Action, Amazon Prime Video, Crime - Policier

FORCE OF NATURE (2020) ★★★☆☆


Force of Nature (2020)

 

 

Une bande de voleurs planifie un braquage pendant un ouragan et rencontre des problèmes lorsqu’un flic tente de forcer tout le monde à évacuer le bâtiment.

 

 

« Force of Nature » est un film d’action américain datant de 2020, réalisé par Michael Polish, à qui l’on doit également « Against the Clock » (2019). Les acteurs principaux sont Emile Hirsch, qu’on a pu voir dans « Killer Joe » (2011), Kate Bosworth, qu’on a pu voir dans « Heist » (2015), Mel Gibson, qu’on a pu voir dans « Boss Level » (2020), David Zayas, qu’on a pu voir dans « Skyline » (2010), et Stephanie Cayo, qu’on a pu voir dans « Yucatán » (2018). Ce métrage est paru le 30 juin 2020, distribué par Lionsgate.

L’histoire proposée par « Force of Nature » nous invite à suivre Cardillo (Emile Hirsch), un ancien policier new-yorkais, qui travaille désormais au sein des forces de l’ordre de Porto Rico. En compagnie de Jess Peña (Stephanie Cayo) sa collègue, il est chargé de faire respecter l’ordre d’évacuation générale, en raison de l’approche d’un cyclone. Alors que les deux membres des forces de l’ordre vérifie un immeuble d’habitation et tentent de convaincre les derniers habitants, un groupe, dirigé par John the Baptist (David Zayas), débarque dans le bâtiment et tue le gardien. Alors que la pluie s’intensifie, annonçant l’arrivée imminente de l’ouragan, un jeu du chat et de la souris s’installe entre les policiers et les truands. Les deux agents des forces de l’ordre vont tenter, avec l’aide des résidants, Ray Barrett (Mel Gibson), un ancien policier, Troy Barrett (Kate Bosworth), médecin, Bergkamp (Jorge Luis Ramos), dont tout le monde pense qu’il est un ancien nazi, et Griffin (Will Catlett), un homme qui semble cacher un fauve dans son appartement, de survivre aux tirs des gangsters ainsi qu’au cyclone…

Le scénario concocté par Cory Miller positionne « Force of Nature » dans plusieurs genres, tout en restant d’une structure très classique. On retrouve essentiellement des éléments du film d’action, avec une confrontation directe entre méchants et gentils. Les méchants sont une bande de braqueurs aux méthodes expéditives, et les gentils sont des policiers dans l’exercice de leurs fonctions. L’action se focalise sur des échanges de coup de feu et quelques combats à mains nues. On peut également considérer ce métrage comme un film policier, bien qu’il n’y ait pas d’enquête, ni d’investigation. Les policiers ne savent pas à qui ils ont à faire, en dehors du fait que les malfaiteurs cherchent des tableaux précieux.

On effleure légèrement un autre genre, le drame, lorsqu’une fille perd son père, bien que la situation dans laquelle se retrouvent les principaux protagonistes ne permette pas de s’y attarder. Malheureusement, il y a de nombreux « trous » dans le script, notamment en ce qui concerne la présence du fauve dans l’appartement de l’un des résidants. Son propriétaire semble avoir des difficultés à gérer l’animal, qui n’hésite pas à l’agresser violemment. L’animal semble vivre dans le noir. Comment fait-il pour gérer les besoins naturels de cette bête sauvage qui semble évoluer dans une pièce sans équipement spécifique ? Les fauves dégagent une odeur très marquée, comment les voisins pouvaient-ils ignorer la présence de l’animal ?

Les personnages sont peu travaillés et peu de temps est accordé à leur développement. On comprend que Griffin (Will Catlett) nourrit une forme de profonde rancœur contre les membres des forces de l’ordre. C’est pour cette raison qu’il a acheté un animal sauvage et débuté un dressage visant à attaquer les individus en uniforme de policier. C’est un élément discutable, car certains agents de sécurité, ou même personnel de secours, peuvent arborer des vêtements ressemblants à ceux de la police. On comprend que Bergkamp (Jorge Luis Ramos) est le fils d’un ancien officier nazi et qu’il a hérité d’un ensemble de tableaux qui ont été volés durant la Seconde Guerre mondiale. On comprend que Cardillo (Emile Hirsch) est perturbé par son passé, ayant tué accidentellement sa collègue de travail. Événement qui est présenté sous forme de flashbacks.

Les valeurs de production sont moyennes autour de ce film. Doté d’un budget de 23 millions de dollars, il y a fort à parier qu’une bonne partie fut engloutie pour payer les membres du casting. La photographie délivrée par Jayson Crothers est très simple, se limitant à quelques appartements d’un bâtiment d’habitation ainsi qu’aux couloirs et escaliers desservant ceux-ci. Les effets spéciaux sont rudimentaires. Les impacts de balle et les blessures sont basiques et on insiste peu dessus. L’attaque du fauve est plus symbolique que réellement visuel. La présence de l’ouragan tout au long du récit est principalement symbolisé par une pluie intense et incessante. La bande musicale proposée par Kubilay Uner est très discrète et le montage effectué par Paul Buhl et Raúl Marchand Sánchez débouche sur un film d’une durée de 91 minutes.

En conclusion, « Force of Nature » est un bon petit film d’action sans prétention, disposant d’une histoire simple, d’une intrigue basique et d’un développement sommaire. Le rythme est assez vif, le récit est fluide et la narration est linéaire avec une présence de quelques incohérences qui ne nuisent cependant pas à la cohésion de l’ensemble. La photographie est modeste, la bande originale est sobre et le montage met l’accent sur la confrontation entre les bons gars et les mauvais gars. La distribution offre des prestations correctes sans pour autant être transcendantes. L’ensemble se laisse agréablement regarder, mais rien ne viendra marquer profondément le spectateur.

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 417 105 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :