Drame, Espionnage, Historique, Thriller

OFFICIAL SECRETS (2019) ★★★✮☆


Official Secrets (2019)

 

 

L’histoire vraie d’un lanceur d’alertes britannique qui a divulgué à la presse des informations sur une opération d’espionnage illégale de la NSA destinée à pousser certains membres du Conseil de sécurité de l’ONU à approuver l’invasion de l’Irak en 2003.

 

 

« Official Secrets » est un thriller historique britannique datant de 2019, réalisé par Gavin Hood, à qui l’on doit également « Eye in the Sky » (2015). Les acteurs principaux sont Keira Knightley, qu’on a pu voir dans « Collateral Beauty » (2016), Matt Smith, qu’on a pu voir dans « Patient Zero » (2018), Matthew Goode, qu’on a pu voir dans « Self/Less » (2015), Adam Bakri, qu’on a pu voir dans « Ali and Nino » (2016), Indira Varma, qu’on a pu voir dans « Close » (2019), et Ralph Fiennes, qu’on a pu voir dans « The Grand Budapest Hotel » (2014). La première du film s’est déroulée au Festival du Film de Sundance le 28 janvier 2019 et est sorti aux Etats-Unis le 18 octobre 2019.

L’histoire proposée par « Official Secrets » est basé sur l’histoire réelle de Katharine Gun, une traductrice travaillant pour les services britanniques à l’unité de surveillance du GCHQ située à Cheltenham. En 2003, elle est étonnée de recevoir un e-mail de sa hiérarchie indiquant clairement qu’elle doit découvrir des détails personnels sensibles dans la vie de représentants de l’ONU issus de petits pays afin qu’ils puissent être soumis à des pressions, à du chantage dans l’optique d’influencer le vote en faveur d’une intervention militaire en Irak. Katharine Gun (Keira Knightley) va alors transmettre le message à une amie anti-guerre, et celui-ci va finalement former la base d’un scoop sensationnel en première page du journal britannique, l’Observer. Bien que le scandale qui en a découlé n’ait pas arrêté la guerre, il a cependant joué un rôle important dans la transformation de l’approche de la presse et de l’opinion publique. Toutefois, la jeune traductrice/espionne a été poursuivie en vertu de la loi sur les secrets d’états.

Le scénario concocté par Gregory Bernstein, Sara Bernstein et Gavin Hood, ce dernier endossant également la casquette de réalisateur, nous emmène dans les arcanes des services secrets, mais également d’une rédaction d’un grand journal anglais. Les cinéastes nous présentent Katharine Gun comme une idéaliste ayant une éthique de travail et un professionnalisme qui ont fait d’elle un excellent agent du renseignement. Toutefois, ce sont précisément ces aspects qui l’ont rendue rebelle. Mais ce qui est probablement le plus important, c’est qu’elle est jeune et finalement elle n’a pas réellement un plan de carrière et n’a pas vraiment noué de liens de loyauté avec ses supérieurs. Voyant que certains de ses collègues se retrouvent sous pression en raison de sa trahison, elle décide de se dénoncer. C’est le début des problèmes pour elle, et il faudra toute la détermination et le savoir-faire d’un groupe d’avocats des droits de l’homme pour empêcher son emprisonnement.

La structure narrative du film est différente de ce qui se fait habituellement sans pour autant être pleinement original. En effet, le métrage commence quasiment par la fin, lorsque Katharine Gun (Keira Knightley) fait son entrée au tribunal dans le cadre de son procès. De là, on peut considérer le reste du métrage comme un flashback qui nous explique comment on en est arrivé à ce stade. On va toutefois comprendre que toute l’affaire a été montée en épingle par les médias. On fait toute une montagne de cette affaire de trahison, mais comme cela arrive parfois la montagne accouche d’une souris, car la défense de Katharine demande le témoignage de certaines personnes hautement placées dans l’administration, ce qui aurait pu faire tomber le gouvernement de l’époque, le gouvernement de Tony Blair. N’oublions pas que le jeu d’influence organisé par les Etats-Unis et son allié de toujours, la Grande-Bretagne, aura parmi un vote favorable en faveur d’une guerre en Irak. La guerre enclenche systématiquement de la destruction, des blessés, des morts, et trop régulièrement, toutes sortes d’exactions, comme nous le rappellent les messages pré-générique à la fin du film. La situation actuelle en Ukraine nous le rappelle également.

L’activité au sein de la rédaction de L’Observer est représentée avec dynamisme à travers des réunions passionnées, pour ne pas dire enflammées. Rhys Ifans incarne le célèbre journaliste Ed Vulliamy, une personne passionnément critique envers son gouvernement. Matt Smith interprète Martin Bright, celui qui a écrit l’article à l’origine du scandale. Hanako Footman incarne la jeune journaliste Nicole Mowbray. Un petit rôle, mais un personnage qui a fait une erreur chaotique et innocente dans la transcription de l’e-mail, en remplaçant l’orthographe américaine de certains mots par l’orthographe britannique, faisant que l’histoire a été initialement rejetée par des anti complotistes en ligne aux Etats-Unis. Conleth Hill interprète Roger Alton, le rédacteur en chef de l’Observer qui, malgré sa ligne pro-gouvernementale, décide de soutenir ses journalistes. C’est son désir de « vendre » une bonne histoire qui le pousse à publier. Mais finalement, le rôle de ces journalistes est plutôt confortable en comparaison aux difficultés rencontrées par Katharine Gun. Elle est embarquée dans une inquisition infernale, d’abord interrogéee au GCHQ, puis au commissariat, subit des pressions de représentants informels du gouvernement, pour ne rien révéler à ses avocats. Elle découvre que son mari turc, Yasar Gun (Adam Bakri), bénéficiant de l’asile politique, est mystérieusement arrêté et en passe d’être immédiatement expulsé vers son pays d’origine. Il faudra l’intervention in extremis d’un député pour empêcher cette éviction injustifiée.

Les valeurs de productions sont plus qu’acceptables pour ce métrage. La photographie délivrée par Florian Hoffmeister permet de nous immerger dans les arcanes des services secrets, et plus particulièrement dans les offices d’écoutes, de traductions et transcriptions. Les images nous permettent de découvrir le fonctionnement d’une rédaction de journalistes, toujours soutenu par un spécialiste juridique afin de se couvrir. On notera que ce directeur des prises de vue est assez hétéroclite dans ses choix, ayant également travaillé pour David Kerr sur « Johnny English Strikes Again » (2018), une comédie avec l’inimitable Rowan Atkinson, ainsi que pour Scott Cooper sur « Antlers » (2021), un film d’horreur produit par Guillermo del Toro. La bande musicale orchestrée par Paul Hepker et Mark Kilian est plutôt classique pour ce type de métrage. Enfin, le montage proposé par Megan Gill débouche sur un film d’une durée de 112 minutes.

En conclusion, « Official Secrets » est un bon thriller de lanceur d’alerte, disposant d’une histoire méconnue, d’une intrigue captivante et d’un développement bien équilibré. Le rythme est modéré, le récit est fluide et la narration est presque linéaire. Le scénario co-écrit par Gavin Hood fait appel à de nombreux personnages, mais sa mise en scène permet de maintenir une certaine limpidité. La photographie laisse la place à de nombreuses atmosphères, la bande musicale est standard et le montage offre un dynamisme passif. La distribution offre de très bonnes prestations, toutefois dominées par la performance de Keira Knightley qui livre un personnage pur teinté de naïveté. L’ensemble est un regard différent sur certains aspects de l’aventure militaire américaine en Irak.

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 433 720 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :