Fantastique, Horreur, Mystère, Thriller

ANTLERS (2021) ★★★☆☆


Antlers (2021)

 

 

Dans une ville isolée de l’Oregon, une enseignante s’interroge sur l’attitude mystérieuse d’un de ses élèves, mais ce qu’elle va découvrir est bien plus terrifiant que ce qu’elle imaginait…

 

 

« Antlers » est un thriller l’horreur américain datant de 2021, réalisé par Scott Cooper, à qui l’on doit également « Black Mass » (2015). Les acteurs principaux sont Keri Russell, qu’on a pu voir dans « Free State of Jones » (2016), Jesse Plemons, qu’on a pu voir dans « Game Night » (2018), Graham Greene, qu’on a pu voir dans « Wind River » (2017), Scott Haze, qu’on a pu voir dans « The Vault » (2017), Rory Cochrane, qu’on a pu voir dans « The Outsider » (2018), et Amy Madigan, qu’on a pu voir dans « The Hunt » (2020). La première de ce film a eu lieu le 11 octobre 2021 lors du Beyond Fest et est sorti en salles aux Etats-Unis le 29 octobre 2021, après avoir été reporté deux fois par rapport à la date initiale, et cela, en raison de la pandémie de COVID-19.

L’histoire proposée par « Antlers » nous emmène dans la petite ville de Cispus Falls, dans le centre de l’Oregon, où nous allons suivre Julia Meadows (Keri Russell), une institutrice. L’enseignante est alarmée par le comportement étrange d’un de ses élèves ainsi que par ses dessins effrayants. Elle soupçonne rapidement que le jeune Lucas (Jeremy T. Thomas) est victime de maltraitance et décide ardemment de lui venir en aide, fortement motivée par sa propre expérience, abusée durant l’enfance par son père alcoolique et malade mental. Julia se rend au domicile de Lucas, trouve une maison délabrée et entend des bruits étranges. Dans le même temps, des corps fortement mutilés sont trouvés par les forces de l’ordre et tous les indices pointent vers la maison où vit Lucas

Le scénario concocté par C. Henry Chaisson, Nick Antosca et Scott Cooper, ce dernier endossant également la casquette de réalisateur, est terriblement usuel. Des personnes ayant été attaquées par un monstre qui « saute » d’une personne à l’autre, prenant physiquement possession de l’enveloppe charnelle de la victime pour s’y développer. Un concept que l’on retrouve dans les films d’horreur avec des esprits maléfiques qui passent de corps en corps, prenant le contrôle de leur hôte. Dans le cas présent, le monstre est identifié comme un wendigo, une créature algonquine légendaire que l’on retrouve dans la culture de certaines tribus amérindiennes. Et c’est bien cet unique point qui marque l’originalité du film. Une vilaine bébête qui ressemble au xénomorphe que l’on retrouve dans « Alien » (1979) et ses suites, mais avec une tête faisant penser à un cerf avec des bois imposants. Il y a une sous-intrigue concernant l’enfance de Julia Meadows, l’institutrice, qui plombe sa relation avec son frère Paul Meadows (Jesse Plemons), qui s’avère être le shérif de Cispus Falls.

De l’ensemble de la distribution, c’est la prestation délivrée par le jeune Jeremy T. Thomas qui sort du lot. Laurence et moi, sommes toujours impressionnés par la capacité des jeunes acteurs pour jouer la « comédie » avec autant de sincérité et de réalisme. Jeremy T. Thomas incarne donc l’ainé des frères Weaver, âgé d’une douzaine d’années. Il fait peur à voir, fortement amaigri et sale, il parle peu, et se retrouve à être le souffre-douleur d’autres enfants de l’établissement scolaire. Il passe son temps libre à errer dans la ville, à ramasser des bestioles victimes de la circulation et à capturer des animaux dans la forêt, avant de les ramener à la maison, pour nourrir son jeune frère et son père. L’institutrice viendra à son secours, allant jusqu’à l’héberger chez elle, mais ce dernier veut impérativement retrouver son frère au risque de s’exposer à son père, transformé depuis en wendigo.

Les valeurs de production sont correctes sans être flamboyantes. La photographie proposée par Florian Hoffmeister permet aux spectateurs de parfaitement s’immerger dans le monde rural de l »Oregon. Bien évidemment, le monstre est essentiellement présenté dans l’obscurité et/ou de nuit. Les effets spéciaux sont maîtrisés avec des blessures principalement causées par les attaques avec les bois du monstre. Des cadavres fortement mutilés sont également présentés, âmes sensibles s’abstenir. La bande musicale délivrée par Javier Navarrete est classique, avec des sonorités qui font penser à celles de la franchise Paranormal Activity. Ce compositeur de longue date n’est pas un novice sur les films d’horreur, ayant déjà confectionné les bandes originales de métrages tels que « Mirrors » (2008) d’Alexandre Aja ou « The Hole » (2009) de Joe Dante. Enfin, le montage effectué par Dylan Tichenor débouche sur un film d’une durée de 99 minutes.

En conclusion, « Antlers » est un bon film d’horreur disposant d’une histoire familière, d’une intrigue classique et d’un développement avec une pointe d’originalité. Le rythme est modéré, le récit est fluide et la narration fait appel à quelques flashbacks. La photographie nous immerge dans un monde rustique, la bande originale est agréable tout en étant usuelle et le montage est propre. La distribution offre de bonnes prestations toutefois dominées par la performance physique et technique du jeune Jeremy T. Thomas. L’ensemble apparaîtra comme conventionnel pour les fans du genre, mais remplit son rôle de divertissement, avec quelques jumpscares simples et diverses scènes légèrement gores.

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 397 559 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :