Action, Crime - Policier, Thriller

A DAY TO DIE (2022) ★★✭☆☆


 

A Day to Die (2022)

 

 

Un homme est obligé de demander à son ancienne équipe d’opérations militaires de se reformer pour lui rapporter deux millions de dollars afin de libérer son épouse enceinte.

 

 

« A Day to Die » est un thriller d’action américain datant de 2022, écrit, dirigé et produit par Wes Miller, à qui l’on doit également « Cops Incrimination » (2018). Les acteurs principaux sont Kevin Dillon, qu’on a pu voir dans « Hot Seat » (2022), Bruce Willis, qu’on a pu voir dans « Midnight in the Switchgrass » (2021), Gianni Capaldi, qu’on a pu voir dans « Becoming » (2020), Brooke Butler, qu’on a pu voir dans « The Remains » (2016), Leon Robinson, qu’on a pu voir dans « The Brooklyn Heist » (2008), et Frank Grillo, qu’on a pu voir dans « Black and Blue » (2019). Ce métrage est paru le 4 mars 2022 sous l’égide de Vertical Entertainment.

L’histoire proposée par « A Day to Die » nous invite à suivre Connor Connolly (Kevin Dillon), un ancien policier limogé suite à un massacre dans un établissement scolaire, devenu agent de libération. En tuant un des protégés de Tyrone Pettis (Leon Robinson), baron de la drogue local, celui-ci estime que Connor lui doit deux millions de dollars, soit l’argent que lui aurait rapporté son revendeur. Afin d’exercer une pression sur Connor, Tyrone Pettis fait enlever Candice (Brooke Butler), sa femme enceinte. Connor doit braquer une bande rivale de l’organisation de Tyrone Pettis. Les anciens coéquipiers de Connor, dirigés par Brice Mason (Frank Grillo) viennent à son aide, bien décidés à récupérer la femme de celui-ci, tout en réglant son compte à Alston (Bruce Willis), le chef corrompu de la police. Ce dernier doit essentiellement son ascension dans la police grâce au soutien financier de Tyrone Pettis.

Le scénario concocté par Scott Mallace, Rab Berry, et Wes Miller, ce dernier endossant également la casquette de producteur et de réalisateur, plonge ce métrage dans le registre du film d’action. L’aspect dramatique tient essentiellement au fait que de nombreuses personnes tombent sous les balles. L’ensemble est couvert par un saupoudrage policier, car le récit met en scène des policiers, d’anciens policiers et des trafiquants de drogue. Il y a une petite pointe d’originalité, car les principaux protagonistes de l’histoire sont des membres d’une unité fantôme de la police, dont la fonction première était d’intervenir sur des dossiers sensibles.

La prémisse de « A Day to Die » nous montre la dernière opération de cette unité, qui se solde par un échec cuisant, avec des nombreuses victimes. Toutefois, lorsque l’un des leurs est dans la panade, le groupe se reforme pour lui venir en aide. Malheureusement, les scénaristes n’évitent pas certains clichés, comme la présence d’un traître au sein de cette unité d’élite. La mise en scène de Wes Miller peut également être critiquée pour les mêmes raisons, soit un recours aux clichés dans l’attitude corporelle du principal antagoniste incarné par le chanteur de R&B Pop, Leon Preston Robinson, connu essentiellement sous son nom de scène Leon.

Autour de Kevin Dillon, qui incarne Connor Connolly, ancien membre de l’unité fantôme, et qui cherche à sauver sa femme, on retrouve Gianni Capaldi. Ce dernier interprète Tim Connolly, le frère de Connor, également ancien membre de la même escouade. Ce dernier a plus de difficulté à remonter la pente suite à la dissolution de l’équipe. Lorsqu’ils se retrouvent, ils commencent par se mettre sur la gueule, histoire d’ajouter une scène d’action au film. On retrouve également Vernon Davis et Alexander Kane, tous deux anciens coéquipiers des deux frères Connolly. Pour diriger cette équipe, on retrouve Frank Grillo dans le rôle de Brice Mason, l’ancien capitaine de l’équipe fantôme. L’acteur est essentiellement présent pour diriger les séquences de fusillades.

Enfin, pour donner du relief à ce film, Bruce Willis a été enrôlé pour incarner le chef de la police. L’acteur ne fait pas grand-chose, mais est tout de même utilisé pour venir garnir l’affiche du film, et probablement prendre un chèque conséquent dans l’optique de sa retraite, depuis effective. Pour mémoire, le 30 mars 2022, la famille de Bruce Willis a annoncé qu’il prenait sa retraite, car on lui avait diagnostiqué de l’aphasie, un trouble causé par des dommages à la zone du cerveau qui contrôle l’expression et la compréhension du langage. Au moment de cette annonce, l’acteur avait terminé huit films en attente de sortie en 2022 et 2023. Ces films sont souvent nommés Geezer teaser, un terme péjoratif utilisé pour décrire des films sortis directement en DVD ou en VOD, pour lesquels des acteurs masculins âgés et bien connus sont présentés dans des rôles principaux et mis en évidence dans le matériel promotionnel, mais n’apparaissent que sporadiquement pendant le film lui-même. Ces acteurs contribuent à attirer l’attention sur des films réalisés avec un petit budget, mais qui deviennent rentables grâce à leur distribution spécifique.

Les valeurs de production concernant ce « A Day to Die » sont plutôt moyennes avec un budget de 5 millions de dollars. Le tournage principal a débuté le 30 mars et a duré environ six semaines. Il s’est principalement déroulé à Jackson, dans le Mississippi. La photographie présentée par Michael Brouphy est relativement ordinaire. Les scènes d’action sont basiques et s’articulent essentiellement sur des fusillades. La bande musicale orchestrée par Paul Koch vient agréablement accompagner l’ensemble du métrage, soit par des airs classiques, soit par des titres d’urban music. Enfin, le montage effectué par Julie Garcés débouche sur un film d’une durée de 105 minutes. La société Vertical Entertainment a acquis les droits du film en mai 2021.

En conclusion, « A Day to Die » est un film moyen disposant d’une histoire usuelle, d’une intrigue hyper-basique et d’un développement relativement plat. Le rythme est assez soutenu, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est simple, les scènes d’action sont sommaires, articulées autour de fusillades. La bande originale est sobre mais agréable et le montage est cohérent. La distribution offre de modestes prestations avec Kevin Dillon sans piquant, un Frank Grillo fidèle à lui-même et un Bruce Willis insipide. L’ensemble se laisse regarder et peut offrir un moment de distraction entre deux films plus sérieux.

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 433 256 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :