Action, Guerre, Horreur, Netflix, Zombie

VALLEY OF THE DEAD (2020) ★★★☆☆


Valley of the Dead (2020)

 

 

Jan Lozano, Capitaine de la Cinquième Brigade est fait prisonnier par un peloton adverse en compagnie d’un jeune chauffeur alors qu’il effectuait une mission qui lui avait été confiée.

 

 

« Valley of the Dead » est un film espagnol de zombie datant de 2020, réalisé par Javier Ruiz Caldera et Alberto de Toro. Les acteurs principaux sont Miki Esparbé, qu’on a pu voir dans « Distances  » (2018), Aura Garrido, qu’on a pu voir dans « Solo » (2018), Luis Callejo, qu’on a pu voir dans « Below Zero » (2021), Álvaro Cervantes, qu’on a pu voir dans « Crazy About Her » (2021), Jesús Carroza, qu’on a pu voir dans « Marshland » (2014), et María Botto, qu’on a pu voir dans « Code Emperor » (2022). Ce métrage a été diffusé en avant-première lors du FICFC (Festival Internacional de Cinema Fantàstic de Catalunya) le 8 octobre 2020 et diffusé en salles espagnoles à partir du 11 mars 2022.

L’histoire proposée par « Valley of the Dead » nous ramène en Espagne durant la guerre civile qui secoue le pays en 1938. Dans cette période troublée, nous allons suivre Jan Lozano (Miki Esparbé), un officier sauvé de justesse du peloton d’exécution par son oncle, général de son statut. Il se voit confier une mission importante, apporter un message à un autre officier, qui se trouve de l’autre côté d’une vallée, tenue par les républicains. Accompagné par un jeune soldat, Decruz (Manel Llunell), sans expérience pour lui servir de chauffeur, ils se mettent en route et rencontrent rapidement des ennuis. Capturés par les républicains qui leur vouent une véritable haine, ils prennent conscience que les morts se réveillent pour attaquer les vivants. Les deux parties vont devoir s’associer afin de survivre tout en évitant les nazis qui pullulent dans le secteur…

Le scénario concocté par Jaime Marques Olarreaga, Alberto Fernández Arregui et Cristian Conti navigue entre plusieurs genres sans jamais se positionner clairement. En effet, « Valley of the Dead » combine comédie et horreur en se déplaçant sur la corde raide entre ces deux genres distincts. C’est casse-gueule, mais les cinéastes s’en sortent plutôt bien. À l’arrivée, le métrage n’a rien d’original mais il remplie sa fonction de divertissement sans que pour autant des éléments forts viennent l’inscrire de manière indélébile dans notre mémoire. C’est essentiellement la coopération entre différents groupes en profond désaccord qui forme le nœud du récit, avec une histoire qui équilibre l’action et le drame. Il y a autant de fusillades avec les morts-vivants qu’il y a de tensions et de désaccords verbaux entre les combattants. Comme on peut s’y attendre, tout le monde ne s’en sort pas vivant, et la mission change en cours de route afin de trouver une solution à ce fléau de morts-vivants qui se propage à travers le pays.

On retrouve un bon nombre de personnages dans « Valley of the Dead » et certains disposent d’un développement, sans pour autant éviter certains clichés comme pour Brodsky (Sergio Torrico) un Russe bourru et sans fioritures, ou encore Matacuras (Aura Garrido), une femme badass, présentée comme une tueuse de curés. Ces personnages secondaires viennent diversifier le groupe et se démarquent, malgré leurs arcs simples. Reste que le personnage central est donc incarné par Miki Esparbé, dans le rôle du Capitaine Jan Lozano, un officier condamné au peloton d’exécution pour avoir donné un coup de boule à un juge, proche de Franco, qui l’accusait de lâcheté.

Les valeurs de production sont d’une très bonne qualité malgré l’apparente faiblesse du budget, quasiment entièrement tourné en extérieur à Cardona, dans la province de Barcelone, en Catalogne, Espagne. La photographie délivrée par Kiko de la Rica offre de nombreuses séquences en forêt avec un bon équilibre entre des scènes de jour et de nuit. Bien souvent, dans ce type de métrage, les cinéastes en font des tonnes dans le gore pour masquer la faiblesse de leur budget. « Valley of the Dead » ne tombe pas dans ce travers, et finalement le métrage est peu sanguinaire, malgré une ou deux scènes assez percutantes. La bande originale orchestrée par Javier Rodero vient agréablement accompagner le récit avec des airs et sonorités qui allient moderne et classique. Notons tout de même un anachronisme. Durant une scène dans le refuge en forêt, la radio diffuse le titre « My Prayer » du groupe américain de rhythm and blues The Ink Sports, mais cette chanson est parue le 18 septembre 1939, soit cinq mois après la fin de la guerre civile espagnole. Enfin, le montage réalisé par Martí Roca débouche sur un film d’une durée de 102 minutes.

En conclusion, « Valley of the Dead » est un bon petit film de zombies disposant d’une histoire simple, d’une intrigue classique et d’un développement basique. Le rythme est bien équilibré entre les palabres et les scènes d’action. Le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est plaisante, la bande musicale est agréable et le montage est cohérent. La distribution offre de bonnes prestations dans l’ensemble, mais n’évite cependant pas de tomber dans certains clichés du genre. L’ensemble remplit sa fonction de divertissement, mais ne sera pas mémorable dans cette thématique régulièrement visitée.

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 434 285 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :