Horreur, Thriller

YOU SHOULD HAVE LEFT (2020) ★★✮☆☆


You Should Have Left (2020)

 

 

Un ancien banquier, sa femme actrice et leur fillette prennent des vacances dans une maison moderne au milieu de la campagne galloise où il ne faut pas se fier aux apparences.

 

 

« You Should Have Left » est un film d’horreur psychologique américain datant de 2020, écrit et réalisé par David Koepp, à qui l’on doit également « Premium Rush » (2012). Les acteurs principaux sont Kevin Bacon, qu’on a pu voir dans « Patriots Day » (2016), Amanda Seyfried, qu’on a pu voir dans « First Reformed » (2017), et Avery Tiiu Essex, qui fait ici ses premiers pas dans un long-métrage. Initialement destiné à être sorti en salles, le film est paru sur la plateforme Premium VOD le 18 juin 2020.

L’histoire proposée par « You Should Have Left » nous invite à suivre Theo Conroy (Kevin Bacon), un jeune retraité, ancien banquier, marié à une jeune femme, Susanna (Amanda Seyfried), une jeune actrice en devenir. Ensemble, ils ont une fille nommée Ella (Avery Essex). Ensemble, ils décident de partir quelques jours au Pays de Galles dans une maison de location. Mais rapidement, ils prennent conscience qu’il y a quelque chose d’étrange dans la maison. Le temps se déroule de manière anormale et tous les membres de la petite famille font de mauvais cauchemars. Une tension s’installe entre les parents, et des révélations viennent jeter le trouble dans le couple…

Le scénario concocté par David Koepp, qui endosse également la casquette de réalisateur, est basé sur le roman du même nom, écrit par Daniel Kehlmann et paru en 2017. La seule chose qui a survécu au travail d’adaptation du roman, c’est que l’histoire s’articule autour d’une étrange maison qui défie les lois de la physique, torturant un couple qui était déjà torturé. On se retrouve face à une histoire étrange et sombre qui n’est pas sans rappeler le célèbre « Shining » (1980) de Stanley Kubrick dans lequel Jack Nicholson s’en donnait à cœur joie. Une production singulière de la société Blumhouse Productions, qui nous avait habitué à des métrages nettement plus percutants. À l’arrivée, « You Should Have Left » s’avère être un film quelque peu banal pour ne pas dire bancal.

Le moins, que l’on puisse dire, c’est que les personnages sont peu nombreux dans cette histoire. Le protagoniste central de ce film est un banquier à la retraite et bien que le récit reste flou par endroits, l’intrigue est assez facile à digérer. Theo (Kevin Bacon) a besoin d’une pause. Il souffre de cauchemars intenses, d’une jalousie suffocante et d’une paranoïa que son sombre passé semble le tourmenter en permanence, impactant ses relations avec ses proches. Sa femme Susanna (Amanda Seyfried) leur trouve une maison isolée au Pays de Galles, pour une escapade loin de leur maison de Los Angeles, un endroit pour se retrouver autour de leur fille Ella, incarnée par l’impressionnante Avery Essex, nouvelle venue dans le 7e art. On finit par se perdre entre la réalité et les rêves, que dis-je, les cauchemars, et les acteurs ont beau se démener comme ils peuvent, il manque clairement une vraie dimension horrifique dans ce film.

Les valeurs de productions sont tout à fait acceptables pour ce métrage. La photographie délivrée par Angus Hudson nous emmène quasiment dans un hui clos, positionnant les différents protagonistes dans une maison résolument moderne, mais à la structure labyrinthique qui finit par être profondément déroutante. Les éléments présentés comme les plus effrayants de l’histoire, on retrouve l’absence d’angles droits, des pièces qui apparaissent comme ayant des tailles différentes selon qu’on les observe de l’intérieur ou de l’extérieur et des pièces qui ne devraient techniquement pas exister.

Les séquences horrifiques sont plutôt basiques, des portes qui s’ouvrent et se ferment toutes seules, des silhouettes qui passent en contre-champ, rien de fondamentalement innovant. On trouve néanmoins, un à deux jumpscares qui fonctionnent pleinement, mais cela s’arrête là. La bande musicale orchestrée par Geoff Zanelli est plutôt discrète, mais vient souligner les différentes tensions. On notera que ce compositeur, qui œuvre depuis le début des années 2000, a déjà signé la musique de différents films tels que « Hitman » (2007), « Traffik » (2018) ou encore « Black and Blue » (2019). Enfin, le montage proposé par Derek Ambrosi débouche sur un film d’une durée de 93 minutes.

En conclusion, « You Should Have Left » est un film d’horreur moyen disposant d’une histoire usuelle, d’une intrigue basique et d’un développement bâclé. Le rythme est modéré, le récit est fluide et la narration est quasiment linéaire sur toute la ligne. La photographie met l’accent sur la spécificité de la maison de vacances, la bande originale est sobre et le montage est rationnel. L’adaptation de David Koepp est pauvre et sa mise en scène n’est guère innovante. La distribution offre de bonnes prestations toutefois dominées par la performance flamboyante de la jeune Avery Essex. L’ensemble se laisse regarder, mais risque fortement d’être rapidement oublié.

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 434 260 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :