Action, Catastrophe, Drame, Fantastique, Netflix

TROLL (2022) ★★★✮☆


 

Troll (2022)

 

 

Au fond de la montagne Dovre, quelque chose de gigantesque se réveille après mille ans de captivité. La créature détruit tout sur son passage et s’approche rapidement d’Oslo.

 

 

« Troll » est un film de monstre norvégien datant de 2022, réalisé par Roar Uthaug, à qui l’on doit également « The Wave » (2015). Les acteurs principaux sont Ine Marie Wilmann, qu’on a pu voir dans « Krigsseileren » (2022), Kim Falck, qu’on a pu voir dans « Cold Prey III » (2010), Mads Sjøgård Pettersen, qu’on a pu voir dans « Le 12e Homme » (2017), Gard B. Eidsvold, qu’on a pu voir dans « Refroidis » (2014), et Anneke von der Lippe, qu’on a pu voir dans « The North Sea » (2021). Ce métrage est diffusé sur Netflix depuis le 1er décembre 2022.

L’histoire proposée par « Troll » nous invite à suivre Nora (Ine Marie Wilmann) une paléontologue qui vient tout juste de faire une découverte importante. Avant même qu’elle ne puisse célébrer cette trouvaille, un hélicoptère militaire arrive avec pour mission de l’emmener à Oslo pour une question de sécurité nationale. Des ouvriers creusant un tunnel à travers la montagne ont réveillé quelque chose. Quelque chose de gigantesque et pas très sympathique. Il s’agit d’un troll et pas le genre qui traîne sur les réseaux sociaux. Une équipe se constitue alors, composée de Nora, d’Andreas (Kim Falck), un conseiller de la Première Ministre (Anneke von der Lippe), le capitaine Kristoffer Holm (Mads Sjøgård Pettersen) des forces spéciales norvégiennes, ainsi que le père de Nora, Tobias Tidemann (Gard B. Eidsvold), qui vient tout juste de sortir d’un hôpital psychiatrique en raison de ses théories sur les trolls. Une scientifique, un politique, un expert excentrique et un homme d’action, les personnages assez standards que nous pouvons attendre dans ce type film.

Le scénario concocté par Espen Aukan nous plonge dans le folklore norvégien avec une bonne dose de fantastique, en évoquant les trolls. Assez rapidement, lorsque l’on visionne le film, on pense à King Kong. En effet, le troll présent dans le récit, dispose de dimensions dépassant l’entendement. Il fait plusieurs dizaines de mètres de haut et doit peser plusieurs tonnes. La puissance déchaînée par ce monstre défie l’entendement, et on peut classer les dégâts engendrés dans le même registre que ceux que l’on peut voir dans les films de monstres tels que Godzilla ou autres Transformers. Toutefois, il y a quelques éléments dans la narration qui tentent de démontrer une forme d’humanité au colosse de pierres. D’une part, lorsqu’il sauve la vie d’une petite fille dans un parc d’attraction, et d’autre part, dans sa volonté de retrouver sa famille censée se trouver sous le palais présidentiel. On trouve également des fragments de messages écologiques.

Bien évidemment, comme toujours, les militaires s’en mêlent avec leurs gros sabots. Leurs tentatives, visant à stopper la progression du monstre dans son cheminement visant à rejoindre la civilisation, sont tout simplement désastreuses, offrant au passage quelques scènes d’action particulièrement bien réalisées. L’attaque des hélicoptères utilisant des cloches d’église auxquelles le troll est particulièrement sensible, est très efficacement filmée, mais se termine également par un échec cuisant des militaires. Les autorités envisagent donc d’utiliser l’arme nucléaire, équipement que la Norvège n’est pas censée posséder. Les destructions les plus impressionnantes sont présentées lorsque le monstre atteint Oslo.

Le tournage principal a débuté en août 2021 et s’est achevé en novembre de la même année. Bien qu’on ne sache pas qu’elles furent les sommes engagées pour produire ce métrage, il est manifestement évident que le budget était conséquent, à la vue des effets spéciaux déployés. Il y a beaucoup de matériel militaire utilisé, des mouvements de foule, et des scènes de démolition assez épiques, qui rendent ce métrage très divertissant. De plus, il faut avouer que lors de certains passages, le troll suscite tout de même une certaine sympathie. Ce sentiment peut se renforcer lorsque le spectateur découvre pourquoi il se dirige vers la capitale et du sort qui lui a été réservé jadis au nom du christianisme. Cela nous conduit à un final qui s’avère être à la fois relativement morbide et étrangement touchant. Ajoutons encore, que le casting, composé de notre point de vue d’inconnus, est étonnamment bon, tous les protagonistes prenant leur rôle au sérieux.

En conclusion, « Troll » est un bon film de monstre, disposant d’une histoire originale, d’une intrigue classique et d’un développement captivant. Le rythme est plutôt vif, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie délivrée par Jallo Faber offre des beaux décors naturels de montage, les effets spéciaux sont spectaculaires et les scènes d’action sont impressionnantes. La bande musicale orchestrée par Johannes Ringen est agréable et le montage effectué par Christoffer Heie débouche sur un film d’une durée de 101 minutes. La distribution offre de très bonnes prestations. L’ensemble remplit pleinement sa fonction de divertissement. Ainsi, si vous en avez marre des films de Noël qui pullulent sur les chaînes de la TNT, ce métrage vous offrira une excellente alternative à condition d’avoir accès à Netflix

 

 

 

 

Publicité

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 453 740 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :