Action, Comédie, Crime - Policier, Netflix, Thriller

SPENSER CONFIDENTIAL (2020) ★★★☆☆


Spenser Confidential (2020)

 

 

Lorsque deux officiers de police de Boston sont assassinés, l’ancien policier Spenser fait équipe avec son  aprèscolocataire Hawk, pour faire tomber les criminels.

 

 

« Spenser Confidential » est un thriller d’action américain datant de 2020, réalisé par Peter Berg, à qui l’on doit également « Mile 22 » (2018). Les acteurs principaux sont Mark Wahlberg, qu’on a pu voir dans « Uncharted » (2022), Winston Duke, qu’on a pu voir dans « Black Panther » (2018), Alan Arkin, qu’on a pu voir dans « Argo » (2012), Iliza Shlesinger, qu’on a pu voir dans « Supercool » (2021), Bokeem Woodbine, qu’on a pu voir dans « Overlord » (2018), Donald Cerrone, qu’on a pu voir dans « The Equalizer 2 » (2018), Marc Maron, qu’on a pu voir dans « Worth » (2020), et Post Malone, qu’on a pu voir dans « Wrath of Man » (2021). Ce film est paru sur Netflix le 6 mars 2020.

L’histoire proposée par « Spenser Confidential » nous invite à suivre Spenser (Mark Wahlberg) un officier de la police de Boston qui se retrouve en prison après avoir plaidé coupable de coups et blessures sur son capitaine, John Boylan (Michael Gaston), qu’il soupçonnait d’être impliqué dans le meurtre de Gloria Weisnewsli, une amie de la famille, qui militait contre les petits arrangements entre les responsables de la municipalité et des prometteurs pour acheter un terrain et ainsi de spolier certains habitants. À sa libération, Spenser s’installe chez son ami Henry Cimoli (Alan Arkin) et doit partager sa chambre avec Hawk (Winston Duke). Lorsque le capitaine Boylan est assassiné, le détective Driscoll (Bokeem Woodbine), ancien partenaire de Spenser, vient vérifier si ce dernier a un alibi. Spenser commence sérieusement à s’interroger lorsque le détective Terrence Graham (Brandon Scales) est retrouvé mort dans son véhicule, probablement suicidé et est identifié comme l’assassin de Boylan. Spenser décide de mener sa propre enquête et découvre rapidement qu’il y a des liens étroits entre certains policiers et des membres de la mafia. Lorsque les choses commencent à sentir le roussi, Spencer va avoir besoin de l’aide de Hawk et de Henry pour démêler cette histoire de corruption…

Le scénario concocté par Sean O’Keefe et Brian Helgeland, ce dernier a par ailleurs signé le script de nombreux métrages, tel que « Payback » (1999) ou « The Taking of Pelham 123 » (2009), inscrit essentiellement « Spenser Confidential » dans le registre du thriller policier. Le récit s’articule essentiellement autour des investigations menées par le personnage incarné par Mark Wahlberg. Les quelques scènes d’action ne permettent pas réellement de considérer ce film comme un film d’action. Plusieurs scènes allant dans ce sens se présentent finalement comme des séquences de remplissage. Il est de même pour tout ce qui touche au personnage interprété par Iliza Shlesinger, qui campe l’ancienne petite amie de Spenser. D’ailleurs la scène de fast-sex dans les toilettes d’un restaurant est purement inutile et n’apporte rien à l’histoire. Bien que présenté comme une comédie, il faut avouer que « Spenser Confidential » est bien loin du compte. Certes, il y a de nombreuses pointes d’humour, ce qui empêche le métrage d’apparaître trop sombre, mais on sourit plus qu’on ne se marre réellement.

Spenser (Mark Wahlberg) est donc un ancien flic qui après avoir une peine de cinq années de prison, rêve de devenir chauffeur poids lourd et de quitter la région de Boston. L’assassinat de son ancien capitaine et le fait que l’on fasse porter la responsabilité de ce meurtre sur un policier qu’il connaissait comme parfaitement intègre, lui met la puce à l’oreille. Il décide donc d’enquêter. Il est têtu et manque parfois de subtilité, de finesse. Passionné de boxe, il a cependant du mal à se défaire de ses adversaires qui l’agressent généralement à plusieurs. Hawk (Winston Duke) est nettement plus zen. Il aime écouter de la musique avec son casque, ce qui joue d’ailleurs des tours à Spenser. Toutefois, c’est une force de la nature. Ses techniques de combat laissent à désirer, mais sa puissance fait la différence. Driscoll (Bokeem Woodbine) est le principal antagoniste de l’histoire. Sa véritable personnalité se dessine progressivement et on le retrouvera tout au long du parcours de Spenser pour établir la vérité et ainsi blanchir le nom de Terrence Graham.

Les valeurs de productions sont tout à fait correctes, et le tournage a commencé fin 2018 à Boston. La résidence du personnage incarné par Alan Arkin a été filmée dans le quartier Jones Hill de Boston, dans la rue où l’acteur Mark Wahlberg a vécu pendant son adolescence. Les scènes funéraires ont été filmées au cimetière central de Randolph, au Massachusetts. La photographie délivrée par Tobias A. Schliessler est plutôt classique. Les scènes d’action sont basiques et les cascades sont cohérentes sans être transcendantes. Ce directeur des prises de vues a travaillé sur la quasi-intégralité des films de Peter Berg tels que « Hancock » (2008), « Battleship » (2012), « Lone Survivor » (2013), ou encore « Patriots Day » (2016). La bande musicale orchestrée par Steve Jablonsky est plutôt sympathique. On retrouve des standards du rythm and blue, comme Ben E. King. Ce compositeur travaille régulièrement avec Peter Berg, mais également avec Michael Bay. Enfin, le montage présenté par Mike Sale débouche sur un film d’une durée de 11 minutes.

En conclusion, « Spenser Confidential » est un thriller policier conventionnel disposant d’une histoire familière, d’une intrigue usuelle et d’un développement basique. Le rythme est modéré, le récit est fluide et la narration fait appel à plusieurs flashbacks. La photographie est agréable, la bande originale est sympathique offrant du rythme aux bons moments et de la tension lorsque l’atmosphère l’exige. Le montage est homogène. La distribution offre de bonnes prestations, Mark Wahlberg offre un personnage ayant une attitude nonchalante alors que Winston Duke incarne un homme zen, mais qui pète les plombs lorsqu’il a atteint le point culminant de sa tolérance. L’ensemble est divertissant mais aucunement mémorable, toutefois une suite semblerait être dans les tuyaux…

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 397 556 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :