Action, Thriller

BATTLE DRONE (2018) ★★★☆☆


 

Battle Drone (2018)

 

 

Un groupe de mercenaires est engagé par la CIA pour éliminer un marchand d’armes à Moscou, puis reçoivent un nouvel objectif à Tchernobyl où leur talent respectif sera mis à rude épreuve.

 

 

« Battle Drone » ou « Battle of the Drone » est un film d’action de science-fiction américain datant de 2018, co-écrit et réalisé par Mitch Gould, à qui l’on doit également « Hellbinders » (2009). Les acteurs principaux sont Louis Mandylor, qu’on a pu voir dans « Memory » (2022), Natassia Malthe, qu’on a pu voir dans « Last Man Down » (2021), Dan Southworth, qu’on a pu voir dans « Becoming » (2020), Oleg Taktarov, qu’on a pu voir dans « Predators » (2010), Jason Earles, qui est essentiellement connu pour jouer dans des séries télévisées, Richard Alan Reid, qui semble faire ici ses premiers pas dans un long-métrage, et Dominique Swain, qu’on a pu voir dans « Face/Off » (1997). Ce film est paru le 1er mars 2018 aux Etats-Unis.

L’histoire proposée par « Battle Drone » nous invite à suivre un groupe de mercenaires, dirigé par Vincent Reikker (Louis Mandylor), envoyé en mission secrète organisée par la CIA, en Russie, et plus précisément dans la région de Tchernobyl, pour récupérer des armes avant qu’elle ne tombe entre de mauvaises mains. Toutefois, la CIA les oblige à être accompagnés par une petite équipe de militaires avec Alexandra Hayes (Dominique Swain) à leur tête. Une fois arrivé sur place, Reikker flaire rapidement le traquenard. Les deux équipes composent alors des binômes mixtes pour se déployer sur le site, mais ils sont brusquement attaqués par un cyborg armé, rapide et ayant la capacité à encaisser la riposte sous toutes ses formes. La journée va être compliquée, notamment lorsque d’autres robots font leur apparition…

Le scénario concocté par Jo Marr, Michael Philip et Mitch Gould, ce dernier endossant également la casquette de réalisateur, plonge le spectateur dans une intrigue qui a déjà été explorée auparavant. Il n’y a pas très longtemps, « Kill Command » (2016) proposait déjà quelque chose d’assez similaire à partir du même concept. « Battle Drone » n’ajoute rien de singulier ou de novateur au genre. Finalement, on se retrouve plus face à un film d’action qu’à un film de science-fiction, dont le seul paramètre permettant d’accéder à ce genre, réside dans la présence de ces robots à la forme humanoïde, qui ne sont pas sans rappeler « Chappie » (2015).

Mais finalement, ces androïdes de combat ne sont qu’un prétexte à installer une succession de scènes de combat mettant en scène différents personnages. L’équipe de mercenaires compte les membres habituels, Valkyrie (Natassia Malthe), une femme relativement sexy, Shiro (Dan Southworth), un spécialiste en arts martiaux préférant les lames aux armes à feu, Grigori (Oleg Taktarov), une armoire à glace russe, Dax (Jason Earles), un psychopathe qui ne peut s’empêcher de tuer les gens, et Blackwood (Richard Alan Reid), spécialiste des armes à feu. Combats à mains nues et fusillades s’enchainent, mais les mercenaires ont de grosses difficultés à neutraliser les cyborgs. Une autre stratégie devra être envisagée.

La multiplication des personnages nous emmène presque à nous rapprocher des robots. D’une manière générale, ils sont relativement bien conçus. Bien qu’ils marchent de manière très caricaturale telle que l’on peut l’observer depuis « RoboCop » (1987), ils peuvent courir et enchaîner toutes sortes de mouvements. Les combats sont relativement bien coordonnés avec des alternances entre du gun-fight et de la baston plus conventionnelle. Les valeurs de production sont moyennes et il est rapidement évident que le gros du budget est parti dans l’animation des robots. En effet, les décors sont très pauvres et la photographie présentée par Stephen Chandler Whitehead limite son champ d’action à une usine désaffectée.

Pour étayer cette approche, les cinéastes ont décidé de localiser l’action à Tchernobyl, pas très loin de l’ancienne centrale nucléaire, que l’on peut apercevoir lors de certains visuels, alors que les protagonistes se retrouvent sur le toit du bâtiment où se déroule le récit. On peut néanmoins critiquer l’usage excessif de ralenti lors des scènes de combat. La bande musicale orchestrée par Corey Macfadyen est plutôt discrète et le montage effectué par Patrick Wilfert débouche sur un film d’une durée de 93 minutes.

En conclusion, « Battle Drone » est un bon petit film d’action disposant d’une histoire familière, d’une intrigue simple et d’un développement effleurant le genre sci-fi. Le rythme est plutôt soutenu, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est sobre, la bande originale est dans la retenue et le montage abuse des ralentis. La mise en scène présentée par Mitch Gould met l’accent sur les scènes d’action. La distribution offre des prestations moyennes et n’évite pas les clichés, ce qui finit par rendre les robots sympathiques. L’ensemble se laisse regarder, mais ne révolutionne pas le genre.

 

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 433 216 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :