Action, Crime - Policier, Thriller

INVASION U.S.A. (1985) ★★★☆☆


 

Invasion U.S.A. (1985)

 

 

Un ex-agent de la CIA vit retiré dans les Everglades. Une invasion Communiste à Miami l’oblige à reprendre les armes.

 

 

« Invasion U.S.A. » est un film d’action américain datant de 1985, réalisé par Joseph Zito, à qui l’on doit également « Friday the 13th: The Final Chapter » (1984). Les acteurs principaux sont Chuck Norris, qu’on a pu voir dans « The Expendables 2 » (2012), Richard Lynch, qu’on a pu voir dans « The Lords of Salem » (2012), Billy Drago, qu’on a pu voir dans « El Muerto » (2007), et Melissa Prophet, qu’on a pu voir dans « Casino » (1995). Ce métrage est sorti le 27 septembre 1985 aux Etats-Unis.

L’histoire proposée par « Invasion U.S.A. » nous invite à suivre Matt Hunter (Chuck Norris), un ancien agent de la CIA, qui sort de sa retraite pour barrer le chemin à un groupe important de terroristes, dirigé par l’infâme Mikal Rostov (Richard Lynch). Une multitude d’actes terroristes violents secoue la côte est des Etats-Unis, et bien que Matt Hunter parvient à déjouer certaines attaques, les autorités sont dépassées par le nombre important d’assauts et la loi martiale est déclenchée sur le territoire. Un plan d’envergure est alors mis en place pour piéger l’ensemble des antagonistes afin de les neutraliser.

Le scénario concocté par James Bruner et Chuck Norris lui-même, est réduit à sa plus simple expression, et il serait fastidieux de passer en revue l’ensemble des incohérences. « Invasion U.S.A. » est un film d’action et cela se regarde sans qu’il faille chercher à tout analyser, loin de là. Néanmoins, signalons tout de même que malgré la présence sur l’affiche du Capitoles des Etats-Unis, qui se trouve à Washington D.C. ainsi que les deux tours du World Trade Center, qui se trouvaient à New York, l’action du métrage est concentré en Floride, pour s’achever à Atlanta en Géorgie, état voisin. Joseph Zito, le réalisateur, se focalise sur les scènes d’action qui s’enchaînent, et plus principalement sur le travail de Matt Hunter visant à déjouer les attaques des terroristes tout en les neutralisant de manière définitive. Petit à petit, il remonte vers Mikal Rostov, avec qui il a un contentieux. En effet, leur chemin s’étant déjà croisé par le passé, sans que cela ne soit très bien expliqué, et ce, malgré un flashback allant dans ce sens.

Le développement des personnages est tout aussi léger que le script. Chuck Norris incarne donc Matt Hunter, un ancien agent de la CIA, qui accepte, après avoir décliné, de reprendre du service pour neutraliser des terroristes. Plus précisément, c’est après avoir été attaqué et vu sa modeste maison dans les Everglades détruite et que son vieil ami, John Eagle (Dehl Berti), soit tué, qu’il se décide à participer à la chasse à l’homme. Le personnage parle peu et les quelques lignes de dialogue de l’acteur sont autant de punchlines percutantes, limites jubilatoires, du type « si tu te pointes encore, tu peux être sûr que tu repars avec la bite dans un tupperware« . Richard Lynch interprète Mikal Rostov. Un personnage qui selon toute vraisemblance serait russe.

On ne sait pas si l’opération massive qu’il dirige est une vendetta personnelle contre les Etats-Unis ou si elle est commanditée par un mouvement ou un gouvernement. L’acteur, principalement abonné aux rôles de méchant, offre un personnage complètement obsédé par Matt Hunter, au point d’en faire des cauchemars. Il veut absolument l’éliminer, persuader que celui-ci est une entrave à la réussite de sa « mission ». Melissa Prophet incarne Dahlia McGuire, une journaliste. Ce personnage ne sert strictement à rien. On la retrouve sur de nombreuses scènes de crime qu’elle vient couvrir pour son métier, se limitant à faire quelques photos. En fait, elle ne fait que râler et n’apporte rien au récit. Enfin, les agents du FBI qui enquêtent sur les actes de terrorisme sont caricaturaux, costume-cravate et mains dans les poches.

En replaçant le film dans son époque, on peut dire que les valeurs de productions pour « Invasion U.S.A. » sont tout à fait correctes. Le métrage a bénéficié d’un budget de 12 millions de dollars. A titre de comparaison, « First Blood » (1982) avec Sylvester Stallone avait un budget de 15 millions de dollars tandis que « Commando » (1985 avec Arnold Schwarzenegger, disposa d’un budget de 9 millions de dollars. La photographie signée João Fernandes, qui a également travaillé sur « Missing in Action » (1984) ainsi que sur « Friday the 13th: The Final Chapter » (1984), tous deux sous la direction du même réalisateur, Joseph Zito, se focalise essentiellement sur les scènes d’action. Courses-poursuites, explosions, fusillades et baston sont à l’ordre du jour. Tout ceci permettant à Chuck Norris d’exprimer ses qualités physiques et martiales. La bande musicale orchestrée par Jay Chattaway, également un partenaire régulier du réalisateur, est caractéristique de cette période avec des compositions marquantes et très démonstratives. Enfin, le montage effectué par Daniel Loewenthal et Scott Vickrey débouche sur un film d’une durée de 107 minutes.

En conclusion, « Invasion U.S.A. » est un bon film d’action disposant d’une histoire anémique, d’une intrigue familière et d’un développement dépouillé. Le rythme est soutenu, le récit est fluide et la narration fait appel à quelques flashbacks. La photographie fait la part belle aux scènes d’action, la bande originale est très sympathique et le montage est cohérent. La distribution offre des prestations mitigées avec un Chuck Norris en pleine construction de son mythe de dur à cuire et un Richard Lynch dans un personnage percutant, à la limite de la schizophrénie. L’ensemble doit se regarder avec la partie analyse et réfection du cerveau en mode pause tout en se délectant de quelques phrases chocs et de la distribution de tatanes.

 

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

3 réflexions sur “INVASION U.S.A. (1985) ★★★☆☆

  1. C’est sûr qu’il vaut mieux le voir avec le cerveau éteint. Mais c’est de la bonne vieille péloche généreuse comme on n’en fait plus je crois.
    Merci de lui avoir redonné quelques couleurs grâce à cet article.

    Aimé par 1 personne

    Publié par princecranoir | 10/11/2022, 8 08 51 115111
    • Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Chuck Norris n’a pas tellement tourné pour le cinéma. Sa confrontation avec Bruce Lee reste culte, mais en dehors des « Missing in Action » et de quelques autres films d’action du même niveau que ce « Invasion U.S.A. » et une apparition dans « The Expendables 2 » en 2012, il n’a guère tourné. J’en profite pour citer le film « Delta Force » (1986).
      Personnellement, j’aime bien revisionner d’anciens films, cela permet parfois de replonger dans l’état d’esprit d’une autre époque, et par la même occasion, d’évaluer l’évolution de tel ou tel acteur/actrice/réalisateur.

      J’aime

      Publié par Olivier Demangeon | 10/11/2022, 12 12 06 110611

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 433 232 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :