Action, Drame

THE DELTA FORCE (1986) ★★★★☆


 

The Delta Force (1986)

 

 

Après le détournement d’un avion par des terroristes, la Delta Force est envoyée pour résoudre la crise.

 

 

« The Delta Force » est un film d’action américain datant de 1986, réalisé par Menahem Golan, à qui l’on doit également « The Ambassador » (1984). Les acteurs principaux sont Chuck Norris, qu’on a pu voir dans « Invasion U.S.A. » (1985), Lee Marvin, qu’on a pu voir dans « The Dirty Dozen » (1967), Robert Vaughn, qu’on a pu voir dans « Bullitt » (1968), Steve James, qu’on a pu voir dans « American Ninja » (1985), Robert Forster, qu’on a pu voir dans « Small Town Crime » (2017), Shelley Winters, qu’on a pu voir dans « The Poseidon Adventure » (1972), Lainie Kazan, qu’on a pu voir dans « You Don’t Mess with the Zohan » (2008), et George Kennedy, qu’on a pu voir dans « The Dirty Dozen » (1967). À noter également la présence de Liam Neeson dans son premier rôle au cinéma, mais qui n’a pas été crédité au générique. Il s’agit du premier opus dans la série de films The Delta Force. Deux suites furent produites, « Delta Force 2: The Colombian Connection  » (1990) et « Delta Force 3: The Killing Game » (1991). Le présent métrage est paru le 14 février 1986.

L’histoire proposée par « The Delta Force » nous invite à suivre un groupe de terroristes palestiniens qui détourne le vol 282 d’American Travelways Airlines, un Boeing 707 volant du Caire à New York via Athènes et Rome. Les 144 passagers et membres d’équipage se retrouvent pris en otage sur l’étape entre Athènes et Rome. La New World Revolutionary Organization, dirigée par deux terroristes nommés Abdul Rafai (Robert Forster) et Mustafa (David Menahem), force le capitaine Roger Campbell et son équipage à faire voler le 707 vers Beyrouth. Une équipe de la Delta Force, dirigée par le Colonel Nick Alexander (Lee Marvin) et le nouvellement promu, le Major Scott McCoy (Chuck Norris), est déployée pour résoudre la crise. Après une première intervention avortée à Alger, une nouvelle opération visant à libérer les otages se met en place à Beyrouth, avec l’aide de l’armée israélienne…

Le scénario concocté par James Bruner et Menahem Golan, qui endosse sur ce film la triple casquette de réalisateur, de scénariste et de producteur, s’inspire de deux faits réels. D’une part, l’opération Entebbe qui s’est déroulée dans la nuit du 3 au 4 juillet 1976 sur l’aéroport d’Entebbe en Ouganda, organisée par Israël afin de libérer les otages d’un avion détourné. D’autre part, le détournement du vol TWA 847 le 14 juin 1985 à Athènes. Le film ne s’embarrasse pas d’un respect strict de ces événements pour ne s’articuler qu’autour de l’action à proprement parlée. La première partie installe différents personnages comme dans un film catastrophe puis établit une atmosphère particulière, notamment avec les passagers d’origine juive. En outre, un soldat américain présent à bord sera la victime du courroux des pirates de l’air. Afin de libérer les otages et de repartir du Liban à bord de l’avion de ligne, l’équipe de la Delta Force devra d’abord batailler avec un groupe important de terroristes regroupés dans et autour d’une petite ville côtière.

« The Delta Force » offre une belle brochette de personnages. Chuck Norris incarne le Major Scott McCoy, le commandant en second de l’unité de la Delta Force. C’est bien évidemment autour de lui que s’articule la majorité des scènes d’action. Ce militaire sort de sa retraite pour rejoindre son ancienne unité et ainsi participer à la libération des otages. Il agit souvent comme un électron libre, mais s’avère particulièrement efficace. Lee Marvin interprète le Colonel Nick Alexander, le commandant de l’unité. Ce sera le dernier film de l’acteur qui décédera l’année suivante à l’âge de 63 ans. Robert Vaughn (1932-2016) incarne le General Woodbridge dans un rôle secondaire. Steve James interprète Bobby, un membre de la Delta Force et ami de Scott McCoy. L’acteur décédera le 18 décembre 1993 à l’âge de 41 ans des suites d’un cancer du pancréas. Robert Forster (1941-2019) incarne l’un des principaux antagonistes du récit, soit Abdul Rafai, le leader du groupe terroriste. Plus surprenant, on retrouve George Kennedy (1925-2016) dans le rôle du Père William O’Malley qui se constitue prisonnier afin d’accompagner les otages d’origine juive. Et enfin, Shelley Winters (190-2006), doublement oscarisée, qui tient le rôle d’une otage.

En replaçant le film dans son contexte de l’époque, soit le milieu des années 1980, le budget était d’un bon niveau avec une estimation autour des 10 millions de dollars. Le métrage a été presque entièrement tourné en Israël, en dehors de quelques scènes secondaires. La photographie délivrée par David Gurfinkel est très axée sur les scènes d’action. Toutefois, de nombreuses scènes ont été tournées dans l’avion. On retrouve donc des explosions, des fusillades et du combat au corps-à-corps en grande quantité. L’intervention à proprement parlée dure pas moins de 45 minutes. Un contraste intéressant est mis en lumière entre la joie des passagers de retrouver leur liberté et la retenue des militaires qui honorent l’un des leurs tombé durant la mission. La bande musicale orchestrée par Alan Silvestri repose essentiellement sur des compositions électroniques. Enfin, le montage effectué par Alain Jakubowicz débouche sur un film d’une durée de 129 minutes. Le métrage a rapporté près de 18 millions de dollars de recette aux Etats-Unis. Une version DVD est disponible depuis septembre 2000. Deux suites ont vu le jour, « Delta Force 2: The Colombian Connection » réalisé par Aaron Norris et paru en 1990 avec Chuck Norris dans le rôle principal, puis « Delta Force 3: The Killing Game » (1991) dirigé par Sam Firstenberg, dans lequel on retrouve Mike Norris, le fils aîné de Chuck Norris.

En conclusion, « The Delta Force » est un très bon film d’action disposant d’une histoire aujourd’hui familière, d’une intrigue basique et d’un développement familier. Le rythme est plutôt modéré dans la première partie pour s’emballer dans la seconde partie. La photographie fait la part belle à l’action avec des cascades, fusillades et autres explosions, la bande originale est assez marquante et le montage est cohérent. La distribution offre de bonnes prestations dans l’ensemble, mais le focus est centré sur Chuck Norris qui empochera deux millions de dollars pour ce film. L’ensemble est divertissant, mais serait grandement classé dans le politiquement incorrect de nos jours. Un film qui laisse périodiquement revoir avec plaisir !

 

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Une réflexion sur “THE DELTA FORCE (1986) ★★★★☆

  1. A l’origine Charles Bronson devait jouer le rôle du colonel Nick Alexander. Des affiches avec lui et Chuck Norris avaient même été réalisées avant le début du tournage. Le tournage dans l’avion a été difficile en raison des températures extrêmes, atteignant régulièrement les 40°. Shelley Winters s’en plaignait fréquemment prétendant qu’elle allait en mourir. Mehanhem Golan lui a suggéré de d’abord finir le tournage et de mourir ensuite…

    J’aime

    Publié par Olivier Demangeon | 29/10/2022, 18 06 54 105410

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 433 220 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :