Action, Drame, Guerre, Thriller

MINE (2016) ★★★✮☆


 

Mine (2016)

 

 

Un militaire américain se retrouve coincé au milieu du désert avec un pied posé sur une mine. En plein soleil, le manque d’eau se fait rapidement sentir et les secours ne pourront venir qu’au bout de 52 heures…

 

 

« Mine » est un thriller de guerre américain datant de 2016, réalisé par Fabio Guaglione et Fabio Resinaro qui font ici leur début à la direction d’un long-métrage. Les acteurs principaux sont Armie Hammer, qu’on a pu voir dans « Crisis » (2021), Annabelle Wallis, qu’on a pu voir dans « King Arthur: Legend of the Sword » (2017), Tom Cullen, qu’on a pu voir dans « 100 Streets » (2016), Clint Dyer, qu’on a pu voir dans « Acts of Vengeance » (2017), Geoff Bell, qu’on a pu voir dans « The Rhythm Section » (2020), et Juliet Aubrey, qu’on a pu voir dans « The Infiltrator » (2016). Le film est sorti aux États-Unis le 7 avril 2017.

L’histoire proposée par « Mine » nous invite à suivre deux US Marines en mission secrète pour assassiner un dangereux chef terroriste assistant à un mariage bédouin dans un coin reculé du désert, en Afrique du Nord. Le duo est composé du tireur d’élite Mike Stevens (Armie Hammer) ainsi que de son observateur et camarade Tommy Madison (Tom Cullen). Ils sont cependant repérés et la mission échoue, obligés de fuir à travers le désert. Alors qu’ils tentent de rejoindre un petit village afin d’atteindre un point d’extraction, ils traversent un champ de mines. Tommy marche sur l’une d’entre elles et explose, il est mortellement blessé. En voulant porter assistance à son ami, Mike pose également le pied sur une mine, enclenchant le mécanisme. Il ne peut donc plus bouger. Après moults pérégrinations, Mike parvient à récupérer le matériel de Tommy, dont la radio et parvient à contacter sa hiérarchie. Malheureusement, les hélicoptères sont cloués au sol en raison d’une tempête de sable et les secours terrestres ne peuvent être sur zone que 52 heures plus tard. Le soleil, le manque d’eau, l’absence de perspectives positives, conduisent rapidement Mike a délirer et à se replonger dans son passé douloureux…

Le scénario concocté par Fabio Guaglione et Fabio Resinaro, qui endossent tous deux la double casquette de réalisateurs et de scénaristes, est particulièrement bien écrit. Le métrage s’inscrit dans le registre du film de guerre. On comprend, par déduction, qu’on se trouve dans une histoire post 11 septembre, où l’armée américaine intervient un peu partout dans le monde dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Le récit se déroule en Afrique du Nord, sans que l’on sache précisément où. Toutefois, bien qu’il se déroule en grande partie dans un seul endroit, « Mine » parvient à raconter une histoire variée d’expérience de vie. Un récit qui touche à l’histoire familiale, aux regrets personnels et aux malentendus. On ne peut cependant pas s’empêcher de repenser au film « The Wall » (2017) de Doug Liman, où l’action se mettait en place presque de manière similaire. Ceci étant dit, l’intrigue se positionne de manière à faire penser à des métrages comme « Buried » (2010) de Rodrigo Cortés ou « The Shallows » (2016) de Jaume Collet-Serra avec un unique protagoniste piégé dans un endroit précis.

Avec aussi peu de personnages, c’est tout naturellement qu’on se focalise sur le principal protagoniste, incarné par Armie Hammer, un tireur d’élite de l’armée américaine. Sauf que tout part de travers dès les premières minutes. Mike Stevens est dans le doute. Les informations données par l’opérateur à l’autre bout de la radio ne correspondent pas à celles qui sont devant ses yeux. Le véhicule ciblé n’est pas de la bonne couleur. Entre, le groupe d’individus qu’ils ciblent et sont réunis pour un mariage et la cible semble être le père du marié. Il hésite suffisamment longtemps pour que le binôme soit repéré et pris en chasse. La fuite est la seule option qui reste, puis on arrive à l’épisode avec les mines. Mike se retrouve donc seul, le pied-droit sur une mine. Il doit alors faire face à des tempêtes de sable, à des manques d’eau et à des attaques d’animaux sauvages durant la nuit. La déshydratation l’emmène dans le délire, l’amenant à penser à son père violent et à son épouse qu’il a laissée derrière lui.

Les valeurs de production sont d’une très bonne qualité, malgré la simplicité des décors. Le tournage s’est essentiellement déroulé à Fuerteventura dans les îles Canaries. La photographie présentée par Sergi Vilanova joue avec la simplicité de désert et offre un travail avec différents éclairages pour représenter les horaires. Les scènes de nuit sont volontairement très nébuleuses et les attaques des animaux sauvages sont plus suggérées que réellement démontrées. La bande musicale orchestrée par Luca Balboni et Andrea Bonini est relativement sobre tout en mettant l’accent sur les rêves, les flashbacks. Enfin, le montage effectué par Matteo Santi, Fabio Guaglione et Filippo Mauro Boni débouche sur un film d’une durée de 106 minutes.

En conclusion, « Mine » est un très bon thriller psychologique disposant d’une histoire basique, d’une intrigue forte et d’un développement méticuleux. Le rythme est modéré, le duo de réalisateurs amenant des scènes inattendues pour casser la lenteur due à la situation figée dans laquelle le principal protagoniste se retrouve. Le récit est fluide et la narration fait appel à des flash-back, des rêves, des illusions. La distribution offre de bonnes prestations, mais le métrage repose clairement sur l’excellente performance d’Armie Hammer. L’aspect psychique prend progressivement le dessus sur l’action et invite à réfléchir sur le phénomène de reproduction des violences vécues. L’ensemble est suffisamment captivant et engageant pour qu’on puisse recommander ce métrage.

 

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “MINE (2016) ★★★✮☆

  1. This film was a nice surprise, especially as it was made by two Italian directors. Italian cinema has been in crisis for some time, but I am happy to see people who love this art and who prove to be capable every time.

    J’aime

    Publié par The Butcher | 12/10/2022, 16 04 11 101110

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 433 256 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :