Horreur, Mystère

UMMA (2022) ★★✭☆☆


Umma (2022)

 

 

Amanda et sa sœur vivent paisiblement dans une ferme des États-Unis, loin de leur mère restée en Corée. Mais quand la dépouille de celle-ci revient auprès d’elles, Amanda est hantée par la peur de devenir comme sa propre mère.

 

 

« Umma » est un film d’horreur américain datant de 2022, réalisé par Iris K. Shim qui signe ici son premier long-métrage. Les acteurs principaux sont Sandra Oh, qu’on a pu voir dans « Meditation Park » (2017), Fivel Stewart, qu’on a pu voir dans « The Haunting of Sharon Tate » (2019), Odeya Rush, qu’on a pu voir dans « Spinning Man » (2018), et Dermot Mulroney, qu’on a pu voir dans « The Courier » (2019). Ce métrage est paru le 18 mars 2022 aux Etats-Unis, distribué par Sony Pictures Releasing.

L’histoire proposée par « Umma » nous invite à suivre Amanda (Sandra Oh), une immigrée coréenne, et sa fille Chrissy « Chris » (Fivel Stewart), qui est scolarisée à la maison. Toutes les deux demeurent dans une ferme rurale, élèvent des abeilles, vendent du miel, élèvent des poulets et vivent sans technologie moderne, car Amanda a une « réaction allergique » à l’électronique et à l’électricité. Cette dernière est bouleversée d’apprendre que Chrissy veut quitter la maison pour poursuivre ses études à l’université. Quand Amanda reçoit les cendres de sa mère, qu’elle appelait Umma (MeeWha Alana Lee), récemment décédée, accompagnés d’une valise contenant quelques affaires, elle est confrontée aux souvenirs de son enfance. Ayant subi des violences familiales lorsqu’elle était enfant, Amanda n’est guère enthousiaste à l’idée de conserver les affaires de sa mère et les range à la cave. Dès le lendemain, l’esprit d’Umma se manifeste dans la paisible maison…

Le scénario concocté par Iris K. Shim, qui endosse la double casquette de scénariste et de réalisateur, est plutôt classique et l’on retrouve des éléments qu’on a déjà vu par ailleurs. La petite originalité, c’est que l’on mixe certains concepts du film d’horreur. D’une part, les classiques apparitions d’un « fantôme » en arrière-plan, des portes qui bougent toutes seules, des voix, des bruits à l’étage supérieur. D’autre part, on joue à laisser croire que ce que nous voyons est réel alors que c’est de l’ordre du rêve, ou plutôt du cauchemar. Ceci étant dit, l’aspect le plus intéressant, c’est l’approche psychologique, et le fameux dilemme, on reproduit, consciemment ou pas, le schéma par lequel on est soi-même passé, ou on s’en éloigne. Dans le cas présent, Amanda ne veut pas reproduire les violences qu’elle a subi enfant, mais prend conscience qu’elle est en train de le faire quand même. En outre, on peut, lorsque l’on arrive au générique de fin, se poser la question suivante, est-ce que tout ce qui est présenté n’est pas une forme métaphorique ? Les manifestations, ne seraient-elles pas uniquement le fruit de l’esprit d’Amanda, qui pour vivre pleinement le présent, doit en finir avec son passé ?

« Umma » présente peu de personnages et c’est principalement celui incarné par Sandra Oh qui va attirer toute notre attention. Rappelons, si besoin est, que cette actrice américano-canadienne, d’origine sud-coréenne, s’est fait un nom en incarnant Cristina Yang, de 2005 à 2014, dans la série télévisée Grey’s Anatomy. À travers une série de flashbacks assez courts, on découvre le type de sévices qu’Amanda a subi durant son enfance. Cette présentation est d’ailleurs beaucoup plus suggestive que démonstrative, et ce sont essentiellement les cris d’enfants qui accompagnent ces flashbacks qui permettent de mesurer la profondeur des abus. Amanda est hantée par le souvenir de sa mère et sa phobie de l’électricité trouve ses origines dans les violences qu’elle a endurées. En faisant le deuil de sa mère, elle pourra faire le deuil de son passé. Chris, la fille d’Amanda, interprétée par Fivel Stewart, qui a également des origines asiatiques. Le personnage ne semble pas connaître son père dont il n’est jamais fait référence dans le récit. Elle n’a pas de connexion avec le monde extérieur, pas de smartphone, pas d’ordinateur, pas de télévisions. Elle ne connaît rien du passé de sa mère et de ses origines.

Les valeurs de production autour de « Umma » sont correctes. La photographie délivrée par Matt Flannery est simple et s’articule essentiellement sur la maison dans laquelle Amanda et Chris vivent, ainsi que son environnement proche. Cette demeure est située dans un immense vergé sans que l’on ne sache de quoi il s’agisse. Les experts en agriculture et/ou en botanique pourront peut-être en dire plus, ce qui n’est pas mon cas. Les apparitions se font majoritairement de nuit ou dans l’obscurité de certaines pièces, comme la cave, le grenier et d’autres pièces mal éclairées. Cela étant dit, les jumpscares sont plutôt faibles. La bande musicale orchestrée par Roque Baños vient parfaitement accompagner les moments de tensions et ainsi agrémenter l’atmosphère. Enfin, le montage effectué par Louis Cioffi débouche sur un film d’une durée de 83 minutes, un format assez court, mais bien équilibré, avec une classique montée en puissance.

En conclusion, « Umma » est un film d’horreur passable disposant d’une histoire familière, d’une intrigue légère et d’un développement classique. Le rythme est modéré, le récit est fluide et la narration fait appel à quelques flashbacks. La photographie est simple, la bande originale est sobre et le montage est cohérent. La distribution offre de bonnes prestations, cependant dominée par la performance de Sandra Oh qui fait passer énormément d’émotions par ses expressions de visage. L’ensemble se laisse regarder, mais ne pourra pas faire, de notre part, l’objet d’une recommandation.

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 386 774 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :