D. Pardo, qu’on a pu voir dans « The Burning Plain » (2008), Florian Munteanu, qu’on a pu voir dans « Creed II » (2018), et Kiefer Sutherland, qu’on a pu voir dans « Forsaken » (2015). Ce métrage est paru en salles américaines ainsi que sur certaines plateformes de VOD à partir de 1er avril 2022, distribué par Paramount Pictures et STXfilms.

L’histoire proposée par « The Contractor » nous invite à suivre James Harper (Chris Pine), un militaire décoré mais renvoyé des forces spéciales de l’armée américaine en raison d’un usage de produit illicite pour soigner une blessure au genou. Face à l’impasse financière dans laquelle il se retrouve, il contacte son ami Mike (Ben Foster) qui travaille pour une société militaire privée sous le commandement d’un vétéran nommé Rusty Jennings (Kiefer Sutherland), prétendant diriger des opérations clandestines pour le ministère de la Défense. James Harper signe avec Rusty Jennings et intègre une petite équipe pour une opération en Allemagne. Dans un premier temps, il faut surveiller un scientifique du Moyen-Orient appelé Salim (Fares Fares). Ce dernier travaille sur un bio-agent pour un organisme terroriste. L’ordre est alors donné de neutraliser Salim et de récupérer toutes les données scientifiques. Mais lors de l’extraction, l’équipe se retrouve face à la police et est prise dans une fusillade. Blessés James et Mike doivent se cacher dans les égouts. Après avoir récupéré des forces Mike part préparer la fuite, mais James n’a plus aucune nouvelle. Pire encore, il se retrouve dans un guet-apens duquel il s’échappe in extremis. Obligé de déjouer différentes tentatives visant à le neutraliser, James n’a plus qu’une seule idée en tête, rentrer aux Etats-Unis et se venger des responsables de la déroute allemande…

Le scénario concocté par J. P. Davis inscrit « The Contractor » dans un schéma classique de l’agent qui doit se démerder tout seul pour s’en sortir et/ou de l’agent que l’on veut éliminer une fois sa mission accomplie. De mémoire, on pourrait citer le récent « Without Remorse » (2021) réalisé par Stefano Sollima qui est plus ou moins construit dans la même idée. Ce métrage s’inscrit également dans la thématique du militaire renvoyé de l’armée comme dans le tout aussi récent « Dog » (2022) de et avec Channing Tatum. Bien entendu, on peut également étendre notre analyse du genre aux thrillers d’action aux côtés de films comme « Those Who Wish Me Dead » (2021) ou « Till Death » (2021). Dans le cas présent, James Harper (Chris Pine) est viré de l’armée malgré ses efforts afin de rester opérationnel. Il se retrouve rapidement dans la mouise financièrement parlant et décide de rejoindre une société privée de barbouzes. En mission en Allemagne, l’ancien membre des forces spéciales, exécute les ordres, mais semble moyennement d’accord avec la tournure des événements avant de devoir utiliser toute sa dextérité pour quitter la zone infectée par la police. La suite est assez classique. Se cacher, se remettre sur pieds, se venger.

Les personnages ne sont pas trop nombreux mais tenus par des acteurs de qualité, comme Ben Foster, Eddie Marsan ou encore Kiefer Sutherland. Une histoire qui manque cruellement de personnage féminin. Du coup, on va se focaliser sur le sergent James Harper, incarné avec une certaine efficacité par Chris Pine, qui s’éloigne quelque peu de ce qu’il fait habituellement, bien qu’il m’eût agréablement surpris dans « Hell or High Water » (2016) de David Mackenzie, scénarisé par un cinéaste dont on entend de plus en plus souvent parler, Taylor Sheridan (Wind River / Sicario: Day of the Soldado / Without Remorse / Those Who Wish Me Dead). Dans « The Contractor », le personnage principal est finalement peu développé. On comprend qu’il a besoin d’argent pour subvenir aux besoins de sa famille, et que pour cette raison, il cherche à se faire enrôler dans une agence paramilitaire pour effectuer des missions fortement rémunérées. Toutefois sa blessure antérieure se réveille et il se retrouve en difficulté. Il se retrouve pris en chasse par des « collègues » qui veulent l’éliminer. Il veut donc légitimement comprendre qui, et pourquoi.

 

Doté d’un budget estimé entre 40 et 50 millions de dollars, « The Contractor » laisse une très large part à l’action. La photographie délivrée par Pierre Aïm nous emmène dans différents lieux aux Etats-Unis et en Europe. Bien que l’action de la première partie du métrage est censée se dérouler en Allemagne, à Berlin et sa proche banlieue, le tournage s’est effectué en Hongrie. Les scènes d’action sont bien orchestrées, quelques bastons à mains nues, du gunfight et de nombreuses fusillades. Les effets spéciaux sont cohérents et apportent du réalisme à l’ensemble. La bande musicale proposée par Alex Belcher est très sympathique avec des titres empruntés à Alma Cora. Le montage effectué par Theis Schmidt débouche sur un métrage d’une durée de 103 minutes.

En conclusion, « The Contractor » est un bon thriller d’action disposant d’une histoire basique, d’une intrigue usuelle et d’un développement familier. Le rythme est plutôt soutenu, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est agréable, la bande originale est très sympathique et le montage permet de garder un certain dynamisme. La distribution offre de bonnes prestations toutefois dominées par la performance de Chris Pine qui livre un personnage abusé, trompé par son meilleur ami. L’ensemble permet de passer un agréablement moment, sans prise de tête, simple, efficace.

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 388 069 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :