Action, Corée du Sud, Crime - Policier, Drame, Thriller

EMERGENCY DECLARATION (2022) ★★★★☆


 

Emergency Declaration (2022)

 

 

Un acte terroriste dans un avion oblige les pilotes à déclarer une situation d’urgence absolue…

 

 

« Emergency Declaration » (비상선언) est un film catastrophe sud-coréen datant de 2021, réalisé par Han Jae-rim, à qui l’on doit également « The Face Reader » (2013). Les acteurs principaux sont Song Kang-ho, qu’on a pu voir dans « The King’s Letters » (2019), Lee Byung-hun, qu’on a pu voir dans « The Man Standing Next » (2020), Jeon Do-yeon, qu’on a pu voir dans « Beasts Clawing at Straws » (2020), Kim Nam-gil, qu’on a pu voir dans « The Closet » (2020), Im Si-wan, qu’on a pu voir dans « The Merciless » (2017), Kim So-jin, qu’on a pu voir dans « The Spy Gone North » (2018), Park Hae-joon, qu’on a pu voir dans « The 8th Night » (2021), et Moon Sook, qu’on a pu voir dans « Svaha: The Sixth Finger » (2019). Le film a été projeté dans la section hors compétition du 74e Festival de Cannes le 16 juillet 2021. Il est sorti en salles en Corée du Sud le 3 août 2022.

L’histoire proposée par « Emergency Declaration » nous invite à suivre le destin croisé de plusieurs personnages pris dans la tourmente d’une attaque  bio-terroriste. Alors qu’elles enquêtaient sur une vidéo menaçante devenue virale sur Internet, les autorités coréennes découvrent qu’un suspect vient d’embarquer sur un vol international à destination de Hawaï aux États-Unis. Lorsqu’un passager en bonne santé sur le même vol décède soudainement d’une mort horrible de cause inconnue, la panique éclate à la fois en vol et au sol. La baisse constante du carburant et les différents refus internationaux d’offrir de l’aide, oblige le commandant de bord et l’équipage à prendre des mesures d’urgence sans précédent pour tenter de sauver la vie de leurs passagers…

Le scénario concocté par Han Jae-rim, qui endosse ici la casquette de producteur, scénariste et réalisateur, est basé sur une véritable catastrophe aérienne dans laquelle un avion avait dû procéder à un atterrissage d’urgence. Le script joue sur plusieurs tableaux à la fois, mais se disperse par endroit, ce qui lui fait perdre quelques points. Le métrage nous plonge dans le concept du film catastrophe, un virus hautement contagieux et mortel est diffusé dans le système de ventilation d’un avion de ligne. Rapidement, des passagers tombent malades et décèdent.

On retrouve également des éléments du film policier, avec une enquête menée au sol par l’inspecteur Gu In-ho (Song Kang-ho), qui progressivement identifie le terroriste ainsi que le virus. Pour compliquer l’histoire, le pilote meurt à son tour, et Choi Hyun-soo (Kim Nam-gil), le co-pilote, va tomber malade au point de ne plus pouvoir assurer son poste. Heureusement, et c’est là qu’on aborde le côté « drame » de l’histoire, mais j’y reviendrai, Park Jae-hyuk (Lee Byung-hun) est l’un des passagers, et il s’avère que celui-ci est un ancien pilote extrêmement qualifié. Au sol, Kim Sook-hee (Jeon Do-yeon), la ministre des transports fait des mains et des pieds pour trouver des solutions et permettre à l’avion de se poser dans de bonnes conditions tout en évitant que le virus ne se propage.

Comme bien souvent dans les films coréens, il y a une multitude de personnages, dont certains sont plus ou moins liés entre eux. Toutefois, il n’y a pas réellement de personnage principal, probablement parce que deux stars coréennes, Song Kang-ho et Lee Byung-hun, partagent l’affiche. Le premier est donc inspecteur de police, et va rapidement se sentir hautement concerné par l’affaire, car Hye-yoon (Woo Mi-hwa), son épouse, est à bord de l’avion à destination de Hawaï. Le second est tortueux. Ancien pilote, il a quitté le métier après un accident ayant causé la mort de deux hôtesses. Il panique à l’idée d’être dans un avion, et va devoir déjouer toutes sortes de péripéties, et finalement, faire atterrir ce satané avion de ligne.

L’aspect le plus dramatique réside probablement dans le refus des autorités américaines, puis japonaises, de laisser atterrir l’avion sur leur territoire de peur de voir le virus se propager dans la population. Pire encore, les différentes autorités n’hésiteront pas à envoyer des avions de chasse afin de dissuader le pilote de passer outre et de forcer l’atterrissage. En ce sens, Tae-su (Park Hae-joon), directeur du Centre de gestion de crise de la Maison Bleue (équivalent du palais de l’Élysée en France), qui, plutôt que de chercher une solution permettant de sauver des vies, pense à préserver l’image et les intérêts politiques du président de la République de Corée.

Les valeurs de production autour de « Emergency Declaration » sont globalement d’un très bon niveau. La photographie signée par Lee Mo-Gae et Park Jong-Chul est plaisante avec de nombreuses scènes où l’action se déroule dans l’avion. Les effets spéciaux sont de bonnes qualités avec des visuels très réalistes, animés par des effets spéciaux. La séquence où l’avion est en perdition, avec plusieurs tonneaux et le personnel de bord qui se retrouve ballotté dans tous les sens, est plutôt impressionnant. La bande musicale orchestrée par Lee Byung-woo, à qui l’on doit également les compositions de « Soo » (2007), « Haeundae » (2009), ou encore « Ode to My Father » (2014), s’inscrit dans un style magistral qui n’est pas sans rappeler les partitions de Hans Zimmer. Enfin, le montage réalisé par Kim Woo-Hyun, Lee Kang-il, et Han Jae-rim débouche sur un film d’une durée de 147 minutes. Un format un peu trop long, avec des séquences sentimentales qui n’apportent rien. Toutefois, l’édition permet de bien équilibrer les séquences afin d’éviter de basculer dans le hui clos.

En conclusion, « Emergency Declaration » est un très bon thriller catastrophe disposant d’une histoire classique, d’une intrigue rondement menée et d’un développement bien structuré. Le rythme est modéré, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est séduisante, les effets spéciaux sont efficaces, la bande originale est plaisante et le montage est bien équilibré. La distribution offre de bonnes prestations sans qu’un acteur ne prenne réellement le dessus. La mise en scène délivrée par Han Jae-rim explore différents genres. Bien que le film soit globalement critiqué pour la corrélation entre son sujet et la pandémie de COVID-19, certains aspects méritent réflexion. Le film s’est classé en tête du box-office coréen lors de sa sortie. Il est actuellement le 6e film coréen le plus rentable de 2022. Un métrage qui remplit pleinement sa fonction de divertissement !

 

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 416 444 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :