Action, Crime - Policier, Drame, Fantastique

SAMARITAN (2022) ★★★☆☆


 

Samaritan (2022)

 

 

Un jeune garçon apprend qu’un super-héros qui aurait disparu après une bataille héroïque vingt ans plus tôt existe peut-être toujours.

 

 

« Samaritan » est un thriller fantastique américain datant de 2022, réalisé par Julius Avery, à qui l’on doit également « Overlord » (2018). Les acteurs principaux sont Sylvester Stallone, qu’on a pu voir dans « Rambo: Last Blood » (2019), Javon Walton, qui fait ici ses premiers pas dans un long métrage, Pilou Asbæk, qu’on a pu voir dans « Outside the Wire » (2021), Dascha Polanco, qu’on a pu voir dans « The Irishman » (2019), Moisés Arias, qu’on a pu voir dans « Ben-Hur » (2016), Martin Starr, qu’on a pu voir dans « Intruders » (2015), et Jared Odrick, ancien joueur professionnel de football américain, qu’on a pu voir dans « Jade » (2017). Ce métrage est paru le 26 août 2022 sur Prime Video.

L’histoire proposée par « Samaritan » nous invite à suivre Joe Smith (Sylvester Stallone), un éboueur qui passe son temps libre à réparer de vieux objets pour les revendre dans une boutique de seconde main où il a ses habitudes. Dans l’immeuble en face, vit Sam (Javon « Wanna » Walton), un garçon de 13 ans, qui fait de son mieux pour aider sa mère, car cette dernière rencontre des difficultés financières. Sam se laisse enrôler dans un gang dirigé par Reza (Moisés Arias), mais le plan tourne mal. Toutefois, Cyrus (Pilou Asbæk), le véritable chef du gang, est impressionné par le courage et la détermination du jeune Sam et lui offre une centaine de dollars. Reza, se sentant humilié, décide de se venger sur Sam, mais Joe Smith intervient en faisant preuve d’une force surhumaine pour se défaire des intimidateurs. Cette situation amène Sam à soupçonner Joe d’être le Samaritain (Sylvester Stallone), un super-héros qui vivait autrefois à Granite City. Ce dernier a disparu suite à une confrontation violente avec son frère jumeau, connu sous le pseudonyme de Nemesis. Depuis, la population est divisée en deux catégories, certains admirent le Samaritain, représentant le bien, alors que d’autres idolâtre Nemesis, représentant le mal. Pendant ce temps, Cyrus trouve le marteau de Nemesis et s’érige en nouveau Nemesis, déclenchant des émeutes et le chaos dans toute la ville…

Le scénario concocté par Bragi F. Schut offre une approche intéressante du super-héros. Le récit nous invite à suivre un homme d’un âge avancé qui fut autrefois un super-héros, mais qui, suite à la confrontation violente avec son jumeau, doté des mêmes supers pouvoirs que lui, a décidé de se faire oublier. Il s’est persuadé de mener une existence ordinaire et vieillir tranquillement loin de l’agitation. On peut y voir une forme de rédemption vis à vis de la perte de son frère. Toutefois, le twist qui intervient dans la dernière partie du métrage offrira une perspective différente aux choses. Les scènes d’action sont rondement menées et viennent bien s’articuler pour renforcer le récit, sans excès inutile. La séquence finale est plus critiquable, notamment en raison de la faiblesse des effets spéciaux. La relation entre l’enfant et l’adulte est à la fois attendrissante et drôle. Finalement, le Samaritain s’inscrit comme un père ou un grand-père de substitution. L’ensemble est assez sombre, avec une ambiance qui fait quelque peu penser à la série des American Nightmare et son atmosphère de purge.

A bien y regarder, les personnages sont finalement peu nombreux. On s’arrêtera sur Cyrus (Pilou Asbæk), sorte de psychopathe qui vit dans l’adoration du super méchant disparu et fortement animé par l’idée de le faire revivre dans l’esprit des gens. Il voit en Nemesis l’expression d’une frustration sociale et aspire à prendre la tête d’une opposition violente à l’establishment, quitte à installer la société dans le chaos. Le jeune Sam Cleary (Javon « Wanna » Walton) est un pré-adolescent qui vit dans son monde de super-héros tout en ayant un pied violemment ancré dans la réalité, notamment celle qui positionne sa mère dans les difficultés financières. Il croit que sa vie va changer au seul fait qu’il est parvenu à retrouver un homme mythique qui aspire à vivre loin des problèmes. Enfin, le Samaritain (Sylvester Stallone) est un homme fatigué qui cherche à fuir ce qu’il est, et qui, par la force des choses, est rattrapé par son passé.

Les valeurs de production sont globalement acceptables pour un métrage de ce type. Le côté super-héros n’est pas réellement grandiloquent et se limite à une sorte d’invulnérabilité. L’homme est hautement résistant aux coups, imperméable aux balles et aux attaques au couteau. Seul le marteau de Nemesis semble pouvoir l’impacter. Dans ces conditions, les confrontations physiques, et même armées sont déséquilibrées et donne lieu à quelques séquences amusantes et impressionnantes. La photographie délivrée par David Ungaro offre une sensation crasseuse avec des personnages qui évoluent dans la pauvreté, dans un univers miséreux, loin de l’opulence des beaux quartiers. Toutefois, on se demande si toute la ville de Granite City ne se trouve pas dans ce dénuement apparent. La bande musicale orchestrée par Jed Kurzel et Kevin Kiner vient agréablement accompagner le récit, mais dans une relative retenue. Enfin, le montage réalisé par Matt Evans et Pete Beaudreau débouche sur un film d’une durée de 101 minutes.

En conclusion, « Samaritan » est un film fantastique et d’action sympathique disposant d’une histoire originale mais sombre, d’une intrigue simple et d’un développement dépouillé. Le rythme est cohérent, le récit est fluide et la narration fait appel à quelques flashbacks. La photographie est dépouillée, sans fioritures avec quelques faiblesses au niveau des effets spéciaux, la bande musicale est sobre et le montage rationnel. La distribution offre des prestations mitigées avec un Sylvester Stallone dans un rôle en adéquation avec son âge réel, un jeune Javon Walton brillant et une ribambelle d’antagonistes sans saveur, sans charisme, d’une insipidité troublante. L’ensemble est divertissant, mais sans réelle dimension épique.

 

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 416 455 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :