Horreur, Mystère, Thriller

THE NIGHT HOUSE (2021) ★★★✮☆


The Night House (2020)

 

 

Une jeune veuve découvre les secrets troublants de son mari récemment décédé.

 

 

« The Night House » ou « La Proie d’une Ombre » pour la distribution française (!!!), est un film d’horreur psychologique américano-britannique, datant de 2021, réalisé par David Bruckner, à qui l’on doit également « The Ritual » (2017). Les acteurs principaux sont Rebecca Hall, qu’on a pu voir dans « The Awakening » (2011), Sarah Goldberg, qu’on a pu voir dans « The Report » (2019), Vondie Curtis-Hall, qu’on a pu voir dans « Bad Lieutenant: Port of Call New Orleans » (2009), Evan Jonigkeit, qu’on a pu voir dans « The Empty Man » (2020), et Stacy Martin, qu’on a pu voir dans « All the Money in the World » (2017). La première du film a eu lieu le 24 janvier 2020 lors du Sundance Film Festival et est sorti en salles aux États-Unis le 20 août 2021 distribué par Searchlight Pictures.

L’histoire proposée par « The Night House » nous invite à suivre Beth (Rebecca Hall), une enseignante qui vient de perdre son mari, Owen (Evan Jonigkeit), qui s’est suicidé. Dévastée, elle passe ses soirées à boire et à fouiller dans les affaires de son époux. Bien qu’elle tente d’apparaître stable et en contrôle, son amie Claire (Sarah Goldberg), et son voisin Mel (Vondie Curtis-Hall), s’inquiètent pour elle. Beth trouve différents plans et croquis, dont une planche représentant leur maison, mais dans une structure inversée, en miroir de leur propre demeure. Dès lors, d’étranges événements surnaturels s’installent durant la nuit. En outre, une présence invisible se fait de plus en plus insistante…

Le scénario concocté par Ben Collins et Luke Piotrowski, à qui l’on doit également « Stephanie » (2010) d’Akiva Goldsman, installe « The Night House » dans le registre de l’horreur avec une histoire de fantôme. Les cinéastes positionnent leur personnage principal, Beth, dans un rôle qui s’avère être celui d’une enquêteuse et d’une victime. Bien souvent, lorsqu’une personne se suicide, certaines personnes de l’entourage proche, pensent qu’il y avait quelque chose de caché. Qu’est-ce qu’Owen cachait-il à sa femme ? Les secrets d’Owen changent de nature au cours du récit. Au départ, on s’oriente vers une histoire d’adultère, surtout après que Beth trouve une photo d’une autre femme (Stacy Martin) sur le téléphone portable de celui-ci. Dans un second temps, on bascule vers une affaire de malédiction et de meurtre. Toutefois, les révélations finales sont quelque peu difficiles à reconnecter à l’essentiel du métrage.

Les personnages sont peu nombreux et la plupart sont des rôles de soutien. Evan Jonigkeit incarne Owen, le défunt mari, qui n’apparaît que lors de flashbacks et qui, il me semble, n’a aucune ligne de dialogue. Durant la majorité du récit, on pense que l’esprit qui rôde dans la maison est celui d’Owen. Vondie Curtis-Hall interprète un voisin bienveillant, qui acceptera d’offrir quelques renseignements importants à Beth concernant son mari. Sarah Goldberg incarne la meilleure amie de Beth qui la soutient sincèrement dans ses moments difficiles. Enfin, la toujours excellente Rebecca Hall incarne donc Beth, une femme perdue face au suicide inattendu de son époux. L’actrice contrôle pleinement son personnage en dépeignant les différents aspects de sa personnalité en exposant sans difficulté sa vaste gamme d’actrice. Il y a fort à parier que le même film avec une actrice moins talentueuse serait apparu comme nettement plus banal.

Les valeurs de production sont d’un niveau tout à fait acceptable. La photographie signée Elisha Christian offre des visuels très sympathiques de la maison au bord du lac. Une maison moderne et très fonctionnelle. A contrario, le travail sur les effets spéciaux est nettement plus critiquable et sont très douteux par endroits. Bien que dérangeant, cela ne nous fait pas sortir de l’histoire et ce n’est absolument pas un obstacle aux séquences de suspense et de frayeurs. La bande musicale délivrée par Ben Lovett vient très bien accompagner l’ensemble des différentes ambiances du métrage. Enfin, le montage présenté par David Marks débouche sur un film d’une durée de 110 minutes.

En conclusion, « The Night House » est un très bon film d’horreur disposant d’une histoire familière, d’une intrigue captivante et d’un développement original. Le rythme est cohérent avec la thématique, le récit manque de fluidité dans la dernière partie et la narration fait appel à différents flashbacks. La photographie est agréable, mais les effets spéciaux sont discutables, la bande originale est classique et le montage permet de garder le spectateur focalisé. La distribution livre de bonnes prestations toutefois dominées par l’excellente performance de Rebecca Hall. Dans l’ensemble, ce film est divertissant, et en fonction de votre résilience à l’horreur, vous pourrez avoir quelques moments de tension et de frayeur parfois. À voir si ce film pourra venir se positionner dans le top 5 des films d’horreur préférés de l’année.

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 405 280 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :