Drame, Mystère, Science fiction, Thriller

ARCHIVE (2020) ★★★★☆


 

Archive (2020)

 

 

Dans un futur proche, un homme travaille sur une intelligence artificielle. Son prototype est presque prêt. Cette phase sensible est également la plus risquée. D’autant qu’il a un objectif secret : retrouver sa femme décédée.

 

 

« Archive » est un thriller de science-fiction anglais datant de 2020, écrit et dirigé par Gavin Rothery qui signe là son premier long-métrage. Les acteurs principaux sont Theo James, qu’on a pu voir dans « How It Ends » (2018), Stacy Martin, qu’on a pu voir dans « The Night House » (2020), Rhona Mitra, qu’on a pu voir dans « The Loft » (2014), Peter Ferdinando, qu’on a pu voir dans « Ghost in the Shell » (2017), et Toby Jones, qu’on a pu voir dans « Jurassic World: Fallen Kingdom » (2018). Le film devait initialement être présenté en avant-première au South by Southwest en mars 2020, mais a été annulé en raison de la pandémie de COVID-19. Il est finalement paru dans quelques salles limitées aux États-Unis le 10 juillet 2020 et rendu disponible en VOD. En France, il a été disponible en vidéo à la demande à partir du 3 février 2021.

L’histoire proposée par « Archive » nous emmène en 2049, où George Almore (Theo James) travaille sur une Intelligence Artificielle équivalente à l’humain, et son dernier prototype est presque terminé. La dernière phase est particulièrement sensible, mais aussi la plus risquée. Il a un objectif qui doit rester secret à tout prix : retrouver Jules (Stacy Martin) sa femme décédée. Cette dernière est malheureusement morte dans un accident de voiture il y a quelques années. La conscience de sa femme est stockée dans un appareil qui permettrait jusqu’à 200 heures d’interaction avec le défunt, mais qui s’amenuise progressivement jusqu’à l’extinction complète. Il faut alors faire définitivement son deuil. Le travail de George comprend également des mises à jour d’une installation précédemment abandonnée qui semble nécessiter de nombreuses et importantes mises à niveau à l’intérieur comme à l’extérieur du complexe high-tech. Pour ce faire, il est aidé par ses deux précédents prototypes, nettement moins sophistiqués. Bien que parfaitement organisé, des grains de sable vont venir compliquer les choses…

Le scénario concocté par Gavin Rothery, qui endosse également la casquette de réalisateur, nous plonge dans l’univers de la science-fiction avec comme toile de fond, l’intelligence artificielle au service d’un robot. Au-delà des éléments futuristes de l’ensemble, l’histoire peut se réduire à un conte d’amour. George Almore, le personnage principal, utilise ses connaissances en robotique pour « ressusciter » son épouse, malheureusement décédée dans un accident de voiture. L’homme vit dans un centre de recherche dans une contrée reculée du Japon. Évoluant à travers les installations pour diverses tâches, George, il est secondé par deux précédents prototypes, nettement plus maladroits, qui regardent avec amertume le modèle plus récent et plus élégant qui monopolise l’attention de leur créateur. Toutefois, les supérieurs hiérarchiques de George menacent de mettre fin à ses recherches, l’obligeant à se dépêcher de mettre la touche finale au troisième et dernier prototype, censé accueillir la mémoire et la conscience de sa défunte femme.

« Archive » fait appel à très peu d’acteurs pour présenter cette histoire de romance au-delà de la mort. Stacy Martin incarne plusieurs personnages. Elle interprète Jules Almore, l’épouse décédée de George que l’on voit uniquement dans les flashbacks du personnage principal, présentés dans leur grande majorité comme des rêves. Stacy Martin incarne également J3, le troisième prototype construit par George. Durant la première partie du métrage, on peut la voir sans jambes, dans une version très robotique, suspendue à un cadre circulaire de manière à ce que l’ingénieur en cybernétique puisse travailler dessus. Dans la seconde partie, on peut la suivre dans une forme complète, marchant, dansant même. Au départ, l’esprit de Jules Almore semble souffrir de son état de robot, faisant des crises d’angoisse. Stacy Martin assure également la voix du robot J2. Ce robot se comporte comme une adolescente, montrant une certaine jalousie envers J3. Theo James interprète George Almore, un scientifique de talent qui se prend pour Dieu, créant une femme à partir de composants électriques et de programmation informatique. Bien que l’ensemble revêt une coloration romantique, le twist final vient remettre tout à plat, pour une conclusion somme toute dramatique.

Les valeurs de production sont vraiment sympathiques sur ce métrage. Le tournage a débuté à la fin du mois d’octobre 2018 pour s’achever fin février 2019. Il s’est essentiellement effectué à Budapest en Hongrie, en dehors de quelques scènes extérieures qui ont été réalisées à Månafossen en Norvège. La photographie signée Laurie Rose, qu’on a déjà pu voir à la manœuvre pour « Overlord » (2018) ou « Pet Sematary » (2019), permet aux spectateurs de pleinement s’immerger dans l’ambiance science-fiction. Les décors sont fabuleux, avec cette installation composée de plusieurs bâtiments en plein pied, dont une partie est suspendue à fleur de montagne. L’intérieur bénéficie d’un éclairage aux néons qui ajoute également une touche high-tech et futuriste. Quelques images viennent de drones, sans que cela n’altère la qualité de l’ensemble. La bande musicale orchestrée par Steven Price, qui a obtenu un Oscar et un BAFTA pour sa participation à « Gravity » (2013) et à qui l’on doit la musique de nombreux films depuis. Enfin, le montage effectué par Adam Biskupski débouche sur un film d’une durée de 105 minutes.

En conclusion, « Archive » est un très bon film de science-fiction, disposant d’une histoire originale, d’une intrigue captivante et d’un développement soyeux. Le rythme est modéré, le récit est fluide et la narration fait appel à quelques flashbacks. La mise en scène proposée par Gavin Rothery amène intelligemment les différents sujets abordés. La photographie est superbe avec des décors très marqués permettant aux spectateurs de s’immerger pleinement dans le genre. La bande musicale vient agréablement accompagner l’atmosphère et le montage est cohérent. La distribution offre de très bonnes prestations avec un Theo James déterminé et une Stacy Martin gracieuse. L’ensemble vient agréablement aborder des thèmes palpitants comme l’intelligence artificielle et la vie après la mort. À découvrir !

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

4 réflexions sur “ARCHIVE (2020) ★★★★☆

  1. Visuellement et thématiquement, ça me rappelle un peu « Ex_Machina ».

    Aimé par 1 personne

    Publié par princecranoir | 19/11/2022, 9 09 58 115811

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 434 417 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :