Action, Drame, Historique, Péplum

GLADIATOR (2000) ★★★★★


 

Gladiator (2000)

 

 

Un ancien général romain cherche à se venger de l’empereur corrompu qui a voulu le faire tuer et qui a fait assassiner sa famille .

 

 

« Gladiator » est un film historique américain datant de 2000, réalisé par Ridley Scott, à qui l’on doit également « Alien: Covenant » (2017). Les acteurs principaux sont Russell Crowe, qu’on a pu voir dans « Broken City » (2013), Joaquin Phoenix, qu’on a pu voir dans « The Sisters Brothers » (2018), Connie Nielsen, qu’on a pu voir dans « Wonder Woman » (2017), Ralf Moeller, qu’on a pu voir dans « Sabotage » (2014), Oliver Reed, qui apparaissait ici dans son dernier rôle, Djimon Hounsou, qu’on a pu voir dans « King Arthur: Legend of the Sword » (2017), Derek Jacobi, qu’on a pu voir dans « Murder on the Orient Express » (2017), John Shrapnel, qu’on a pu voir dans « Mirrors » (2008), Richard Harris, qu’on a pu voir dans « Patriot Games » (1992), et Tommy Flanagan, qu’on a pu voir dans « Alien vs. Predator » (2004). Ce métrage est sorti aux Etats-Unis le 12 mai 2000 et en France le 20 juin 2000.

L’histoire proposée par « Gladiator » nous invite à suivre le général hispano-romain Maximus Decimus Meridius (Russell Crowe), qui n’aspire qu’à rentrer chez lui après avoir mené l’armée romaine à la victoire contre les dernières tribus germaniques. Toutefois, l’empereur Marc Aurèle (Richard Harris), sentant sa dernière heure arriver souhaite que Maximus lui succède, en tant que régent, pour sauver Rome de la corruption et restaurer la république. Commodus (Joaquin Phoenix), le fils de Marc Aurèle, ne l’entend pas de cette oreille et assassine son père pour s’auto-proclamer nouvel empereur. Commodus fait tuer la famille de Maximus après l’avoir fait arrêté par la garde prétorienne afin de le tuer également. Parvenant à s’échapper, Maximus rentre chez lui, mais ne trouve plus que des morts. Gravement blessé, il est capturé par des esclavagistes qui le vendent à Proximo (Oliver Reed), un entraîneur de gladiateurs installé dans la ville Zucchabar (Algérie). Maximus se fait alors une nouvelle renommée en tant que gladiateur et est envoyé à Rome pour combattre au Colisée. Maximus entrevoit alors la possibilité de se venger…

Le scénario concocté par David Franzoni, John Logan et William Nicholson nous immerge dans les temps anciens, en 180 après Jésus-Christ, alors que toute l’Europe était sous la coupe de l’empire romain. « Gladiator » renoue avec un genre tombé en désuétude depuis plusieurs années, le péplum. Dans cette histoire, le personnage principal, Maximus Decimus Meridius est d’abord réticent à combattre dans l’arène, mais comprend rapidement l’intérêt d’avoir la plèbe dans sa poche, lui permettant de déjouer momentanément la volonté du fallacieux empereur. Bien que physiquement très comparable à Richard Burton, le visage meurtri et la voix grave, le Maximus de Russell Crowe n’est cependant pas le Marc-Antoine de Richard Burton dans « Cleopatra » (1963) de Joseph L. Mankiewicz avec la sublime Elizabeth Taylor dans le rôle titre. Il n’y a aucune histoire d’amour dans le présent film, bien que le script laisse entendre qu’il y aurait eu une relation entre le général déchu et Lucilla (Connie Nielsen), la charmante sœur de Commodus. Non, il s’agit ici d’une simple histoire de vengeance. Une vengeance double. Maximus veut punir Commodus pour avoir fait tuer sa famille et pour le meurtre de l’Empereur.

En dehors du trio de personnages principaux, Oliver Reed incarne Antonius Proximo, un homme âgé, bourru, entraîneur de gladiateurs, qui achète Maximus en Afrique du Nord. Il fut autrefois lui-même un gladiateur qui retrouva sa liberté par la grâce de Marc Aurèle. Il devient le mentor de Maximus et de Juba. Ce fut la dernière apparition d’Oliver Reed au cinéma, car il est décédé pendant le tournage. Djimon Hounsou interprète Juba, un membre du royaume de Numidie, un ancien peuple de Berbères dont le territoire couvrait une partie de l’actuelle Algérie, une petite partie de la Tunisie et de la Lybie. Il a été arraché à sa famille par des marchands d’esclaves. Il va devenir l’allié et le plus proche ami de Maximus. Ralf Möller incarne Hagen, un guerrier germanique qui est le gladiateur en chef de Proximo. Il va se lier d’amitié avec Maximus et Juba lors de leurs batailles à Rome. On retrouve également Derek Jacobi dans le rôle du sénateur Gracchus, un membre du Sénat romain qui s’oppose au règne de Commode. Dans le scénario original, il était censé mourir.

Tout ceci étant dit, c’est surtout par ses valeurs de production que « Gladiator » se démarque. Le film fut doté d’un budget d’un peu plus de 100 millions de dollars. Il aura, par ailleurs, rapporté un peu plus de 460 millions de dollars lors de son exploitation planétaire. Là où ce film marque vraiment, c’est à travers ses immenses décors pour reconstituer une Rome antique. Il va de soi que les ordinateurs y sont pour beaucoup. La scène d’ouverture du métrage, la bataille entre les troupes romaines et les tributs germaniques était déjà impressionnantes. Mais les différentes confrontations dans l’arène valent leur pesant de cacahouètes. Notamment le combat entre le personnage incarné par Russell Crowe avec un adversaire puissant épaulé par des tigres, dans un Colisée amélioré par CGI, bien plus grand et plus monumental que l’original. Une performance tout à fait remarquable pour un film qui marque déjà deux décennies au compteur. Le tournage a débuté le 18 janvier 1999 pour s’achever le 29 mai 1999. La bataille de la scène d’ouverture a été tournée en Angleterre. Les séquences dans le désert ont été tournées à Ouarzazate au Maroc et toute la partie romaine a été réalisée au Fort Ricasoli sur l’île de Malte. La bande musicale, qui fut nominée aux Oscars a été orchestrée par Hans Zimmer et vient parfaitement coller aux différentes ambiances du film. Enfin, le montage effectué par Pietro Scalia débouche sur un film d’une durée de 155 minutes.

La mise en scène de Ridley Scott, épaulée par une excellente distribution, permet de transmettre avec succès l’intensité du combat de ce que furent les gladiateurs romains dans toute son horreur, tout en montrant l’intrigue politique qui se cachait derrière l’organisation de ces jeux. Le métrage repose en partie sur l’excellente performance de Russell Crowe, singulièrement bien appuyé par la prestation de Joaquin Phoenix dans un rôle d’antagoniste détestable. L’acteur remettra des années à retrouver un rôle avec une telle intensité, et plus particulièrement avec le rôle-titre dans « Joker » (2019) de Todd Phillips. Rôle pour lequel il obtint l’Oscar du Meilleur Acteur en 2019. « Gladiator » a remporté plusieurs prix, dont cinq lors de la 73e cérémonie des Oscars : meilleur film, meilleur acteur pour Russell Crowe, meilleur costume, meilleur son et meilleurs effets visuels. Il a également reçu quatre BAFTA Awards lors des 54e British Academy Film Awards pour le meilleur film, la meilleure photographie, la meilleure conception de production et le meilleur montage. « Gladiator » a aidé à élever ou à revitaliser la carrière de plusieurs membres de la distribution, élevant en particulier Russell Crowe et Joaquim Phoenix au statut d’acteurs de premier plan.

En conclusion, « Gladiator » est un excellent film historique disposant d’une histoire originale, d’une intrigue captivante et d’un développement impressionnant. Le rythme est varié, mais globalement tonique, le récit est fluide et la narration fait appel à quelques flashbacks qui s’apparentent plus à des rêves, à des songes. La photographie présentée par John Mathieson est juste magnifique avec des effets spéciaux parfaitement maîtrisés et des scènes de combat superbement chorégraphiées. La bande originale est excellente et le montage est rationnel et homogène. La distribution offre d’excellentes prestations et l’adversité entre les personnages incarnés par Russell Crowe et Joaquin Phoenix est parfaitement palpable. L’ensemble est impressionnant malgré le poids des années, et permet d’offrir un intense moment de divertissement.

 

 

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

3 réflexions sur “GLADIATOR (2000) ★★★★★

  1. Grand film !

    Aimé par 1 personne

    Publié par princecranoir | 31/10/2022, 15 03 41 104110

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 433 256 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :