Action, Fantastique, Horreur, Science fiction, Super-Héros

MORBIUS (2022) ★✮☆☆☆


Morbius (2022)

 

 

Le biochimiste Michael Morbius tente de guérir une rare maladie sanguine, mais se retrouve par inadvertance infecté par un type de vampirisme.

 

 

« Morbius » est un film de superhéro américain datant de 2022, réalisé par Daniel Espinosa, à qui l’on doit également « Life » (2017). Les acteurs principaux sont Jared Leto, qu’on a pu voir dans « The Outsider » (2018), Matt Smith, qu’on a pu voir dans « His House » (2020), Adria Arjona, qu’on a pu voir dans « Triple Frontier » (2019), Jared Harris, qu’on a pu voir dans « Allied » (2016), Al Madrigal, qu’on a pu voir dans « The Way Back » (2020), et Tyrese Gibson, qu’on a pu voir dans « Black and Blue » (2019). Il s’agit du quatrième film du Sony’s Spider-Man Universe (SSU). La première du film a eu lieu au Plaza Carso de Mexico City, le 10 mars 2022 et est sortie en salle le 1er avril 2022, après avoir été repoussée à plusieurs reprises en raison de la pandémie de COVID-19.

L’histoire proposée par « Morbius » nous invite à suivre le Docteur Michael Morbius (Jared Leto), un scientifique qui étudie secrètement la biologie de chauves-souris vampires du Costa Rica dans l’espoir de lier leurs gènes avec le sien pour guérir son état. Son ami de longue date, Milo (Matt Smith), qui souffre de la même pathologie, finance ses recherches. Le Docteur Morbius finit par obtenir des résultats de plus en plus prometteurs et s’empresse de les tester sur lui. Malheureusement, il se transforme en vampire aux pouvoirs décuplés et tue plusieurs personnes. Il découvre qu’il a maintenant une force, une vitesse, des réflexes et une écholocation surhumaine. Pour contrôler sa soif de sang, il se nourrit de sang artificiel, mais celui-ci cesse progressivement de satisfaire ses besoins. Milo apprend que Morbius est guéri, mais devient furieux lorsque ce dernier refuse de lui laisser utiliser le traitement. Milo se débrouille pour voler le traitement et l’utilise immédiatement. Morbius devra affronter Milo qui veut utiliser ses nouveaux pouvoirs pour amplifier son empire et son influence sur la société…

« Morbius » est un métrage déplorable. Une catastrophe cinématographique, un film bricolé, mal monté, mais réalisé et qui aura probablement le don de vous faire grincer des dents, de vous faire rouler les yeux et vous faire compter les films où on aura piqué des trucs. Il y a des morceaux de « Daredevil » (2003), « The Incredible Hulk » (2008), « X-Men 2 » (2003) et même des inspirations puisées dans « Joker » (2019). Malheureusement, aucune des influences n’est associée de manière cohérente. On se retrouve face à un patchwork maintenu avec des morceaux lâches de ruban adhésif. C’est particulièrement dommageable, car il y a un casting solide et quelques bonnes idées, mais tout cela ne compte pas quand le scénario, les aspects techniques et l’intrigue sont tellement exécrables.

Le scénario concocté par Matt Sazama et Burk Sharpless a manifestement été bricolé à la hâte, avec quelques montages assez médiocres à tous les niveaux. Nous commençons par une brève scène au Costa Rica avant de remonter dans le temps de vingt-cinq ans pour découvrir les liens entre Morbius et Milo, puis nous nous retrouvons à une cérémonie de remise de prix offrant une chronologie originale pour le moins que l’on puisse dire. Comme rien n’est vraiment précisé, c’est au spectateur de faire les liaisons, de tisser sa toile de compréhension. On va toutefois passer sur les nombreuses incohérences du récit, mais qu’on retrouve du début à la fin. Mais l’accumulation d’irrationalité et d’absurdité finit par rendre ce film impossible à prendre au sérieux.

Une fois qu’on a dit tout cela, que dire des valeurs de production ? Doté d’un budget allant de 75 à 83 millions de dollars. La photographie délivrée par Oliver Wood, qui avait pourtant fait du bon travail sur la saga des Jason Bourne, et plus particulièrement sur « The Bourne Identity » (2002), « The Bourne Supremacy » (2004), « The Bourne Ultimatum » (2007) mais également sur des films aussi divers que variés comme « The Other Guys » (2010), « Safe House » (2012), « Child 44 » (2015) ou encore « Jack Reacher: Never Go Back » (2016), est plutôt horrible dans son ensemble. La caméra tremble sauvagement pendant les gros plans extrêmes, les séquences de combat sont un mélange bizarre de mouvements ralentis et d’escarmouches vertigineuses, déroutantes et mal éclairées. La bande musicale orchestrée par Jon Ekstrand est sympathique mais peu marquante. Enfin, le montage effectué par Pietro Scalia débouche sur un film d’une durée de 104 minutes.

En conclusion, « Morbius » est un film médiocre disposant d’une histoire bancale, d’une intrigue beaucoup trop usuelle et d’un développement désastreux. Le rythme est haché, le récit manque de fluidité par endroits, et la narration fait appel à plusieurs flashbacks. La photographie est effroyable, la bande originale manque de punch et le montage est confus à bien des égards. La distribution fait ce qu’elle peut avec ce qu’on lui offre, mais Jared Leto n’est pas à sa place dans ce rôle alors que Matt Smith semble s’éclater dans le rôle du méchant. L’ensemble est assez horrible à regarder et ne peut en aucun cas faire l’objet d’une recommandation, bien au contraire !

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 433 232 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :