Action, Crime - Policier, Thriller

BLACK AND BLUE (2019) ★★★★☆


Black and Blue (2019)

 

 

Une agent de police débutante à la Nouvelle-Orléans doit concilier son identité de femme noire avec son rôle de gardienne de la paix lorsqu’elle est témoin de meurtres commis par d’autres agents de police.

 

 

« Black and Blue » ou « Dirty Cops » pour la distribution française, est un thriller d’action américain datant de 2019, réalisé par Deon Taylor, à qui l’on doit également « Fatale » (2020). Les acteurs principaux sont, Naomie Harris, qu’on a pu voir dans « Southpaw » (2015), Tyrese Gibson, qu’on a pu voir dans « Dangerous » (2021), Frank Grillo, qu’on a pu voir dans « Boss Level » (2020), Mike Colter, qu’on a pu voir dans « Zero Dark Thirty » (2012), Reid Scott, qu’on a pu voir dans « Venom » (2018), et Beau Knapp, qu’on a pu voir dans « Death Wish » (2018). La première du métrage a eu lieu lors du Urbanworld Film Festival, le 21 septembre 2019 et est sorti en salles aux États-Unis le 25 octobre 2019.

L’histoire proposée par « Black and Blue » nous invite à suivre Alicia West (Naomie Harris), une jeune recrue de la police de la Nouvelle-Orléans, vétéran de l’armée américaine. Elle fait équipe avec Kevin Jennings (Reid Scott) pour faire des rondes dans un quartier défavorisé, où West a grandi. Afin de permettre à Jennings d’honorer un rendez-vous galant, Alicia West le remplace auprès d’un autre patrouilleur, Deacon « Deek » Brown (James Moses Black). Durant leur vacation, ce dernier se rend dans une centrale électrique abandonnée, apparemment pour rencontrer un informateur. West doit rester dans le véhicule, mais lorsqu’elle entend des coups de feu, elle se précipite sur place. Elle tombe alors sur Brown et deux inspecteurs de la brigade des stupéfiants, Terry Malone (Frank Grillo) et Smitty (Beau Knapp), exécutant de sang-froid trois trafiquants de drogue non armés. Malone tente d’expliquer la situation, mais Smitty panique en voyant la caméra corporelle de West et lui tire dessus. Bien que protégée par son gilet pare-balles, elle est blessée, mais parvient à s’enfuir. Dès lors, Alicia West est traquée par l’ensemble des forces de police de la ville et devra se déplacer, se cacher dans un environnement fortement hostile aux forces de l’ordre…

Le scénario concocté par Peter A. Dowling positionne ce métrage dans le registre de l’action. En effet, « Black and Blue » propose des multiples scènes d’action. Plus on avance dans le récit, plus la tension monte, accompagnée par l’action. Le principal protagoniste de l’histoire se déplaçant à pied, on se retrouve essentiellement face à des courses-poursuites avec ce mode de déplacement. Des échanges de coups de feu, et fusillades viennent ponctuer ces différentes séquences. Le suspense est classique, on s’interroge sur le devenir du personnage incarné par Naomie Harris. Le scénariste place toute cette aventure au cœur des cités populaires et défavorisées que l’on peut qualifier de ghettos. Un environnement hostile aux représentants des forces de l’ordre, où le fait d’être un policier noir est considéré comme une trahison.

La majorité des personnages sont intéressants, mais pas forcément sans défauts. Pour exemple, Darius (Mike Colter) apparaît comme caricatural. Un chef de gang qui trempe dans le trafic de drogue. Grosse chaîne en or, dents en or, veste avec un col en fourrure, on croirait voir Snoop Dogg. Terry Malone (Frank Grillo), est le chef de la brigade des narcotiques. Il est autoritaire et peu scrupuleux des règles. C’est un pourri qui place ses intérêts avant le respect de la loi. Il tire et discute après. Le policier Kevin Jennings (Reid Scott), co-équipier de notre héroïne, sous son air sympathique, est également dans la combine. Toutefois, et c’est là que le personnage se démarque des autres policiers, il n’est pas pleinement d’accord avec la tournure des événements, et finira par retourner sa veste. Mouse est incarné par Tyrese Gibson. Personnage secondaire de premier ordre, il va offrir aide et assistance à Alicia, et se retrouver dans le collimateur de la police et des malfrats. Bien que dans les premiers instants, il est réticent à l’idée d’être impliqué, il devient une pièce maîtresse du récit. Enfin, Alicia West, interprétée par Naomie Harris, se retrouve dans la mouise jusqu’au coup, pourchassée par ses « collègues » ainsi que par les membres du gang. Son salut réside dans l’enregistrement de la scène de crime impliquant les flics, qu’elle a réalisé avec sa caméra corporelle.

Les valeurs de production concernant ce « Black and Blue » sont de qualités supérieures. La photographie délivrée par Dante Spinotti offre des scènes d’action haletantes dans un environnement crasseux, mal éclairé et inamical. Le tournage a débuté le 16 janvier 2019 et s’est achevé le 28 février de la même année. Certaines scènes ont été tournées avec un smartphone Sony Xperia et un appareil photo numérique Sony α7S II. À noter que ce directeur des prises de vue a régulièrement travaillé avec Michael Mann depuis les années 1980 dont « Heat » (1995). La bande originale livrée par Geoff Zanelli est particulièrement sympathique avec des titres de R&B contemporain ainsi que des sonorités hip-hop. Ce compositeur a travaillé à plusieurs reprises avec Deon Taylor, le réalisateur, mais également sur plusieurs métrages de David Koepp. Enfin, le montage, effectué par Peck Prior, débouche sur un film d’une durée de 108 minutes.

En conclusion, « Black and Blue » est un très bon thriller d’action disposant d’une histoire captivante, d’une intrigue plaisante et d’un développement dynamique. Le rythme est plutôt actif, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie permet aux spectateurs de s’immerger dans les ghettos de la Nouvelle-Orléans, la bande originale est très contemporaine et le montage offre une bonne cinétique à l’ensemble. La distribution offre de très bonnes prestations même si certains personnages sont quelque peu caricaturaux. Naomie Harris livre un personnage sympathique, motivé par la justice. L’ensemble est très prenant et permet d’obtenir un agréable moment de divertissement. À voir !

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 417 322 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :