Action, Amazon Prime Video, Aventure, Fantastique

MONSTER HUNTER (2020) ★★★☆☆


Monster Hunter (2020)

 

 

Lorsque le Lieutenant Artemis et son unité d’élite traversent un portail qui les transporte dans ce monde parallèle, ils subissent le choc de leur vie. Au cours d’une tentative désespérée pour rentrer chez elle, le brave lieutenant rencontre un chasseur mystérieux, qui a survécu dans ce monde hostile grâce à ses aptitudes uniques.

 

 

« Monster Hunter » est un film fantastique américain datant de 2020, réalisé par Paul W. S. Anderson, à qui l’on doit également « Pompeii » (2014). Les acteurs principaux sont Milla Jovovich, qu’on a pu voir dans « Survivor » (2015), Tony Jaa, qu’on a pu voir dans « Paradox » (2017), Ron Perlman, qu’on a pu voir dans « Pacific Rim » (2013), Clifford Joseph Harris Jr., qu’on a pu voir dans « Ant-Man and the Wasp » (2018), Diego Boneta, qu’on a pu voir dans « The Titan » (2018), et Meagan Good, qu’on a pu voir dans « The Unborn » (2009). Ce film est une adaptation cinématographique basée sur la série de jeux vidéo du même nom. Le métrage est paru en salles pendant la pandémie de COVID-19, en Chine le 4 décembre 2020 et aux Etats-Unis, le 18 décembre 2020.

L’histoire proposée par « Monster Hunter » nous invite à suivre Natalie Artemis (Milla Jovovich), capitaine au sein du 75e régiment de Rangers des Etats-Unis. À la tête d’une petite équipe, elle recherche une autre unité disparue dans le désert. Une tempête soudaine les entraîne à travers un portail vers un monde parallèle où ils trouvent les restes des soldats disparus et leurs véhicules carbonisés. Soudainement, un monstre gigantesque les attaque et tue deux membres de l’escouade. Le monstre semble insensible aux balles et aux grenades. Les survivants trouvent refuge dans une grotte, où ils sont attaqués par une meute d’araignées surdimensionnées. Le capitaine Artemis reçoit une injection d’un venin paralysant et se réveille dans le repère des vilaines bestioles. Le reste de son équipe est décimée et elle n’a d’autres choix que de fuir le secteur. Nataile Artemis va rencontrer un guerrier (Tony Jaa) isolé de ce monde perdu et devra travailler de concert avec celui-ci de manière à esquiver les attaques nocturnes des araignées géantes et de traverser le désert pour atteindre une tour qui semble être la clé du voyage temporel…

Le scénario concocté par Paul W. S. Anderson, qui endosse la triple casquette de producteur, réalisateur et scénariste, s’inspire donc d’une franchise japonaise de jeux vidéo, qui a débuté sur PlaySyation en 2004. Un jeu qui comme pour « Uncharted » (2022), je ne connais pas, ce qui me positionne donc en dehors de toute analyse comparative et m’empêche de dire si le métrage respecte l’idée, les thèmes et l’ambiance du jeu. Ceci étant dit, Paul W.S. Anderson propose une histoire qui se positionne à la limite de l’incompréhensible. L’appréciation que l’on peut faire du film va essentiellement dépendre de l’approche que l’on va avoir. Si vous pouvez ne pas y regarder de trop près et/ou que vous êtes prêts à ne pas trop réfléchir, ça peut le faire. Mais si vous êtes trop cartésien, vous risquez de vous prendre sévèrement la tête devant ce film. Et pour cause, d’entrée de jeu, un voilier digne de Pirates des Caraïbes sillonne une mer de sable, sans que cela ne pose réellement de problème…

La prémisse du film implique une équipe « Alpha » (dirigée par Milla Jovovich) à la recherche de leurs collègues de l’équipe « Bravo » qui ont disparu dans des circonstances suspectes. L’équipe « Alpha » se retrouve ensuite dans un endroit plein de monstres où ils retrouvent la plupart de leurs collègues de l’équipe « Bravo » déjà morts. C’est presque exactement la même prémisse que dans le film « Resident Evil » (2002), déjà inspiré d’un jeu vidéo, avec des soldats remplaçant une équipe de police spéciale, des monstres insectoïdes remplaçant les zombies et un monde parallèle au lieu d’un vieux manoir. Paul W.S. Anderson scénariste ne s’est pas beaucoup cassé le c…

La distribution est assez rapidement décimée et le focus se positionne donc sur les deux principaux protagonistes de cette histoire. D’un côté, nous avons Natalie Artemis, incarnée par une Milla Jovovich en grande forme, une Ranger de l’armée américaine membre d’une équipe militaire des Nations Unies. De l’autre côté, nous avons le Chasseur, interprété par Tony Jaa (oui, oui, celui de la franchise Ong-Bak), toujours aussi dynamique et efficace, l’un des nombreux guerriers qui combattent des monstres géants, qui s’est perdu dans le désert. Dans un premier temps, les deux vont s’affronter avant de finalement coopérer pour se défaire du monstre afin de franchir le désert qui les sépare de leur objectif. Cela dit, d’autres festivités les attendent de l’autre côté… Reste qu’on se demande tout de même ce qu’est venu faire Ron Perlman dans cette galère, tant il est sous-exploité !

Les valeurs de productions sont assez bonnes pour ce « Monster Hunter » car le métrage a bénéficié d’un budget de 60 millions de dollars. L’idée n’est pas forcément de faire les choses parce que cela sert l’histoire. Dans le cas présent, de la même manière que Michael Bay pour sa franchise Transformers, on semble plutôt faire parce qu’on sait le faire. En d’autres termes, les scènes d’action s’enchaînent de manière frénétique avec une accumulation d’effets spéciaux tous plus impressionnants les uns que les autres, mais sans réellement donner de sens à l’ensemble. Le tournage a débuté le 5 octobre 2018, à Cape Town en Afrique du Sud, pour s’achever le 19 décembre 2018. La photographie proposée par Glen MacPherson, qui avait déjà travaillé avec Paul W. S. Anderson à plusieurs reprises par le passé, mais également avec Sylvester Stallone sur son « Rambo » (2008), offre un maximum de clarté et de lumière, ce qui donne encore plus d’intensité aux effets spéciaux. La bande musicale orchestrée par Paul Haslinger, également compagnon de route régulier de Paul W. S. Anderson, apporte beaucoup de dynamisme à l’ensemble. Enfin, le montage effectué par Doobie White débouche sur un film d’une durée de 103 minutes.

En conclusion, « Monster Hunter » est un bon film d’action fantastique disposant d’une histoire étriquée, d’une intrigue basique et d’un développement particulièrement dynamique. Le rythme est soutenu, le récit est déficient par endroit et la narration est linéaire. La photographie fait appel à de nombreux effets spéciaux avec une ambiance de type Mad Max, la bande originale est sympathique et le montage est pétulant. La distribution est dominée par l’opposition puis la collaboration entre Milla Jovovich et Tony Jaa. Le producteur-scénariste-réalisateur Paul W. S. Anderson n’a guère cherché à faire évoluer son art, se contentant à ce qu’il savait faire. Si vous aimez les films où l’on peut laisser la réfection, l’analyse de coté, ce métrage est fait pour vous, dans le cas inverse, mieux vaut passer son chemin…

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 416 455 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :