Netflix, Western

THE HARDER THEY FALL (2021) ★★★✮☆


The Harder They Fall (2021)

 

 

Décidé à se venger, le hors-la-loi Nat Love enfourche son cheval avec sa bande pour régler son compte à son ennemi Rufus Buck, un cruel chef de gang échappé de prison.

 

 

« The Harder They Fall » est un western américain datant de 2021, dirigé par Jeymes Samuel, qui signe là son premier long-métrage. Les acteurs principaux sont Jonathan Majors, qu’on a pu voir dans « Captive State » (2019), Idris Elba, qu’on a pu voir dans « The Mountain Between Us » (2017), Zazie Beetz, qu’on a pu voir dans « Deadpool 2 » (2018), Regina King, qu’on a pu voir dans « Enemy of the State » (1998), Delroy Lindo, qu’on a pu voir dans « The Core » (2003), Lakeith Stanfield, qu’on a pu voir dans « The Girl in the Spider’s Web » (2018), RJ Cyler, qu’on a pu voir dans « White Boy Rick » (2018), Danielle Deadwyler, qu’on a pu voir dans « The Leisure Seeker » (2017), Edi Gathegi, qu’on a pu voir dans « Criminal Activities » (2015), et Deon Cole, qu’on a pu voir dans « Welcome Matt » (2021). Ce métrage a été présenté en avant-première lors du BFI London Film Festival, le 6 octobre 2021. Il a bénéficié d’une sortie limitée en salles, avant d’être diffusé sur Netflix à partir du 3 novembre 2021.

L’histoire proposée par « The Harder They Fall » nous invite à suivre Nat Love (Jonathan Majors), un gangster à la tête d’un groupe de malfrats, bien décidé à se venger de Rufus Buck (Idris Elba), qui a tué ses parents vingt ans plus tôt. Pour se faire, ils décident de voler les voleurs afin d’affaiblir Rufus et de bloquer son projet d’acheter les terres autour de la petite ville de Redwood City. Toutefois, le Marshall Bass Reeves (Delroy Lindo) arrête Nat Love dans un saloon, puis lui révèle que Rufus a été libéré et lui offre la possibilité de se venger en s’associant avec lui. Les deux hommes sont alors rejoints par le reste du gang de Nat, et décide d’un plan visant à faire tomber Rufus. Les choses sont néanmoins plus compliquées que prévu, car Redwood est devenu un repaire de gangsters, bien décidés à soutenir Rufus

Le scénario concocté par Jeymes Samuel et Boaz Yakin s’articule autour d’une histoire de vengeance, on aurait pu présenter cette histoire dans un environnement contemporain, mais les cinéastes ont décidé de placer le récit au temps du Far West, délivrant ainsi un western qui propose de récupérer le côté afro-américain, souvent effacé dans ce genre. Le réalisateur, Jeymes Samuel, livre donc un premier long-métrage virulent, pour ne pas dire violent, mettant en vedette deux clans de gangsters, dont certains arborent un look très singulier. Bien que le métrage soit ponctué de nombreuses scènes d’action, je me suis, à plusieurs reprises, interrogé sur la plausibilité des dialogues. En effet, ceux-ci ont presque toujours une coloration moderne. Est-ce qu’un cow-boy du XIXe siècle aurait, pour exemple, utiliser le mot « atome » dans une discussion, tout aussi philosophique soit-elle ? Toutefois, la mise en scène orchestrée par Jeymes Samuel est brillante, mais certaines scènes, certains plans, ne sont pas sans rappeler certains films de Sergio Leone et/ou de Quentin Tarantino. Mais après tout, il n’y a rien de honteux à être comparé à ces deux prestigieux réalisateurs.

« The Harder They Fall » offre une belle galerie de personnages. Ils sont donc répartis dans deux gangs presque entièrement habitués à la violence et tout ce qui en découle. L’un de ces gangs est dirigé par Nat Love (Jonathan Majors), qui porte une croix, taillée au milieu du front par le méchant qui a tué ses parents sous ses yeux lorsqu’il n’était qu’un enfant, et dont il veut désormais se venger. Les personnes sous ses ordres sont, le tireur d’élite Bill Pickett (Edi Gathegi), Cuffe (Danielle Deadyler), et Jim Beckworth (RJ Cyler). Cela inclut également le Marshall Bass Reeves, incarné par Delroy Lindo, dont l’entente tacite avec le gang de Nat Love vient exprimer qu’ils sont, en quelque sorte, les gentils de l’histoire. Mais le membre le plus exemplaire de cette bande pourrait bien être Stagecoach Mary, interprétée par Zazie Beetz, qui fera l’objet d’un chantage, mais qui est également concerné par la sous-intrigue amoureuse avec Nat Love. De l’autre côté, on trouve le gang de Rufus Buck. Celui-ci est joué par un Idris Elba impassible, mais peu présent à l’écran. À ses côtés Trudy Smith (Regina King), redoutablement coriace, et Cherokee Bill (Lakeith Stanfield), inextricablement cool, mais aux agissements déloyaux, limite perfides.

Doté d’un budget de 90 millions de dollars, les valeurs de production sont excellentes pour ce film. La photographie présentée par Mihai Mălaimare Jr. est splendide avec des décors typiques permettant aux spectateurs de s’immerger pleinement dans le genre. Les costumes sont excellents avec une belle brochette de chapeaux de toutes les tailles et de toutes les formes. À noter que ce responsable roumain des prises de vues avait également œuvré sur des films comme « Sleepless » (2017) de Baran bo Odar, ou encore « Delirium » (2018) de Dennis Iliadis. Les scènes d’action sont rondement menées et les effets spéciaux qui les accompagnent sont parfaitement maîtrisés. Le tournage s’est déroulé dans différents endroits du Nouveau-Mexique aux Etats-Unis. On notera que le nom de la compagnie ferroviaire qui figure sur le flanc du train dans lequel le personnage incarné par Idris Elba est retenu prisonnier est C.A. Boseman, un hommage à Chadwick Aaron Boseman, malheureusement décédé en août 2020. La bande musicale est indéniablement le point fort du métrage. Orchestrée par Jeymes Samuel (co-scénariste, réalisateur et producteur du film) n’est autre que le frère cadet du chanteur et musicien Seal, qui ont tous deux joué sur l’album de la bande originale. L’une des boutiques s’appelle « Carter and Carter » , car le film est produit par Shawn Carter alias Jay-Z, lui même marié à Beyoncé Knowles-Carter, d’où le clin d’œil. Enfin, le montage soumis par Tom Eagles débouche sur un film d’une durée de 139 minutes.

En conclusion, « The Harder They Fall » est un bon western disposant d’une histoire classique de vengeance, d’une intrigue modeste et d’un développement qui n’est pas dénué de violence. Le rythme est mesuré et vient s’accélérer dans la dernière ligne droite du métrage, le récit est fluide et la narration est globalement linéaire. La photographie est plaisante, les décors et les costumes sont superbes, la bande originale est excellente, contemporaine et très orientée vers l’urban music. Le montage souffre de quelques passages un peu poussifs. La distribution offre de bonnes prestations et il est difficile de dire qu’un acteur sort réellement du lot, mais ma préférence est allée à Regina King. L’ensemble a déployé un rendement décroissant dans sa trame principale, mais parvient à offrir une grande énergie de par l’équilibre de ses scènes d’action. À voir !

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

3 réflexions sur “THE HARDER THEY FALL (2021) ★★★✮☆

  1. J’avoue que ce western métissé m’intrigue et me tente beaucoup. Les qualités semblent être au rendez-vous.

    Aimé par 1 personne

    Publié par princecranoir | 22/06/2022, 10 10 51 06516
  2. Un western que j’ai beaucoup aimé pour ma part !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 26/06/2022, 20 08 56 06566

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 416 896 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :